Dépression souriante : Top 8 des signes à repérer (+ solutions)

découvrez les symptômes et les solutions de la dépression souriante

Devant les autres, vous arborez votre plus beau sourire et vous affichez toujours une mine radieuse. Vous avez toujours les mêmes habitudes, et votre comportement au travail ou avec vos proches laisse à penser que vous êtes à votre place, dans cette vie épanouie.

Pourtant, vous ressentez un mal-être qui prend de plus en plus de place à l’intérieur de vous. Vous éprouvez une profonde tristesse et vous avez perdu tout l’intérêt que vous portiez aux activités qui vous ressourçaient tant auparavant. Si vous ressentez ces symptômes alors il est probable que vous souffriez d’une dépression souriante.

Levez le voile sur votre état mental en repérant les 8 signes de cette forme de dépression et en identifiant les solutions qui s’offrent à vous pour en guérir.

Suis-je en dépression ?

Vous avez un doute sur votre état mental ?
Vous pensez souffrir d’une dépression souriante ?

Faites le test maintenant !

Qu’est-ce que la dépression souriante ?

La dépression souriante est un trouble de l’humeur qui se manifeste sous la forme d’épisodes dépressifs, caractérisés par trois états principaux qui sont les suivants :

  1. La baisse notable de l’estime personnelle
  2. Une fatigue généralisée et constante
  3. La perte de plaisir et d’intérêt global

Ces états sont ressentis par toute personne atteinte d’un trouble dépressif, en plus de symptômes qui peuvent les toucher à des degrés différents comme de l’anxiété, des troubles de l’alimentation, une perte de sommeil ou des conflits relationnels.

Dans la dépression souriante, tous les signes extérieurs qui marquent cet état sont masqués. En effet, les personnes qui souffrent de ce type de dépression cachent ces difficultés intérieures et arborent un masque joyeux en permanence devant les autres. C’est ce qui rend cette maladie difficilement perceptible pour l’entourage, alors que la souffrance et le mal-être sont bien présents et détruisent le quotidien de la personne touchée.

Les raisons qui poussent à dissimuler une dépression sont nombreuses : vous affichez une mine joyeuse devant vos proches parce que vous savez qu’ils ne comprennent pas votre maladie, ou alors vous ne souhaitez pas qu’ils s’inquiètent pour vous. Parfois, vous avez peur d’être jugé ou vous ne voulez pas capituler sur le fait qu’un mal-être est bien présent à l’intérieur de vous.

Alors, comment être sûr qu’on fait face à une dépression souriante, et non à une déprime ? Retrouvez, dans cet article, les 8 signes à repérer et les 5 solutions que vous pouvez mettre en place pour vous en sortir.

Bon à savoir

Souvent associées, la dépression souriante et la dépression masquée ne désignent pourtant pas les mêmes états. Un état dépressif masqué est difficile à déceler soi-même, puisque les symptômes psychiques traditionnellement ressentis se décèlent moins facilement. Ce sont les signes physiques comme des migraines, des douleurs chroniques ou des vertiges qui donnent le signal d’alerte de ce mal-être, qui est souvent confondu avec un simple trouble somatique.

Quels sont les symptômes de la dépression souriante ?

Les symptômes d’une dépression souriante sont similaires à ceux d’une dépression classique. Fatigue constante, perte d’intérêts, pensées négatives… cette forme atypique de dépression présente néanmoins quelques aspects différents de la forme classique. Moins faciles à détecter, surtout de l’extérieur, ils sont néanmoins bien présents et agissent sur le bien-être d’un individu.

Retrouvez ici 8 symptômes de la dépression souriante que vous pouvez repérer :

  1. Une tristesse et une culpabilité permanentes
  2. Une perte de plaisir et d’intérêt
  3. Des troubles de l’alimentation
  4. Un sommeil fortement perturbé
  5. Une fatigue généralisée
  6. Une forte vulnérabilité émotionnelle
  7. Un besoin permanent de contrôle
  8. Une mélancolie et des idées noires

Symptôme n°1 : une tristesse et une culpabilité permanentes

Le sentiment fort et permanent de tristesse est un symptôme inévitable de la dépression. Lorsque l’on traverse une période difficile, les émotions sont perturbées, et dans le cas d’un trouble dépressif, c’est le sentiment de tristesse qui prend le dessus sur les autres.

Vous pouvez vous sentir démuni face au mal-être physique et psychique que vous ressentez. Face à ces difficultés, votre humeur n’est plus au beau fixe et gérer ses émotions du matin au soir devient de plus en plus difficile. Parfois même, vous avez l’impression de ne plus être capable de ressentir autre chose que de la tristesse, vous vous sentez vide émotionnellement.

Dans le cas d’une dépression souriante, vous culpabilisez d'éprouver cette tristesse intense et vous faites tout votre possible pour la cacher. C’est ce sentiment très présent de culpabilité, et quelquefois de responsabilité envers l’autre (son partenaire ou ses enfants) qui vous pousse à cacher votre état mental et à porter un masque devant autrui. Vous pouvez également vous sentir coupable d’être dans cette situation alors que vous avez en apparence tout ce qu’il vous faut pour avoir une vie heureuse.

Tenter de cacher ses émotions aux autres est un exercice compliqué puisqu’il faut tenir un rôle constamment. À la longue, faire semblant en permanence vous met dans un état de pression, et les moments où vous vous retrouvez seul sont d’autant plus difficiles à vivre, puisque la tristesse est encore plus intense dans ces cours laps de temps.

Symptôme n°2 : une perte de plaisir et d’intérêt

Vous n’avez plus aucune envie de faire ces activités qui vous plaisaient tant auparavant. Sortir avec vos amis, aller manger votre plat favori au restaurant ou faire une soirée au cinéma ne vous parle plus. En effet, lorsque vous traversez une période compliquée émotionnellement, votre hygiène de vie est modifiée.

Dans le cas d’une dépression souriante, la tristesse et la fatigue prennent le contrôle de votre corps et vous n’avez plus la force, ni l’intérêt moral de pratiquer ces activités au quotidien.

Vos relations en sont également touchées : vous préférez rester seul puisque vous avez perdu toute motivation, et votre capacité à échanger des moments heureux avec les autres se réduit petit à petit. Vous observez également une baisse de plaisir à tous les niveaux même au sein de votre couple puisque vous remarquez une baisse de l’énergie libidinale et des échanges plus compliqués. La communication n’est plus au beau fixe et des perturbations sexuelles peuvent apparaître à ce moment-là.

Cette anhédonie est d’autant plus difficile à vivre dans la dépression masquée : vous n’avez envie de rien, mais vous faites tout pour que personne ne s’en rende compte. Il arrive que vous vous forciez à faire des activités pour montrer aux personnes proches de vous que tout va bien, et ne pas les alerter sur votre état. C’est un effort physique supplémentaire qui risque de vous enfoncer encore plus dans cette détresse psychologique.

Symptôme n°3 : des troubles de l’alimentation

Le comportement alimentaire d’un individu change dans la plupart des cas pendant un passage dépressif. La perte d’intérêts et de plaisir causée par cet état, associée à une fatigue physique permanente le pousse à se nourrir de manière désordonnée et peu équilibrée. Souvent, les personnes dépressives font face à une grande perte d’appétit et perdent du poids très rapidement.

Lors d’une dépression souriante, c’est l’effet inverse qui est constaté. En effet, les patients atteints de ce trouble semblent trouver refuge dans la nourriture, ce qu’ils ne trouvent pas chez les autres. L’alimentation sert ici de compensation émotionnelle : lorsque les aliments gras et sucrés (qui sont souvent privilégiés) sont ingurgités, un signal est envoyé au cerveau pour activer la dopamine. Celle-ci décharge les hormones de plaisir dans le corps, et pendant quelques minutes, l’esprit est apaisé.

Ce mécanisme permet d’atténuer la douleur psychologique pendant un court laps de temps et compenser le manque d’énergie ressenti pendant une dépression. Malheureusement, il peut entraîner à terme un trouble de l’alimentation dont il est difficile par la suite de se détacher.

Les personnes souffrant d’une dépression souriante ont plus tendance à se tourner vers la nourriture puisqu’elle seule est au courant du mal-être qui les ronge. Elles ne trouvent pas le moyen de se libérer de ce trop-plein d’émotions négatives autrement que par des “comportements plaisirs” éphémères : c’est le cas lors d’une dépression causée par un choc émotionnel.

Symptôme n°4 : un sommeil fortement perturbé

Les cycles du sommeil sont très fortement perturbés pendant une dépression souriante. Dans cette situation de stress intense, vous pouvez être amené à subir des troubles du sommeil qui vont avoir une répercussion sur votre qualité de vie. Vous êtes susceptible de rencontrer ces deux types de perturbations :

  • L’insomnie : ce trouble désigne un manque ou une mauvaise qualité de sommeil. Vous souffrez d’insomnie si vous éprouvez des difficultés à vous endormir, que vous vous réveillez par intermittence pendant la nuit, ou que vous n’arrivez pas à atteindre une quantité suffisante d’heures de sommeil.

  • L’hypersomnie : au contraire, ce trouble désigne un besoin excessif de sommeil. Vous ressentez une somnolence pendant la journée, et vous dormez un nombre conséquent d’heures pendant la nuit.

Pour certaines personnes, les angoisses et l’anxiété généralisée liées à la dépression sont signes d’insomnies. Elles vont penser à leur mal-être toute la journée, et ces ruminations les accompagnent la nuit et peuvent les empêcher de dormir.

Au contraire, pour d’autres, dormir signifie ne plus penser aux soucis du quotidien et au rôle qu’elles vont devoir endosser devant les autres personnes pour cacher leur désespoir.

Les troubles du sommeil ont un impact retentissant sur la vie quotidienne des personnes dépressives. Ils peuvent engendrer des troubles de l’attention et de la concentration ainsi qu’une sensibilité et une irritabilité plus vives.

Symptôme n°5 : une fatigue généralisée

Un des symptômes les plus communs de la dépression concerne la fatigue, notamment lorsque l’on traverse un épisode de dépression hivernale ou une tristesse amoureuse. Vous ressentez constamment un épuisement intense et généralisé physique, mais aussi mental :

Mentalement, vous avez beaucoup de mal à vous concentrer. Le traitement des informations que vous recevez prend plus de temps, et vous n’arrivez pas à garder votre attention sur une chose plus de quelques minutes. Vous sentez que votre cerveau est épuisé et a besoin de repos, vous aimeriez pouvoir appuyer sur pause et le laisser recharger les batteries pour ne plus ressentir cette sensation désagréable d’épuisement mental. Il s’agit alors d’un des signes de la dépression.

Physiquement, vous remarquez que vos gestes sont plus lents. Vous ressentez une lourdeur au niveau de vos membres et parfois des douleurs chroniques musculaires ou articulaires. En prime, vous devez faire des efforts supplémentaires pour revêtir l’apparence d’une personne en pleine santé devant votre entourage et cela devient de plus en plus compliqué à gérer. Lorsque l’on fait une dépression après un accouchement, on endosse cette responsabilité de s’occuper du nouveau-né et on ne s’autorise aucune faille. C’est alors qu’il faut être vigilant à votre état de santé et veiller à ne pas faire un burn-out parental.

La fatigue est l’un des signes les plus problématiques pour les personnes qui souffrent d’une dépression masquée. Elles traversent une période d’épuisement mental et physique mais se gardent d’en parler à leurs proches et restent en constante activité physique pour ne pas inquiéter. Pourtant, il est important, voire primordial, de prendre du repos lorsqu’on traverse une période comme celle-ci pour se ressourcer, et commencer à remonter doucement la pente.

À lire aussi : 6 conseils pour se libérer de la charge émotionnelle

Symptôme n°6 : une forte vulnérabilité émotionnelle

La peur du rejet est un sentiment exacerbé dans une dépression souriante. Lorsque l’on cache son mal-être, c’est souvent par peur d’être jugé ou le besoin de se montrer fort à cause des responsabilités que l’on doit endosser au quotidien. Cette peur d’être rejeté et méprisé est rencontrée par beaucoup de personnes au quotidien, pousse à masquer sa tristesse et constitue parfois la source de ce camouflage de la dépression.

Vouloir à tout prix maintenir les apparences peut mettre les nerfs à rude épreuve. Vous avez ce besoin constant d’être sûr de ne rien laisser transparaître devant les autres, vous devenez plus irritable et parfois même colérique. Ces changements d’humeur fréquents peuvent laisser place à un trouble bipolaire. Si vous masquez cette dépression à votre partenaire, par exemple, il pourrait ne pas comprendre vos changements d'humeur et cela pourrait générer des conflits. Une communication saine et attentive entre les deux partenaires est alors nécessaire pour vous comprendre.

Dans d’autres cas, il se peut que vous cachiez votre réel état à l’autre de peur qu’il trouve un avantage à exploiter vos failles : si c’est le cas, vous êtes, sans doute, en train d’identifier un des signes d’une relation toxique.

Effectivement, il arrive qu'une personnalité manipulatrice profite de votre fragilité pour vous placer sous son emprise. C’est le cas des pervers narcissiques qui font de votre vulnérabilité une force pour vous manipuler et faire de vous leur victime.

La solitude est un piège de la dépression souriante. Puisque vous ne parlez pas de vos difficultés, vous avez l’impression de ne pas être compris, écouté ni soutenu par les autres.

Symptôme n°7 : un besoin permanent de contrôle

Vous avez déjà planifié toutes vos activités de la semaine à la minute près, vous savez en avance dans quels moments vous allez devoir être vigilant quant à l’expression de votre mal-être et vous faites en sorte de voir le moins de monde possible, et de montrer le minimum de vous pour garder cette image parfaite.

Le besoin permanent de contrôle est un symptôme qui se retrouve spécialement dans la dépression souriante. Vous avez honte de votre état intérieur, et vous avez peur d’être abandonné pour ce que vous êtes. Pour vous, montrer des signes de dépression serait une faiblesse, alors vous revêtez ce masque devant les autres et vous contrôlez tous vos faits et gestes.

Pour fuir les pensées tristes et parfois morbides, certaines personnes font en sorte que leur agenda soit le plus chargé possible. L’objectif est de combler minutieusement chaque minute, du lever au coucher, pour fuir ces sentiments qui dérangent. Il se peut que vous fassiez en sorte d’être constamment occupé, de dédier tout votre temps et votre esprit à votre famille ou au travail, quitte à subir un burn out.

Vous retrouver seul avec vos pensées vous fait peur, alors vous faites en sorte que votre cerveau soit constamment occupé. C’est un mécanisme de fuite qui transfère le problème sur un autre sujet, mais qui malheureusement ne règle pas le traumatisme à la source.

Symptôme n°8 : une mélancolie et des idées noires

Lorsque la dépression n’est pas traitée, elle risque de se transformer en dépression sévère. Dans cette forme aggravée, vous n’arrivez plus à gérer votre quotidien et il se peut que vous plongiez dans les addictions. Vous commencez à ressentir de la mélancolie et à avoir des idées suicidaires.

Lorsque vous ne trouvez plus la force d’avancer, vous ressentez un profond désarroi qui vous immobilise complètement : vous n’avez plus la force de prendre soin de vous ou de vos proches, vos pensées sont un flot constant d’idées négatives et pour vous la seule solution concrète pour mettre fin à toutes ces souffrances serait tout simplement de mettre fin à votre vie.

Les pensées suicidaires sont un risque majeur et alarmant de la dépression. Il est estimé que 70 % des personnes qui ont eu recours à un suicide subissaient une forme de dépression auparavant. Dans le cas d’une dépression mélancolique, le risque est plus accru puisque l’individu dispose de la force physique de mettre son plan à exécution.

En effet, vous avez continué à garder cette force qui vous pousse à continuer à mener votre vie de tous les jours. Votre comportement n’a pas changé depuis le début de vos symptômes, et vos proches ne sont pas en alerte, alors vos idées noires seraient plus faciles à mettre en place.

Sachez, cependant, que même à ce stade de la dépression, il est tout à fait possible de remonter la pente pour retrouver une vie saine. Nous vous proposons des solutions dans la suite de cet article.

À lire aussi : 12 étapes pour dépasser un traumatisme psychologique

Bon à savoir

La dépression est un trouble qui affecte tout le monde différemment et présente une variété de symptômes, tels que la fatigue constante, l’humeur morose, les troubles du sommeil ou le manque d’estime de soi.

Dans le cas d’une dépression souriante, ces signes sont soigneusement cachés sous un masque face au monde extérieur. Vous pouvez paraître actif et performant, heureux devant vos proches, alors que vous souffrez d’un profond désespoir à l’intérieur.

Dépression souriante que faire ? Les solutions pour en sortir

Le traitement d’une dépression souriante est semblable à ceux apportés à la dépression traditionnelle. Pour ne plus se cacher derrière un sourire, il est nécessaire d’accepter son état et d’aller chercher de l’aide pour sortir de l’état dépressif et repartir du bon pied. Voici quelques conseils sur lesquels vous pouvez vous appuyez pour réduire les symptômes et entamer votre démarche de guérison :

  1. Conseil n°1 : Accepter son état et s’entourer
  2. Conseil n°2 : Profiter d’un accompagnement thérapeutique
  3. Conseil n°3 : Suivre un traitement médical
  4. Conseil n°4 : Pratiquer une activité physique
  5. Conseil n°5 : Prendre soin de son mental

Solution n°1 : accepter son état et s’entourer

La première chose à faire lorsque l’on cache une dépression est d’accepter pleinement son état et de l’assumer devant les autres. Prenez le temps de comprendre véritablement l’état dans lequel vous êtes pour commencer ensuite un travail qui va vous permettre d’aller de l’avant.

Vous pouvez trouver dans vos proches des soutiens fiables, à qui vous pourrez vous confier. Ces proches vont constituer un lien sur lequel vous allez pouvoir vous appuyer lors des moments difficiles.

Le processus de guérison d’un trouble de l’humeur est long, alors il faut s’armer de patience pour aller de l’avant. Vous avez parfois besoin d’un déclic pour sortir de la dépression.

Solution n°2 : profiter d’un accompagnement psychothérapeutique

Pour traverser une période aussi douloureuse qu’une dépression, il est fortement recommandé de faire appel à des professionnels de santé. Plusieurs accompagnements psychothérapeutiques ont fait leur preuve dans le traitement des troubles dépressifs :

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : vous aide à maîtriser vos émotions grâce à la compréhension de vos modes de pensées.

La psychothérapie interpersonnelle : c’est une thérapie brève qui est basée sur le principe de l’attachement. C’est une thérapie connue pour traiter les troubles de la dépression puisqu’elle travaille sur l’isolement.

L’hypnothérapie : c’est une thérapie brève qui va agir sur votre psychique. Ici, c’est un travail sur l’inconscient qui va permettre d’amorcer une libération de la dépression.

Parler avec un professionnel de la santé mentale aide à faire le point sur son état et trouver des solutions adaptées au traitement de la dépression souriante.

Solution n°3 : suivre un traitement médical

Dans certains cas, la prise d’un traitement médicamenteux est une bonne solution pour soigner une dépression masquée.

Les antidépresseurs sont des médicaments qui permettent de traiter les symptômes des troubles dépressifs puisqu’ils agissent sur le taux de neurotransmetteurs, qui a chuté pendant cette période compliquée.

Ces médicaments sont délivrés sur prescription, et on constate une nette amélioration après un traitement de trois mois chez 60 % des patients.

Solution n°4 : pratiquer une activité physique

La pratique d’une activité physique régulière a de nombreux bienfaits. En effet, rester actif est excellent pour réguler l’humeur et adopter une attitude positive au quotidien.

L’endorphine libérée après une activité intense a un effet direct et apaisant sur votre cerveau. La quantité d’endorphines reçue joue un rôle important sur le moral et contribue à diminuer l’anxiété et les ruminations éprouvées pendant une dépression.

Faire du sport, même doux, permet de se retrouver, reprendre le contrôle de son corps et développer un regard positif sur soi-même. En plus d’améliorer la qualité du sommeil, il augmente nettement l’estime de soi. C’est une bonne façon de commencer à soigner la dépression souriante.

Suis-je en dépression ?

Vous avez un doute sur votre état mental ?
Vous pensez souffrir d’une dépression souriante ?

Faites le test maintenant !

Solution n°5 : prendre soin de son mental

Prendre soin de sa santé mentale doit être une priorité, surtout dans les périodes où le moral est au plus bas. Pour faire du bien à son cerveau, et le recharger de pensées positives, il est conseillé de pratiquer des activités manuelles comme la peinture, la couture ou le dessin.

Les méthodes thérapeutiques comme la sophrologie ou la programmation neuro-linguistique sont des clés pour retrouver une harmonie intérieure. Adopter certaines techniques issues de ces méthodes pourrait vous permettre de :

  1. Développer des techniques de relaxation et de respiration pour combattre le stress
  2. Apprendre à modifier ses schémas de pensées pour surmonter la tristesse
  3. Faire de la cohérence cardiaque pour gérer les crises d’angoisse
  4. Établir une réelle connexion entre le corps et le cerveau

Vous pouvez également opter pour une thérapie basée sur l’art : dans cette méthode, vous exprimez vos douleurs et trouvez des solutions avec votre créativité. Le but de ces activités est de pouvoir apprendre à gérer ses émotions.

A retenir

La dépression souriante est une forme atypique de la dépression. Vous avez l’air heureux et en forme, mais vous souffrez intérieurement des mêmes symptômes que les personnes qui subissent un trouble dépressif.

De plus, à ces signes s’ajoute une difficulté supplémentaire : le besoin de revêtir un masque pour cacher cet état de souffrance. Les causes qui poussent à cacher un trouble de l’humeur sont multiples : porter une responsabilité, ou avoir peur du jugement des autres, par exemple.

Il est cependant important de faire face à la maladie, et de l’accepter pleinement pour se placer dans la voie de la guérison de la dépression et porter un véritable sourire.

 


Sources :

Jérôme Palazzolo, Dossier dépression : “Une dépression à plusieurs visages”, Cerveau & Psycho, 2007 : en savoir plus

Jérôme Palazzolo, “7 clés pour prévenir la dépression”, Cerveau & Psycho, 2022 : en savoir plus

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter