Anxiété : voici les 7 causes que vous devez connaître

7 causes de l'anxiété pour mieux l'identifier et la soigner

Vous est-il déjà arrivé, alors que vous êtes en train de penser à une situation angoissante, de sentir votre thorax vous enserrer ? Si oui, vous avez probablement fait l’expérience de l’anxiété. Comme le stress, l’anxiété est associée à l’émotion de la peur. Cette réaction, normale, intervient en anticipation de conditions intimidantes ou stressantes, et possède des bénéfices nous permettant de nous adapter. Au quotidien, il est donc tout à fait sain d’éprouver de l’anxiété, notamment au regard de circonstances sur lesquelles nous avons peu de maîtrise. Les causes de l’anxiété sont multifactorielles, à la fois biologiques, environnementales et psychologiques : vous en retrouverez sept dans cet article.

Si vous êtes de nature anxieuse et que vous sentez que vos émotions prennent de plus en plus le dessus, n’hésitez pas à réaliser le test suivant, qui vous offrira la possibilité d’évaluer votre niveau d’anxiété.

Suis-je trop anxieux ?

Vous avez besoin d'évaluer votre niveau d'anxiété ?

Faites le test maintenant !

 

Qu'est-ce que l'anxiété ?

L’anxiété est une réponse physiologique naturelle normale, qui se déclenche dans le cadre d’une situation stressante psychologiquement, ou menaçante. Elle prend ses racines dans la peur et sa fonction première est la survie. En effet, face à un évènement qui nous met en danger, nous avons deux solutions : la fuite ou la lutte.

L’anxiété va provoquer dans le corps des changements physiologiques, par exemple, en densifiant le flux sanguin, fournissant la force et l’énergie nécessaires pour se battre ou s’enfuir. Les manifestations de l’anxiété sont habituellement de courte durée et sans conséquences pour la personne qui en fait l’expérience. Employée de façon saine, elle nous est donc bénéfique pour affronter certaines circonstances.

Au quotidien, chacun expérimente des formes légères, voire modérées, d’anxiété, car nous sommes amené.e.s à vivre des situations qui nous déstabilisent. À la différence du stress, dont la temporalité est actuelle, l’anxiété permet de se préparer en anticipant les évènements à venir. Elle agit parfois en allant au-devant de problématiques déjà vécues par le passé et qui pourraient se présenter une nouvelle fois.

Néanmoins, lorsqu’elle devient trop envahissante, mais aussi lorsqu’elle survient à des moments inadaptés, provoquant une souffrance, on parlera alors de troubles de l’anxiété. Il en existe six formes, qui vont toutes entraîner un évitement du danger, par exemple en refusant d’aller dans certains endroits ou de réaliser certaines actions : la phobie, l'anxiété sociale, l'anxiété généralisée, le trouble panique l'agoraphobie, le trouble d'anxiété de séparation.

Le quotidien et la liberté de l’individu sont donc impactés. Les symptômes peuvent être physiques (insomnies, troubles digestifs, maux de tête…) et psychologiques (difficulté de concentration, peur irrationnelle, irritabilité…).

Les 7 causes de l'anxiété

Les causes précises de l’anxiété ne sont pas encore définies par les recherches à ce jour, cependant plusieurs facteurs sont reconnus. L’interaction de causes biologiques, environnementales et psychologiques est différente pour chaque personne et varie au cours de la vie. Certains facteurs sont très facilement identifiables tandis que d’autres seront beaucoup plus complexes à appréhender.

Cause n°1 : Les affections physiques et psychiques

Les symptômes de l’anxiété, tels que la transpiration, l’accélération du rythme cardiaque, les tremblements ou encore le mutisme, peuvent être provoqués par des pathologies. Parmi elles, on retrouve les troubles cardiaques, les troubles pulmonaires (comme l’asthme) ou encore les troubles hormonaux ou endocriniens (maladies de la thyroïde).

Sachez que la fièvre et l’anémie sont aussi à même d’engendrer de l’anxiété. Quoiqu’il en soit, que vous souffriez ou pas d’une affection médicale, si vos angoisses se font trop intenses, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin traitant pour en parler et mettre en œuvre un bilan de santé.

Une corrélation importante existe entre l’anxiété et les symptômes dépressifs. Cette comorbidité s’observe généralement lorsque les premiers symptômes anxieux sont apparus tôt dans l’enfance. Les personnes épileptiques sont beaucoup plus à même de vivre des épisodes anxieux. Enfin, le risque d’addiction augmente chez les individus en proie aux angoisses car ils vont chercher à contrebalancer les effets négatifs de l’anxiété grâce à des substances apaisantes.

A lire aussi l'article : 9 signes que vous êtes dépressif et que vous l'ignorez

Cause n°2 : La piste génétique

Bien qu’il n’existe pas à proprement parler de gênes de l’anxiété, certains seraient impliqués dans sa survenue : ils n’expliquent pas à eux seuls son apparition, mais leur inactivation augmente bien le niveau d’anxiété. On parlera alors plus d’un terrain propice que d’une cause pure : c’est une forme de prédisposition à l’anxiété et aux situations générant du stress. Certaines familles sont composées de plusieurs membres souffrant de troubles anxieux, appuyant l’hypothèse de prédispositions génétiques.

Toutefois, ce facteur est probablement plus en lien avec des habitudes familiales qu’une prédisposition génétique en tant que telle. 

En effet, en évoluant dans une famille avec des antécédents de troubles anxieux, ces aspects peuvent se retrouver chez les enfants, par transmission. Un parent inquiet qui va, sans le vouloir, communiquer des informations négatives à son enfant augmentera la probabilité de voir apparaître des traits anxieux chez ce dernier.

Ces habitudes favorisent une sorte d’apprentissage familial de la peur : par exemple, lorsque les familles vivent en petit cercle, voyant peu de monde à l’extérieur du foyer, cela vient renforcer chez l’enfant la crainte de sortir et de créer du lien social. De même, si un enfant voit sa mère en proie à une peur intense devant une araignée, il est possible qu’il réagisse de la même façon par la suite. : l’anxiété se transmet.

Cause n°3 : Un déséquilibre chimique

L’imagerie cérébrale offre des avancées certaines sur la neurobiologie de l’anxiété. Le cortex insulaire et l’amygdale sont des régions cérébrales fortement activées en cas de situation angoissante. L’amygdale garde d’ailleurs en mémoire une trace de nos peurs les plus importantes.

Cependant, les mécanismes responsables du dérèglement entre anxiété normale et anxiété pathologique ne sont pas encore découverts, mais une amplification excessive du circuit neuronal en lien avec l’anxiété est fortement probable. De même, certains chercheurs s’intéressent aux mécaniques neurobiologiques communes de l’anxiété avec la dépression et l’addiction.

Un déséquilibre chimique peut favoriser l’apparition de l’anxiété. En cause, on identifie notamment certains neurotransmetteurs (le GABA, la sérotonine et la noradrénaline), sortes de messagers chimiques responsables de l’équilibre au niveau du cerveau, mais aussi du corps.

Les médicaments apportant de l’aide pour maîtriser les situations anxiogènes modifient justement les concentrations de ces messagers. On retrouve, entre autres, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ou encore les benzodiazépines. Ces derniers pouvant induire une dépendance, il est nécessaire en parallèle de réaliser une prise en charge psychologique sous forme de thérapie, par exemple.

Cause n°4 : La consommation de produits

Il existe tout un ensemble de drogues et de médicaments susceptibles de provoquer de l’anxiété : la caféine, l’alcool, les stimulants et la cocaïne. C’est aussi le cas de quelques médicaments, comme les corticoïdes ou encore des produits amaigrissants vendus librement, contenant de la caféine. Les sevrages, que ce soit de l’alcool ou de certains sédatifs, engendrent de nombreux symptômes dont l’anxiété, accompagnée d’insomnies.

Si vous être anxieux.se, la consommation d’alcool et de stupéfiants risque d’augmenter votre risque dépressif. L’alcool va procurer, sur le moment, un sentiment d’apaisement qui se transformera en sensation anxiogène par la suite.

En modérant votre consommation dans un premier temps, voire en l’arrêtant totalement, vous constaterez les effets bénéfiques sur votre niveau d’anxiété chaque jour. Se remettre en santé physiquement, en reprenant une activité sportive, vous permettra de retrouver un sommeil sain, et ce d’autant plus si vous évitez les excitants. Les techniques de relaxation, comme la méditation, aideront favorablement à diminuer vos angoisses.

Lire aussi l'article : 3 recommandations de psy pour savoir comment gérer son stress au quotidien

Cause n°5 : Les expériences traumatiques

Chez l’enfant, on peut envisager l’anxiété comme une suite pathologique des peurs « normales » (la peur du noir, par exemple). Vivre avec un parent anxieux ou évoluer dans un environnement non sécure (c’est-à-dire dans lequel l’enfant ne se sent pas suffisamment en sécurité), crée de l’anxiété : celle-ci aura un rôle de mécanisme de défense, afin d’anticiper les situations potentiellement dangereuses.

Des expériences marquantes favorisent donc l’apparition de l’anxiété. Toute forme d'événement traumatique extrêmement stressant en est une source potentielle. Enfant ou adulte, le fait d’avoir été victime ou témoin de violences, qu’elles soient psychologiques, physiques ou sexuelles, va favoriser le développement d’une forme anxieuse. Il en est de même pour les catastrophes naturelles, ou encore les attentats, ayant mis la personne en danger de mort.

Accompagner l’agonie d’un proche est générateur d’anxiété, tout comme le fait de faire face à un deuil. Même sans y avoir été confronté directement, votre impuissance dans ce type de situation peut faire naître de l’anxiété en vous. Toutes ces causes se traitent en thérapie, en les listant et les nommant, dans l’objectif de faire le lien avec les blessures du passé.

Suis-je trop anxieux ?

Vous avez besoin d'évaluer votre niveau d'anxiété ?

Faites le test maintenant !

Cause n°6 : L’environnement toxique

Que cela soit dans un cadre familial, professionnel ou affectif ; que cela concerne l’enfance ou l’âge adulte : un environnement toxique aura forcément des conséquences anxiogènes importantes. Les comportements manipulateurs sont imprévisibles et peuvent provoquer des traumatismes, en plus de créer des schémas de pensées pollués et anxieux. L’estime de soi, la confiance et l’affirmation sont fortement impactés et il devient difficile de faire face au quotidien.

Mais aucun corps n’est fait pour subir une telle pression et il est épuisant de rester en alerte psychologique constante. Se réaligner dans le cadre d’un travail thérapeutique intégratif avec une thérapie cognitivo-comportementale permettra d’agir sur le mode de vos pensées et de vos actions. Cette approche vous apprendra à gérer votre anxiété en modifiant les pensées et les peurs tout en vous « désensibilisant » des situations angoissantes, dans un contexte sécurisé.

Cause n°7 : Les stratégies d’adaptation

Parfois les stratégies d’adaptation mises place pour faire face à des angoisses vont accentuer l'anxiété. Nous sommes uniques et, en ce sens, nos schémas de pensées et d’agir le sont aussi, nous n’avons pas tous les mêmes façons de fonctionner. Par exemple, pour certaines personnes prendre l’avion semblera anodin, tandis que pour d’autres cela sera une véritable source d’anxiété.

En effet, les personnes anxieuses peuvent avoir tendance à percevoir des situations comme plus dangereuses qu’elles ne le sont réellement, voire à s’imaginer le pire. Les médias et la culture jouent un rôle quant à la perception de certains évènements par la population, et cela va influer sur l’intensité de l’anxiété ressentie.

Des activités trop stressantes vont déclencher de l’anxiété et avoir des conséquences physiques importantes. À force d’être soumis.e à des soucis constants, vous risquez de voir baisser vos capacités de régulation émotionnelle.

La sphère professionnelle est une cause de stress importante au quotidien : en effet, on peut y faire l’expérience de l’épuisement chronique, qu’il soit physique et/ou psychologique. Il en va de même dans le cas d’une situation professionnelle précaire qui va engendrer son lot d’incertitudes et de difficultés. La santé et l’environnement familial peuvent aussi être une source de tracas notamment en raison de charges mentales parfois bien trop lourdes à porter.

Enfin, si vous avez tendance au perfectionnisme et à vouloir tout contrôler pour anticiper le danger, vous risquez de faire face à un sentiment d’impuissance, car il n’est pas possible d’avoir la main sur tout. En découlent de la culpabilité puis de la peur, ce qui fait ressurgir votre anxiété. Au-delà de maîtriser l’imprévu, vous pouvez essayer de devenir apte à tout traverser. En identifiant les agents anxieux et les agents stresseurs présents dans votre vie, vous pourrez agir dessus, soit en les mettant à distance, soit en les supprimant ou, pourquoi pas, en apprenant à les appréhender.

À retenir

En règle générale, afin de diminuer les symptômes anxieux, une bonne hygiène de vie en première intention est une étape pertinente dans le processus de guérison. Si votre anxiété a des conséquences importantes sur votre vie sociale et/ou professionnelle, si elle commence à entraîner une réduction de vos espaces de liberté et que cela génère une souffrance en vous (ou pour votre entourage), alors ne tardez pas à consultez l’avis d’un.e expert.e en santé mentale. Il est essentiel de pouvoir vous appuyer sur l’aide nécessaire pour avancer dans le cadre d’une thérapie adaptée.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter