9 étapes pour réussir votre sevrage du cannabis

le sevrage du cannabis se fait en plusieurs étapes. Voici 9 étapes qui vous permettront d'arrêter de fumer des joints

Produit extrait du chanvre, le cannabis possède des effets psychotropes. Il contient de nombreux composés chimiques appelés cannabinoïdes. Le THC est l’un d’entre eux et plus forte est sa concentration, plus le risque de dépendance augmente. 5 à 10 % des consommateurs réguliers feraient face à une addiction au cannabis.

Vous fumez des pétards de façon constante, ou seulement un joint de temps en temps, et vous avez décidé de commencer votre sevrage cannabique ? Bravo ! Cet article va vous aider à trouver les ressources en vous pour arrêter de fumer dans les meilleures circonstances possibles.

Suis-je dépendant au cannabis ?

Vous souhaitez évaluer gratuitement votre consommation au cannabis ?

Faites le test maintenant !

Comment faire pour arrêter de fumer du cannabis ?

En finir avec sa consommation est un exercice qui demande du temps, de la patience et de la persévérance. Pour réussir à arrêter le cannabis, un plan en plusieurs étapes est essentiel. Il vous servira à structurer votre processus de désintoxication.

Évitez de vous fixer des objectifs inatteignables, mais restez réaliste et conservez un état d’esprit positif. Aussi, en cas de dépendance physique au THC, le sevrage du cannabis induit des symptômes qu’il est nécessaire de connaître et d’anticiper pour réussir son arrêt et limiter les rechutes.

Nous vous encourageons à tenir un carnet, dans lequel, à chaque étape, vous pourrez écrire les différentes informations ainsi que vos résultats et vos ressentis, pour y revenir librement quand vous le souhaitez. Cela vous permettra également de prendre conscience du chemin parcouru.

Étape 1 : faites le point sur votre consommation

Un sevrage du cannabis réussi passe tout d’abord par une évaluation de votre consommation. Plus elle est élevée, plus elle vous met en danger, que ce soit directement (conséquences sur le corps, l’esprit et les capacités cognitives) ou indirectement (conséquences sociales, scolaires ou professionnelles…).

Cette première évaluation vous permettra d’engager votre motivation à arrêter de fumer du cannabis en la concrétisant. Les résultats obtenus vous permettront, tout à la fois de prendre du recul sur votre consommation, mais aussi d’adapter vos efforts de sevrage à votre niveau d’addiction.

Si votre score est important, alors vous rencontrez probablement des problèmes au quotidien à cause de votre utilisation. Vous souffrez peut-être même d’une dépendance au cannabis.

Bon à savoir

Quel que soit le type d’addiction auquel vous faites face lorsque vous commencez un sevrage, faire un bilan de votre consommation permet de vous donner un point de départ.

Au fur et à mesure que vous avancerez dans votre processus pour arrêter de fumer, votre motivation sera maintenue grâce au constat de vos performances, par rapport à ce point de départ.

Avant d’entamer activement votre procédure de désintoxication, il est nécessaire que vous preniez le temps de comprendre pourquoi vous fumez.

Étape 2 : Posez-vous les bonnes questions pour renforcer votre motivation

Pour réussir votre arrêt du cannabis, vous devez réfléchir aux raisons de votre consommation.

Est-ce pour vous détendre ? Pour vous aider à vous intégrer socialement ? Pour combler un manque ou fuir les émotions négatives ? Plusieurs raisons peuvent pousser à la consommation.

Les analyser vous permettra, par la suite, de trouver des alternatives à la consommation de cannabis plus facilement, de trouver des substituts pour remplacer vos habitudes. Pensez à votre carnet et n’hésitez pas à y écrire les trois principaux motifs qui vous poussent à consommer.

Vous savez maintenant pourquoi vous fumez. Mais avez-vous réfléchi aux raisons pour lesquelles vous souhaitez arrêter ?

Longtemps considéré comme une drogue douce, le cannabis est fortement psychoactif et induit de multiples conséquences sur la santé qui augmentent les risques de développer des cancers, des problèmes cardiaques, des troubles psychiatriques et de réduire vos capacités cognitives.

Au-delà de ces risques, fumer des joints nuit aussi à la qualité de votre vie : vos relations sociales se sont dégradées, vous ne fréquentez que des fumeurs, vous vous sentez en retrait et avez réduit vos activités d’autrefois, vous craignez pour votre carrière professionnelle, vous ne vous sentez plus assez impliqué dans vos missions au travail, vous rencontrez des problèmes financiers car votre argent passe dans votre réapprovisionnement ou encore, vous craignez de faire un accident de voiture, de vous faire contrôler par les forces de l’ordre ….

C’est à vous de lister, pour chaque aspect de votre vie, les raisons principales qui vous poussent à cesser : elles seront un moteur dans votre cheminement et l’atteinte de vos objectifs de sevrage. Le fait d’en avoir conscience vous aidera à visualiser les mois à venir.

Étape 3 : visualisez les avantages à venir de l’arrêt du cannabis

Vous connaissez dorénavant vos motivations. Maintenant, la troisième étape pour arrêter le cannabis est d'essayer de visualiser l’ensemble des avantages qui vous attendent grâce à la désintoxication à venir : meilleure forme physique, vivacité d’esprit, renouer des relations sociales saines, mieux dormir, faire des économies …

Concernant l’argent, vous pouvez même calculer le coût de votre consommation, à la semaine ou au mois, pour vous motiver en mettant cet argent de côté.

Par la suite vous aurez alors la possibilité d’investir ce montant soit dans une récompense, pour vous faire plaisir, ou pourquoi pas dans un projet personnel qui vous tient à cœur. Dans tous les cas, cela symbolisera la fin de votre désintoxication.

Prenez le temps de noter de quelle façon vous vous imaginez dans plusieurs mois, qui sera le nouveau « vous » : vous serez surpris de voir à quel point vous arriverez plus sereinement à tenir pendant le sevrage du cannabis, en visualisant votre future réussite.

A lire aussi : 9 étapes pour mettre fin à votre addiction aux jeux d'argent

Étape 4 : préparez-vous aux symptômes du sevrage

Même si la dépendance au cannabis est principalement psychologique, une accoutumance physiologique est tout à fait possible. Cette dépendance au produit, surtout si vous consommez depuis longtemps, va provoquer un syndrome de sevrage au THC lors de l’arrêt et entraîner des effets de manque. Cet effet qui se manifeste au moment où vous souhaitez arrêter, se retrouve dans beaucoup d'addictions : au sucre, à l'alcool ou même encore l'addiction sexuelle.

Les principaux symptômes du sevrage au cannabis sont les suivants :

  • Colère, irritabilité ou agressivité ;
  • Anxiété ou nervosité ;
  • Troubles du sommeil (des symptômes de l'insomnie peuvent apparaître ou des cauchemars) ;
  • Perte d’appétit et de poids ;
  • État fébrile (fatigue, faiblesse, ralentissements…) ;
  • Humeur dépressive ;
  • Douleurs au ventre, sueurs, tremblements, frissons, fièvre, céphalées.

En prendre connaissance en amont vous aidera à combattre les conséquences de cette désintoxication. En effet, vous vous sentirez probablement « bizarre ». C’est tout à fait normal, votre corps se libère de la drogue et la chasse, ce qui occasionne des perturbations passagères.

Ces symptômes se manifestent dans les 24 à 72 heures suivant l’arrêt, le pic ayant lieu la première semaine et subsiste rarement plus de deux huitaines.

Cependant, la durée du sevrage au cannabis varie selon chaque personne : elle est beaucoup plus conséquente en cas de consommation excessive.

Vous pouvez solliciter votre médecin traitant pour échanger avec lui si vous avez des craintes, il saura vous rassurer et vous accompagner.

Bon à savoir

Il n’existe pas de traitement spécifique au sevrage cannabique. Celui-ci peut se faire à la maison ou en centre spécialisé, en ambulatoire. Si les retombées sont trop graves, une hospitalisation doit être envisagée.
 
Parfois des traitements médicamenteux anxiolytiques sont prescrits pour diminuer certains effets secondaires, comme l’angoisse, mais ils doivent faire l’objet d’une surveillance pour éviter toute accoutumance. En effet l’objectif n’est pas de remplacer une dépendance par une autre.
 
Le sevrage et ses incidences passagères risquent de vous impacter. C’est pourquoi il est important d’en informer, si cela vous est envisageable, votre entourage. Il sera ainsi au fait de vos changements d’humeur et vous soutiendra dans cette période désagréable.

Étape 5 : fixez votre propre rythme

De la même façon que pour réduire l'alcool, avancer à votre rythme est essentiel pour réussir un sevrage du cannabis.

Dans cette sixième étape, il est temps de choisir la manière dont vous allez arrêter : de façon dégressive ou d’un seul coup ? Vous êtes libre de décider.

Il n’y a pas de bonne solution. Cesser net est possible, mais s’avère être très difficile si vous êtes un gros fumeur. Ne vous mettez pas la pression. Vous pouvez vous fixer des objectifs de quantité pour diminuer graduellement avant d’abandonner totalement.

Mais vous pouvez aussi vous fixer des objectifs qualitatifs. Pour cela, identifiez les moments pièges pendant lesquels vous fumez habituellement (par exemple en cas d’ennui ou pour vous endormir) et essayez déjà de ne plus consommer de cannabis dans ces instants. C’est un excellent premier pas, en plus de prendre conscience des circonstances « à risque ».

Vous seul pouvez décider de la façon de faire. Ne vous blâmez pas si tout ne marche pas parfaitement dans l’immédiat : revoyez votre approche et tentez de comprendre ce qui n’a pas fonctionné. Parfois des étapes intermédiaires sont nécessaires pour mieux avancer. Gardez des objectifs réalistes et atteignables.

Les premiers jours sont les plus difficiles. Vous remettrez peut-être votre projet en question, mais surtout tenez bon, vous allez réussir ! Notez ce que vous ressentez dans votre carnet pour vous en libérer.

Ne pas lâcher c’est aussi renforcer votre confiance en vous : plus les journées passeront et plus vous serez à même de mesurer l’ampleur de votre entreprise. N’oubliez pas que vous êtes en train de reconstruire, petit à petit, l’estime que vous avez de vous-même.

Bon à savoir

La dépendance c’est l’impossibilité à fonctionner normalement sans avoir recours au cannabis (même en ayant conscience des conséquences nocives), tout en éprouvant des difficultés pour arrêter.

Le phénomène de tolérance, c’est-à-dire d’accoutumance à la substance (consommer plus pour continuer à percevoir des effets), augmente le risque d’addiction.

Le THC contenu dans la plante majore aussi ce risque : par exemple, la marijuana (les fleurs) peut comporter jusqu’à 25 % de THC.

Étape 6 : établissez une date 

Comme toute addiction à combattre, fixer une date de début du sevrage est important, c’est le fameux jour J.

Si vous stoppez d’un coup sec, sans dégressivité, alors laissez-vous tout de même une semaine avant de commencer, afin de vous préparer. Dans l’idéal, si vous en avez la possibilité, préférez une période calme et peu stressante.

Si vous réduisez progressivement, notez la date de démarrage de votre diminution puis déterminez ensuite le jour de votre arrêt définitif. Libre à vous de fixer la durée qui vous semble la plus pertinente entre les deux.

Vous pouvez aussi arrêter de fumer du tabac en même temps.

En plus d’être bénéfique pour votre santé, cela peut vous aider à minimiser les risques de rechute, la consommation de cannabis y étant fréquemment associée. Dans ce cas, il est bon de solliciter votre médecin pour mettre en place un traitement à base de substituts nicotiniques pour définitivement arrêter le cannabis.

Bravo ! Votre engagement est pris. Mais avant de vous lancer, il reste encore quelques étapes. Si vous pensez avoir besoin d’aide pour mettre en œuvre votre sevrage, les psychologues de la Clinique E-Santé sont à même de vous accompagner grâce à des protocoles adaptés et personnalisés : n’hésitez plus.

A lire aussi : Les 8 secrets pour arrêter de fumer sans grossir

Suis-je dépendant au cannabis ?

Vous souhaitez évaluer gratuitement votre consommation au cannabis ?

Faites le test maintenant !

Étape 7 : changez vos routines pour éviter d’avoir envie de fumer

Il est nécessaire d’évaluer les situations à risques, c’est-à-dire les moments où vous aviez l’habitude de consommer du cannabis. Une fois de plus, prenez votre carnet pour les noter et préciser : Si vous étiez seul ou en compagnie de quelqu’un ; L’endroit où cela se passait ; Votre humeur et ce que vous ressentiez au moment de fumer.

De cette façon vous allez anticiper les périodes, les lieux et les états qui représentent maintenant un risque de tentation.

Et si cette dernière devient trop intense, vous ne céderez pas au cannabis, mais vous ferez appel à votre kit de dépannage ! C’est une sorte de trousse de secours comportementale que vous allez personnaliser pour vous soutenir dans les instants pièges.

Pour la créer, dressez l’ensemble des activités qui remplaceront vos anciennes routines. Il s’agit d’en prévoir assez pour savoir quoi piocher et quoi utiliser au bon moment :

Si vous aviez tendance à fumer du cannabis par ennui, pourquoi ne pas reprendre ce projet personnel que vous aviez mis à l’arrêt depuis un moment afin de vous occuper ? Si vous consommiez pour vous apaiser à cause d’une émotion difficile à vivre, pourquoi ne pas téléphoner à un ami à la place ?

Libre à vous de découvrir les meilleures ressources à instaurer au quotidien : une pratique sportive va libérer des endorphines pour vous détendre, une activité artistique va développer vos capacités de concentration et votre créativité, la méditation va vous reconnecter à vos états de conscience, le bénévolat va engendrer du lien social…

Les choix sont multiples et il est important de vous écouter pour trouver le bon équilibre. Petit à petit ce kit ne sera plus utilisé seulement en cas de besoin, mais deviendra votre nouvelle routine.

Étape 8 : entourez-vous des personnes qui vous soutiendront

Faites le tri : ne restez pas entouré par des personnes qui ne respectent pas votre choix et vous incitent à reprendre la fumette ou continuent de fumer en votre présence.

Dans l’idéal il est aussi pertinent, du moins pendant quelque temps, d’éviter au maximum les situations conviviales risquées : ne fréquentez plus les fumeurs qui consommaient avec vous, ne vous rendez pas à des fêtes où les drogues circulent facilement.

Avec la mise en place de vos nouvelles activités, vous serez forcément amené à élargir vos horizons relationnels.

N’hésitez pas à parler de votre sevrage autour de vous.

Échangez avec les personnes de confiance de votre entourage, celles qui vous apporteront une écoute bienveillante, sans jugement, simplement pour vous encourager et vous soutenir. Savoir sur qui vous pouvez compter fait aussi partie de votre cheminement vers la fin de votre dépendance.

Si malgré tout il est vous est difficile de vous confier ou de créer des relations, rapprochez-vous des associations d’entraide ou des groupes de paroles.

Aussi, les professionnels de la santé sont là pour vous accompagner : généralistes, psychologues spécialisés dans les addictions et autres addictologues ; contactez-les si vous en ressentez le besoin.

Dites adieu à votre addiction !

Fini l’euphorie des premiers joints, le cannabis ne vous fait plus rire désormais. Il vous rend apathique. Vous en fumez plusieurs par jour pour relâcher la pression et ne parvenez pas à vous endormir sans. Vous avez le sentiment que vous en avez besoin sinon vous cogitez trop. Pour autant, le cannabis vous rend amorphe et vous n’avez plus envie de rien. Vous sentez que votre confiance en vous n’est plus au rendez-vous, que votre joie de vivre est devenue artificielle et vous en souffrez terriblement.

Voici ce que va vous apporter la thérapie digitale, sur la base des résultats constatés cliniquement chez nos patients ayant eu une addiction au cannabis.

Vous allez :

- Sortir de votre addiction sans ressentir de frustration
- Retrouver votre motivation, du sens et reprendre votre vie en main
- Vous libérer de votre anxiété et être plus serein
- Être plus en forme pour profiter de la vie à nouveau

Démarrez une thérapie maintenant !

Étape 9 : prenez soin de vous

Tout d’abord il est primordial de fuir les autres addictions qui viendraient remplacer le cannabis : alcool, jeux d’argent, ou même certains médicaments.

Cependant, n’hésitez pas à recourir à des solutions non toxiques comme les tisanes de plantes apaisantes ou les huiles essentielles antistress.

Le sport est un excellent outil pour vous détendre et vous aidera à arrêter le cannabis.

Si vous rencontrez des difficultés à réguler votre nervosité pendant la durée de votre sevrage du cannabis, vous pouvez tenter la sophrologie, l’acupuncture ou encore l’hypnose.

Pensez aussi à vous récompenser de la façon qui vous conviendra, par exemple, en vous offrant un cadeau à chaque nouveau palier franchi.

Par la suite, si un mal-être se veut persistant, continuez ce travail sur vous-même en allant à la recherche des causes profondes dans le cadre d’une thérapie. Un accompagnement vous aidera à comprendre la place du cannabis dans votre vie : son origine, le départ et pourquoi la consommation a pris une telle ampleur.

Combien de temps dure un sevrage cannabique ?

En fonction de votre consommation de cannabis, le sevrage peut être plus ou moins long. Il est important de savoir, qu’à partir du moment où vous arrêtez définitivement de fumer le cannabis, celui-ci restera environ deux mois dans votre organisme avant de totalement disparaître.

La durée d’un sevrage cannabique prend donc du temps. C’est pour cela que vous devez vous fixer des objectifs et vous donner un but à atteindre. Ils vous aideront à garder la motivation lorsque vous éprouverez des difficultés.

Les premiers symptômes de manque tels que l’irritabilité, l’anxiété, les maux d’estomac, la perte d'appétit, la transpiration abondante ou encore la perturbation du sommeil peuvent apparaître au cours des 7 premiers jours de votre sevrage cannabique.

Entre le 2ème et le 6ème jour de sevrage, vous allez ressentir un pic d’intensité de vos symptômes. Ensuite, ils diminueront progressivement pour disparaître vers la fin de la seconde semaine de sevrage. L’intensité est variable d’une personne à l’autre. Elle dépend principalement de la quantité et de la durée de consommation de cannabis, de la sévérité de la dépendance et de l’existence d’un soutien de votre entourage ou d’un professionnel de la santé.

Ensuite, les molécules de THC (tétrahydrocannabinol) vont s’évacuer de votre corps peu à peu. Vous ressentirez les bienfaits du sevrage cannabique après environ quatre semaines d’arrêt. C’est à ce moment que vous commencerez à retrouver un mode de vie normal.

À retenir

Le cannabis est une drogue aux risques conséquents mais son arrêt diminue rapidement l’ensemble des symptômes qu’elle provoque.
 
Plus la consommation démarre tôt, plus la désintoxication peut être difficile. Pourtant, cesser de fumer des joints est possible ! C’est évidemment un changement complet qui induit de nouvelles habitudes, fréquentations et activités.
 
Se sevrer c’est aussi se confronter avec son désir, c’est une forme de bataille, qui permet d’accéder à une meilleure vie au quotidien, pour retrouver d’autres sources de plaisir.
 
Si vous souffrez de votre consommation et qu’un soutien psychologique vous paraît nécessaire, prenez contact avec notre équipe, qui saura vous accompagner dans votre sevrage cannabique.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter