9 étapes pour mettre fin à votre addiction aux jeux d'argent

9 étapes pour sortir de l'addiction aux jeux d'argent (jeu pathologique)

Poker, roulette ou encore loto : qui n’a jamais tenté sa chance aux jeux d’argent pour empocher le jackpot ? Pour certaines personnes les sensations provoquées par le jeu dépassent le divertissement et se transforment en une addiction. De la même façon que l’alcool, le jeu pathologique déclenche excitation et ivresse dont il est difficile de se défaire. Vous jouez trop, vous n’arrivez pas à arrêter et vous ne savez plus quoi faire ? Voici 9 étapes à suivre pour mettre fin à votre addiction aux jeux d’argent.

Ai-je une addiction aux jeux d'argent ?

Vous avez un doute sur vos comportements de joueur ? Évaluez votre degré d’addiction rapidement.

Faites le test maintenant !

Qu’est-ce que l’addiction aux jeux d’argent ?

L’addiction aux jeux d’argent est comportementale : il n’y a pas de substance psychoactive qui agit. C’est une pratique du jeu qui se veut répétitive et inadaptée, entraînant une souffrance importante et des bouleversements sur la qualité de vie et le quotidien : les activités habituelles, mais aussi familiales et professionnelles sont impactées.

Le simple plaisir de jouer n’existe plus et devient un besoin excessif, prenant toute la place dans la vie. Le joueur ne peut plus arrêter librement, son attitude est compulsive : le jeu s’est transformé en une drogue. On parle de jeu pathologique ou de ludomanie pour caractériser l'addiction aux jeux.

Le joueur compulsif risque une mise d’une certaine valeur dans le but de gagner encore plus : casino, jeux en ligne, loterie, tickets à gratter, paris sportifs, cartes, courses hippiques… Chaque joueur possède une ou plusieurs préférences.

Pathologie reconnue, ses causes sont multifactorielles : comme pour toutes les addictions, certaines personnes sont plus vulnérables que d’autres.

Quelles sont les étapes pour se défaire de sa dépendance aux jeux ?

Le jeu d’argent pathologique n’est pas une simple passade. Lorsque l’addiction est installée, c’est l’ensemble de votre système cérébral et émotionnel qui est impacté. Y mettre fin demande du temps et de la bienveillance envers vous-même.

Pour sortir de la dépendance aux jeux d'argent il y a 9 étapes à suivre : 

  1. Reconnaissez vos symptômes
  2. Analysez vos comportements
  3. Apprenez à vous contrôler face aux déclencheurs
  4. Admettez les conséquences
  5. Parlez à un tiers de confiance de votre addiction aux jeux d'argent
  6. Faites le deuil de l'argent 
  7. Fuyez les situation à risques 
  8. Acceptez votre illusion de contrôle sur le hasard
  9. Démarrez un suivi thérapeutique 

Étape 1 : reconnaissez vos symptômes

L’addiction aux jeux repose sur des manifestations bien spécifiques pour être diagnostiquée.

Si vous souhaitez mettre fin à votre dépendance, vous en avez probablement déjà constaté certains signes :

  1. Vous jouez des sommes d’argent qui augmentent constamment afin d’atteindre un état d’excitation proche de l’effet désiré ;
  2. Réguler votre pratique ou essayer d’arrêter vous irrite fortement, vous rend agité.e ;
  3. D’ailleurs vous n’arrivez pas à réduire ou cesser sur le long terme, vos efforts échouent 
  4. Le jeu vous préoccupe énormément : vous pensez à vos anciens succès, vous prévoyez vos prochains coups, vous cherchez comment vous procurer de l’argent ;
  5. Vous pariez fréquemment quand vous êtes en souffrance ou lorsque vous ressentez du mal-être ;
  6. Quand vous perdez, vous retournez jouer systématiquement pour vous « refaire » ;
  7. Vous mentez, à votre entourage, à vous-même, pour cacher l’ampleur de votre trouble et ses conséquences ;
  8. Vous avez perdu des amitiés, des proches ou même votre travail (ou vos études sont en danger) et votre famille est mise de côté ;
  9. Il vous arrive de solliciter les autres pour obtenir de l’argent et sortir de vos dettes.

Un joueur pathologique doit présenter quatre de ces symptômes dans les douze derniers mois.

Le trouble est considéré comme étant grave lorsque huit à neuf critères sont présents. Reconnaître les signes de la ludomanie qui impactent votre cerveau va favoriser votre cheminement vers la guérison de la dépendance aux jeux d'argent.

Étape 2 : analysez vos comportements

La première étape afin de mettre fin à votre dépendance aux jeux, est la prise de conscience qui passe par l'analyse de vos comportements. Cette étape s'effectue avant d’entamer votre sevrage.

Vous devez faire le point sur vos habitudes de jeu : Comment jouez-vous ? À quoi ? Avec qui ? Pour quelles raisons ? Dans quels lieux ? L'objectif est ici de prendre du recul sur vos comportements, afin de les analyser. 

Réfléchir à vos routines et vous questionner sur vos pratiques vous aidera à trouver les éléments déclencheurs : pensées, émotions, sensations, comportements, situations… Les possibilités sont larges, c’est pourquoi il est essentiel de les analyser.

À cet effet, de quoi écrire est toujours utile (un carnet suffit), car vous pourrez y revenir librement à tout moment.

Pour commencer, dès que vous avez envie de jouer, arrêtez-vous et examinez ce qui se passe en vous, sans jugement : que ressentez-vous ? Que pensez-vous ? Notez ces informations. Essayez ensuite de comprendre ce qui a provoqué cette envie.

Il peut s’agir d’une émotion comme la joie ou la tristesse. L’ennui fait aussi partie des situations qui poussent à jouer, pour soulager un manque d’excitation.

Les individus addicts possèdent souvent des traits impulsifs, ce qui n’aide pas à tempérer leur compulsion. Parfois, l’élément activateur est un lieu : en cas d’addiction aux paris sportifs ou aux jeux de grattage, passer devant un bar ou un café risque de réveiller en vous l’envie de miser.

Enfin, une personne peut être en cause, ou encore une substance. En effet, la cigarette et l’alcool sont fortement associés aux jeux et en les consommant vous encouragez certainement votre désir de parier.

À lire aussi : 6 étapes pour arrêter de fumer du premier coup

Étape 3 : apprenez à vous contrôler face aux déclencheurs

La deuxième étape consiste à réfléchir sur les actions à mettre en place, pour résister aux déclencheurs qui vous poussent à jouer.

En les contournant : par exemple, en cas d’addiction au casino, vous éviterez de passer devant votre casino préféré.

En les remplaçant : si vous jouez par ennui, une autre activité comme le sport ne pourrait-elle pas vous contenter ? Attention, cependant il ne s’agit pas de tomber dans une nouvelle addiction sans substance ! En y faisant face : affronter les émotions que l’on cherche à fuir est la meilleure façon de comprendre ses besoins.

Mais en cas de mauvaise gestion de ses affects, un accompagnement thérapeutique est nécessaire. La Clinique E-Santé dispose de protocoles adaptés : n’attendez plus si vous souffrez.

Étape 4 : admettez les conséquences

Cette troisième étape peut être douloureuse, malheureusement elle est nécessaire. En tant que joueur excessif, vous souffrez probablement des conséquences engendrées, car les risques sont nombreux.

En effet, cette dépendance aux jeux pose des soucis à plusieurs niveaux :

  • Financièrement : dettes, crédits, retards… ;
  • Avec la justice (interdiction de jouer, accès à des sites illégaux, défaut de paiement…) ;
  • Difficultés et disputes avec votre entourage, la famille, les amis : le coût social est élevé ;
  • Problèmes au travail, à l’école, dans les études ;
  • Sur votre santé : abus de substances, anxiété, mauvais sommeil...

Pour avancer vers le chemin de la guérison correctement, il est important de faire le point sur les retombées de votre maladie, à la fois sur vous, mais aussi sur votre entourage. Prenez le temps de dresser une liste de toutes les problématiques auxquelles vous a confronté le jeu (et cela même si vous avez déjà réglé le problème).

Notez également les personnes que vous avez blessées, ou à qui vous devez de l’argent. C’est une étape difficile, cependant elle vous permettra de prendre le recul nécessaire pour vous rendre compte de l’impact de votre dépendance.

Cette liste pourra par la suite vous servir de guide et de rappel dans les moments de faiblesse.

Étape 5 : parlez à un tiers de confiance de votre addiction aux jeux d'argent

Comme pour arrêter de fumer du cannabis ou diminuer sa consommation d'alcool, il est important que vous puissiez vous confier à quelqu’un dans le cadre de votre dépendance.

Surtout, ne restez pas seul.e ! Vous sentir encouragé.e dans votre parcours est nécessaire afin de partager votre vécu sans craindre la peur du jugement : la bienveillance de votre entourage est essentielle.

Lorsque vous serez prêt.e, faites part de votre problème à votre famille et verbalisez leur votre demande de soutien, tout en reconnaissant les difficultés que cela a pu engendrer entre vous.

La ludomanie fait partie des addictions qui isolent les personnes mais l'arrêt de la pratique passe néanmoins par un accompagnement de proximité dont les bienfaits agissent sur le maintient de la motivation. 

Si vous vous sentez toujours incompris.e ou que vous ne pouvez pas parler de votre trouble, pensez aux groupes de paroles. Que ce soit lors de rencontres physiques ou par téléphone, ces personnes prendront le temps pour vous, avec toute l’empathie nécessaire. Cliquez ici pour en savoir plus. 

Échanger avec des gens qui vivent (ou qui ont vécu) la même situation vous permettra de vous rendre compte que vous n’êtes pas seul.e et que guérir est possible.

Étape 6 : faites le deuil de l’argent

L’argent joué est perdu. Il ne reviendra pas. Si vous continuez à jouer, soyez honnête avec vous-même. Ne vous mentez pas sur combien vous misez et combien vous perdez. Soyez sincères avec les proches au courant de votre situation.

Vous devez accepter que le hasard ne se contrôle pas. Vous n’avez pas de pouvoir dessus. En revanche, vous pouvez maîtriser dès maintenant ce que vous décidez de faire avec l’argent : vous seul.e détenez votre propre ticket gagnant.

Tenir un registre est essentiel. Si vous continuez à jouer, vous y inscrirez l’argent dépensé et perdu. À la fin de chaque semaine, notez ce que vous auriez pu vous offrir à la place ou les dettes que vous auriez pu effacer.

Si vous ne jouez plus, écrivez tout de même, chaque jour qui passe sans parier, l’argent mis de côté. Libre à vous de constituer une cagnotte, pour vous en servir à rembourser vos emprunts ou vous récompenser. Pourquoi ne pas investir cet argent pour vous : projet de formation, moments de bien-être, voyages ?

Enfin, rappelez-vous que vos mises seront toujours supérieures à vos gains. Dans tous les cas, pour réduire vos prises de risque, pensez de façon logique : « Si je joue, les conséquences seront que je vais perdre de l’argent. Jusqu’à présent j’ai d’ailleurs déjà perdu autant d’argent. Cette somme va augmenter si je parie. »

Bon à savoir

Mentir entraîne de la culpabilité. Culpabiliser impacte l’estime que vous avez de vous-même. Pour apaiser cela, vous jouez.
 
Alors que vous vous étiez promis de ne plus parier, ce qui vous fait éprouver du ressentiment. Vous perdez de nouveau. Les émotions négatives s’emparent de vous, mais disparaissent dès que vous rejouez, car subsiste toujours l’espoir de gagner. Cette dynamique vous maintient dans un cercle vicieux.

Étape 7 : fuyez les situations à risques

De manière générale, pour diminuer ou sortir du jeu pathologique, vous devez évitez toutes les situations de tentation : ambiance du café, musique en boucle des machines à sous, odeur des salles, texture des jetons, bruit des pièces…

Avec le jeu, se met en place une sorte de rituel, et tous ces éléments environnementaux sont associés à votre envie de jouer et y participent fortement. Si vous êtes entouré.e par votre drogue, il sera difficile d’y résister.

Dites non à votre cercle de jeu : aux personnes qui veulent faire une sortie au casino, expliquez-leur pourquoi vous refusez et suggérez une autre activité.

Évitez de passer devant les lieux proposant loteries et jeux de hasard. Si vous souffrez d’une addiction aux jeux en ligne, vous pouvez vous interdire l’accès à certains sites sur votre ordinateur ou votre téléphone.

L’addiction, qu’elle soit de substance ou à un comportement, provoque dans le cerveau un état appelé le craving. C’est ce qui engendre le besoin irrépressible et impérieux de jouer dans le cas de la ludomanie.

Une personne addicte au jeu ne peut pas jouer de manière responsable pour cette raison. C’est son cerveau qui commande et il cherche uniquement à être contenté.

Le phénomène de craving est également présent si vous décidez de commencer un sevrage d'alcool

En finir enfin avec les jeux d’argent !

Jackpot ! Vous avez gagné une fois et depuis vous ne pensez plus qu’à cela. L’appât du gain facile vous obsède, vous ne voyez jamais la perte. Cela fait des heures que vous jouez mais vous sentez que la chance va bientôt tourner… Perdu, vous êtes passé d’un sentiment de toute-puissance au désespoir. Vous ne pouvez pas vous empêcher de jouer, c’est plus fort que vous. Vous êtes endetté et empruntez de l’argent, vos proches ne vous font plus confiance, vous êtes isolé mais vous vous dites que si vous gagnez le gros lot tout va s’arranger !

Voici ce que va vous apporter la thérapie digitale, sur la base des résultats constatés cliniquement chez nos patients ayant vécu une addiction aux jeux d’argent.

Vous allez :

- Retrouver confiance en vous et regagner la confiance de vos proches
- Sortir de l’angoisse des dettes pour être plus serein au quotidien
- Redevenir maître de soi et trouver du plaisir dans d’autres activités
- Vous libérer de ce sentiment de culpabilité et de honte qui vous pèse

Démarrez une thérapie maintenant !

Étape 8 : acceptez votre illusion de contrôle sur le hasard

Entre espoir de gagner et crainte de l’échec, il existe plusieurs mécaniques de pensées dans la tête des parieurs qui favorisent leur conduite et les encouragent à jouer. L’addiction occupe tellement de place psychique qu’il n’est pas toujours évident de garder son objectivité.

Mais prendre conscience de ces croyances vous aidera à prendre du recul sur vos comportements.

L’illusion de contrôle est fréquente : vous vous imaginez que vous avez un pouvoir sur les jeux de hasard et que vous maîtrisez l’issue à venir d’un jeu. Mais rien de cela n’est vrai.

Chaque course, chaque ticket, chaque lancer de dés ne dépend pas de vous, mais d’un processus aléatoire.

Cette mécanique se manifeste différemment selon les joueurs : On parlera de :

  • Contrôle cognitif si vous faites, par exemple, une prière avant de jouer ;
  • Contrôle comportemental qui implique par exemple de souffler sur les dés avant de les jeter ou encore de vouloir battre les cartes vous-même ;
  • Talisman qui est aussi une expression de contrôle : porte-bonheur obligatoire dans la poche ou gri-gri à caresser avant de gratter ;

D’autres formes de contrôle sont possibles, comme tenir compte des chiffres déjà sortis à la roulette, par exemple.

Ai-je une addiction aux jeux d'argent ?

Vous avez un doute sur vos comportements de joueur ? Évaluez votre degré d’addiction rapidement.

Faites le test maintenant !

Étape 9 : démarrez un suivi thérapeutique

Cette dernière étape est essentielle pour garantir la fin de votre addiction aux jeux d'argent.

Vous avez déjà effectué une grande partie du travail, mais pour arrêter définitivement, une prise en charge médicale est souvent nécessaire. Vous pouvez vous rapprocher dans un premier temps de votre médecin traitant : il saura vous orienter.

Le traitement de l’addiction au jeu pathologique comprend un suivi avec un.e addictologue dont c’est la spécialité.

L’accompagnement thérapeutique peut reposer sur plusieurs méthodes qui se combinent : par exemple une thérapie familiale, associée à de l’hypnose et des groupes d’entraide.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une psychothérapie qui a fait ses preuves. En effet, elle est relativement rapide et se concentre sur les schémas de pensées négatifs et les comportements inadaptés qui en découlent, pour les transformer.

Les symptômes de la ludomanie s'atténuent ainsi au plus vite. Elle est fortement recommandée en première intention.

Par la suite, vous pourrez rechercher la cause profonde responsable de votre dépendance.

En complément, de façon limitée et dans le cadre de la thérapie, un traitement pharmacologique est possible pour soulager les troubles de l’humeur associés à la dépendance aux jeux, comme la dépression.

Même si l’hospitalisation reste rare, elle est envisageable, notamment si les conséquences de la pratique pathologique mettent la vie en danger. 

À retenir

Contrairement aux joueurs récréatifs, les parieurs compulsifs vivent dans la souffrance, car l’appel du jeu est plus fort que tout.
 
Le jeu pathologique se soigne, mais plus le temps passe, plus le cercle vicieux s’installe et renforce le mal-être. Aussi, une prise en charge précoce favorise grandement les chances de guérison.
 
Ne restez pas seul.e et n’attendez plus en contactant l’équipe de La Clinique E-Santé : tous les psychologues utilisent des protocoles spécialement adaptés aux addictions, afin de garantir les meilleurs résultats thérapeutiques et dans le respect de vos volontés : arrêter de fumer sans grossir, sevrage progressif du tabac ou de la drogue ...

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter