NOS PSYS
Featured Image

Trouble anxieux généralisé : 6 signes que votre anxiété s'aggrave dangereusement

Publié le 13/09/21 17:30

Se faire du souci lorsqu’une situation particulièrement pénible pour soi ou pour un proche se déroule est tout à fait normal. Dans la vie, il est de ces événements qu’il n’est pas toujours possible d’anticiper ou de maîtriser quand ils arrivent et pour lesquels, il est légitime d’être plus anxieux, plus stressé que d’habitude : perte d’un emploi, problèmes de santé, difficultés financières etc. Pour autant, il arrive également que certaines personnes ressentent cette anxiété sans raisons particulières, de manière quotidienne et ce, pour toutes les sphères de la vie. On appelle cela le trouble anxieux généralisé (TAG).

Le TAG est une maladie qui touche environ 2,1% des personnes âgées de 18 à 65 ans en France et se caractérise par une anxiété permanente sur laquelle se greffent d’autres symptômes anxieux non spécifiques, tels que des douleurs musculaires et articulaires, des troubles du sommeil, des maux de tête etc.

Pas toujours simple à diagnostiquer, l’anxiété généralisée se confond parfois avec des maladies ayant des symptômes similaires et constitue un réel handicap au quotidien pour les personnes qui en souffrent. En effet, en plus de causer des douleurs physiques à la personne, le trouble anxieux généralisé affecte également ses capacités cognitives avec des trous de mémoire et des problèmes de concentration qui apparaissent petit à petit. Le TAG est donc un trouble qui évolue au fil du temps et qui sans être diagnostiqué peut également conduire la personne à la dépression ou au développement d’une phobie sociale.

Si vous êtes d’une nature plus anxieuse et que vous sentez perdre progressivement le contrôle de vos émotions, que vous réagissez de manière disproportionnée par rapport à une situation, ou plus simplement, que vous avez peur tout le temps sans raison apparente, n’hésitez pas à réaliser le test ci-dessous qui vous permettra d’évaluer votre niveau d’anxiété et peut-être de découvrir que vous êtes aux prises d’un trouble anxieux généralisé.

Cliquez-ici pour faire le test "suis-je trop anxieux ?"


Sommaire de l'article

  1. Qu'est-ce que le trouble anxieux généralisé ?
    1. La différence entre l'anxiété ordinaire et l'anxiété généralisée
    2. Les symptômes du trouble anxieux généralisé
  2. Ce qui déclenche le trouble anxieux généralisé
  3. Quand est-il urgent de consulter ? 
  4. Que faire lorsque l'anxiété se généralise ?

Qu’est-ce que le trouble anxieux généralisé ?

Le trouble anxieux généralisé est une maladie qui est définie comme « une nervosité et une inquiétude excessive, à propos de nombreuses activités ou événements. Les personnes affectées sont anxieuses plus de jours qu’elles ne le sont pas pendant 6 mois ou plus », selon le MSD (Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux).

La différence entre l’anxiété ordinaire et l’anxiété généralisée

L’anxiété de manière générale est une réaction mentale déclenchée par la pensée. Elle peut être ordinaire, c'est-à-dire ponctuelle, en lien avec un événement précis comme un entretien d’embauche par exemple, ou elle peut prendre la forme d’un trouble, dès lors qu’elle devient particulièrement handicapante. L’INSERM recense 6 troubles anxieux parmi lesquels se trouve l’anxiété généralisée, mais aussi :

  • Le trouble panique : il s’agit d’une anxiété sévère dont le symptôme principal est la crise d’attaque de panique régulière qui peut se produire à tout moment.
  • Les phobies spécifiques : elles sont des peurs intenses et persistantes qui portent sur des objets précis, comme des ciseaux, la peur de l'eau, des ascenseurs etc.
  • L’agoraphobie : il s’agit de la peur des espaces publics. La personne a peur de ne pas pouvoir sortir facilement de ces espaces qui peuvent être des transports en commun, des centres commerciaux ou plus simplement des espaces ouverts où il y aurait beaucoup de personnes.
  • Le trouble d’anxiété sociale : il se manifeste par la peur de se faire humilier en public, de se faire rejeter ou de se sentir gêné.e lorsqu’il s’agit d’interagir avec une ou plusieurs personnes. L’anxiété sociale entraîne des difficultés à prendre la parole en public ou à rencontrer de nouvelles personnes par exemple.
  • Le trouble d’anxiété de séparation : ce trouble se manifeste par la peur pour l’enfant ou l’adulte d’être séparé de la personne dont ils sont le plus proche. Les personnes qui ont ce trouble peuvent par exemple avoir peur de dormir sans cette personne ou de sortir de chez eux par peur de perdre leur proche.

L’anxiété généralisée est une sensation d’inquiétude extrême entraînant une peur permanente qui dure depuis plus de 6 mois.

Les symptômes du trouble anxieux généralisé

Pour différencier l’anxiété courante qui se manifeste ponctuellement de l’anxiété généralisée, la personne en situation d’anxiété permanente doit présenter au moins 3 symptômes somatiques parmi les 6 suivants, afin d’être diagnostiquée comme ayant un trouble anxieux généralisé :

  • Agitation et sensation d’être survolté ou à bout
  • Fatigabilité (une facilité à être fatiguée rapidement)
  • Difficulté de concentration ou trous de mémoire
  • Irritabilité
  • Tension musculaire (douleurs aux cervicales, tensions au dos, maux de tête …)
  • Troubles du sommeil (difficultés pour s’endormir, réveils réguliers durant la nuit, sommeil peu reposant …)

Ces symptômes doivent également s’ajouter à une inquiétude permanente d’au minimum 6 mois qui ne trouve pas de raisons pouvant la justifier. Le trouble anxieux généralisé se caractérise aussi par une inquiétude excessive portée sur plusieurs domaines en même temps : la santé, le travail, les relations sociales, les finances et la famille.

Les personnes souffrant d’un trouble anxieux généralisé ont aussi des difficultés à gérer leurs émotions. Bien qu’elles soient parfaitement conscientes de leur état d’inquiétude excessive, elles ne sont pas capables de se raisonner ou de se contrôler. Ainsi, une personne souffrant de ce type de trouble va avoir tendance à appréhender le pire dans toutes les situations sans pouvoir essayer de trouver des éléments de réassurance.

Par ailleurs, ces symptômes apparaissent généralement progressivement dans la vie des personnes touchées ce qui retarde le diagnostic du TAG.

Ainsi pour que votre anxiété soit considérée comme généralisée, elle doit répondre à 3 critères :

  • Il doit s’agir d’une anxiété qui dure depuis plus de 6 mois
  • Elle doit entraîner une incapacité à vous contrôler : vous savez que votre anxiété est infondée mais c’est plus fort que vous, vous n’arrivez pas à vous contrôler.
  • Elle vous handicape dans votre quotidien physiquement et psychologiquement.

Ce qui déclenche le trouble anxieux généralisé

Le trouble anxieux généralisé est la résultante d’une combinaison de 7 facteurs, qui sont les suivants :

  • L’hérédité
  • Les problèmes de santé
  • La surconsommation de substance
  • Le sevrage
  • La présence de stress sévère avec épuisement physique et psychologique
  • La faible estime de soi et le manque de confiance
  • La difficulté à s’adapter à de nouvelles situations, de nouvelles étapes de votre vie (déménagement, décès, départ des enfants, etc.)

Le TAG peut se déclencher à tout moment, généralement à l’adolescence ou à l’âge adulte. Les émotions sont alors décuplées.

Trouble anxieux généralisé : quand est-il urgent de consulter ?

Les personnes souffrant de TAG ont tendance à penser que leurs symptômes font partie de leur personnalité et que leur anxiété excessive est dans leur nature. Or, l’anxiété généralisée s’installe progressivement et lentement, si bien que certaines personnes en souffrent sans le savoir depuis plusieurs années.

Néanmoins, des signes physiques et psychiques peuvent être identifiés afin de prouver que leur anxiété s’est aggravée et qu’elle s’est généralisée.

Des émotions fortes et paralysantes

Sans vraiment vous l’expliquer, vous ressentez une peur intense de manière régulière concernant des situations de la vie courante qui ne nécessitent pas tant. Vous éprouvez également de la peur pour des évènements qui ne se sont pas encore produits, par anticipation, ou pour des évènements qui ne se produiront jamais. Vous imaginez dans votre tête une sorte de scénario catastrophe qui crée une confusion dans votre cerveau, incapable de différencier la réalité de l’imaginaire. L’intensité de ce ressenti peut varier d’une personne à une autre mais il peut être tellement puissant et envahissant qu’il peut provoquer des attaques de panique.

Des pensées anxieuses quotidiennes

Vous vous inquiétez sans arrêt pour tout et tout le monde. Dès qu’une nouvelle vous parvient, vous concernant ou concernant l’un de vos proches, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous faire du souci et de développer des pensées de vulnérabilité : « qu’est-ce qui va m’arriver ? », « va-t-il s’en sortir ? », « Et si ça se passe comme ça, que vais-je pouvoir faire ? » …

Elles peuvent être orientées vers une situation qui est en train de se dérouler à l’instant présent ou portées sur une situation qui n’est pas encore arrivée. Dans ce dernier cas de figure, il est tout à fait possible que vous viviez dans une attente anxieuse qui se manifeste par la création de scénarios catastrophes.

Des comportements anxieux

Vous remarquez que plus les jours passent et plus vous développez des mécanismes d’auto-défense pour faire face aux situations de la vie courante qui vous créent de l’angoisse :

  • Vous adoptez des conduites d’évitement qui consistent tout simplement à fuir la situation angoissante.
  • Vous mettez en place des solutions permettant de ne pas faire face seul.e à la situation qui vous stresse en demandant par exemple, de vous faire accompagner quelque part.
  • Vous mettez en place une stratégie consistant à créer une routine qui vous réconforte dès lors que vous vous sentez particulièrement angoissé.e, une sorte de système refuge qui vous maintient dans une certaine zone de confort.

Une difficulté à vous adapter aux changements

Dès qu’un événement se produit, vous contraignant à modifier votre emploi du temps, vous avez du mal à y faire face. Sortir de votre zone de confort est inimaginable, tout changement est une source d’angoisse, de stress supplémentaire et donc alimente votre trouble anxieux généralisé.

Cela vous bloque dans votre prise de décision et votre capacité d’agir au quotidien. Vous pouvez par exemple avoir peur de changer de médecin malgré que celui-ci ne vous convient pas ou peur de devoir aller dans un autre magasin que celui dans lequel vous avez l’habitude d’aller.

Des souffrances physiques

Le trouble anxieux généralisé se manifeste également par des souffrances physiques qui s’expriment par des étourdissements, des vertiges, des nausées, des bouffées de chaleur, des frissons, une pression sanguine élevée, un rythme cardiaque élevé avec des palpitations, des sensations d’étouffement, des pincements au niveau de cage thoracique, ou encore de la fatigue.  

Une perte de l’estime de soi et de confiance en soi

Si vous ressentez progressivement que vous perdez confiance en vous, que vous ne vous sentez plus capable de réaliser certaines tâches et que dans un même temps, vous développez des croyances limitantes à votre égard, alors votre anxiété ordinaire se transforme peut-être en un trouble anxieux généralisé. Ce type de trouble invalide tellement les personnes qui en souffrent qu’elles finissent par perdre totalement confiance en elles.

Cliquez ici pour faire le test "Suis-je sujet à l'anxiété sociale ?"

Que faire lorsque l’anxiété se généralise ?

Dès lors que vous ressentez que votre anxiété devient anormalement excessive, il est important de prendre rendez-vous chez un professionnel de la santé, d’autant que le trouble anxieux généralisé se soigne très bien. Plusieurs solutions peuvent être mises en place pour soulager vos souffrances.

Vous pouvez bénéficier d’un accompagnement psychologique qui vous permettra de traiter le trouble en profondeur. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est par ailleurs particulièrement recommandée dans le traitement du trouble anxieux généralisé parce qu’elle se base sur le postulat que ce sont nos pensées qui créent notre façon de percevoir la vie et d’agir. Ainsi, elle permet notamment d’identifier et de contrer les perturbateurs de votre quotidien : pensées automatiques, émotions envahissantes et sensations physiques.

Au cours des séances de thérapie TCC, le psychologue ou le psychothérapeute peut faire appel à diverses méthodes, comme de la relaxation, pour prévenir les attaques de panique par exemple, des techniques comportementales qui vont vous mettre face, de manière progressive, aux situations qui vous font peur afin de vous désensibiliser et enfin, des techniques cognitives qui visent le traitement des pensées automatiques. La thérapie cognitivo-comportementale vous aide à prendre du recul sur ce que vous êtes en train de penser face à des situations données pour que vous puissiez les observer et vous repositionner sur un système de pensées plus factuel, qui vous permettra de vous rassurer.

Il est également possible de suivre un traitement médicamenteux en complément de la psychothérapie afin de vous soulager des douleurs physiques mais également pour vous accompagner dans la dépression si vous êtes dans cette situation. Les antidépresseurs font office de traitement de fond pour vaincre l’anxiété généralisée et les anxiolytiques permettent d’agir rapidement sur les symptômes.

Enfin, le trouble anxieux généralisé peut être lié à d’autres pathologies comme par exemple des addictions, il est également essentiel de les traiter en parallèle, lors de votre processus de soin, afin d’éviter de rechuter.