Devenez acteur de La Clinique E-Santé !

Envie de prendre part à un projet d'impact sociétal en transformant l'accès à la santé mentale ? Agissez maintenant aux côtés d'investisseurs déjà engagés.

Envie de prendre part à un projet d'impact sociétal en transformant l'accès à la santé mentale ? Agissez maintenant aux côtés d'investisseurs déjà engagés.

Photo de Christèle Albaret
Accueil / Troubles Anxieux /

Vaincre l'anxiété de sép...

Troubles Anxieux

Vaincre l'anxiété de séparation : 6 clés pour gérer les départs

Êtes-vous submergé par une peur intense à l'idée d’un éloignement ? Vous demandez-vous comment surmonter cette angoisse persistante ? Découvrez, dans cet article, 6 clés pour vaincre l’anxiété de séparation et ne plus ressentir ses effets dans votre quotidien.

Photo de l'auteur de l'article

Rédaction par Margaux

Rédactrice web

10 min

Publié le January 19, 2024

6 clés pour vaincre l’anxiété de séparation et mieux gérer les départs

Quel est mon style d’attachement ?

Vous vous demandez comment votre style d'attachement peut influencer votre perception de la séparation ?

Image

Qu’est-ce que l’anxiété de séparation ?

L'anxiété de séparation est un trouble anxieux qui se manifeste par une peur intense et un sentiment d'insécurité à l'idée de se retrouver séparé d'une personne avec laquelle vous avez établi un lien affectif fort. Cette notion a été mise en lumière par Mary Ainsworth, spécialiste du trouble de l'attachement.
Chez l'enfant, le stress provoqué par la séparation prend souvent la forme de crises de pleurs, de comportements violents ou de désobéissance lors de l’éloignement avec l’un de ses parents.
Chez l'adulte, l’angoisse de séparation est plus complexe à identifier, car les symptômes se manifestent par le corps. Les adultes ne vont pas exprimer leur inconfort par des crises, mais plutôt par une sensation de gêne, un sentiment d'insécurité, de l'angoisse, ou une anxiété à la prise de conscience d'un départ.
Les causes de l'anxiété de séparation sont diverses et peuvent découler de l'enfance ou d'expériences ultérieures. Manon Bouchez, psychologue clinicienne à La Clinique E-Santé, nous rappelle que :

“Cette anxiété peut surgir lorsque les parents, pendant l'enfance, n'ont pas correctement répondu aux besoins primaires de l'enfant, ou au contraire, ont trop bien répondu à ces besoins.”


D’autres causes peuvent être relevées et favoriser l’apparition de ce trouble telles que des traumatismes d'attachement notamment des séparations douloureuses et brutales, le décès soudain d'un parent ou le deuil d’un proche.
Pour illustrer nos propos, prenons l'exemple de l'expérience de Mary Ainsworth, la "situation étrange". Une mère et son enfant sont présents dans une pièce inconnue de l'enfant avec des jouets et un individu étranger à la famille. Lorsque la mère prévient l'enfant qu'elle s'absentera pendant deux minutes, le comportement de l'enfant à son retour révèle la nature de son attachement : un attachement sécure si l'enfant joue sereinement (il n’est pas impacté par le départ et le retour de sa mère et a confiance en sa figure d’attachement) , une insécurité si l'enfant se met à hurler, se figer, pleurer ou encore attendre à la porte.

Le saviez-vous ?

Les enfants atteints de trouble anxieux de séparation peuvent éprouver :

  • Une appréhension à l’idée de se séparer de la figure parentale
  • Une inquiétude excessive quant au danger pour eux
  • Une difficulté à quitter la maison, même pour aller à l'école
  • Une difficulté à dormir
  • La sensation d’être malade lorsqu'ils sont loin de leurs proches

Quels sont les impacts de l’angoisse de séparation sur la santé mentale ?

L'impact de l'anxiété de séparation peut être important sur la santé mentale, autant chez les enfants que chez les adultes. Les signes de cette anxiété peuvent se manifester de différentes manières, notamment par le stress, l'angoisse, la colère, ou la tristesse.
Le trouble de l’anxiété de séparation chez l’adulte se traduit souvent par des émotions intenses. Manon Bouchez, psychologue clinicienne à La Clinique E-Santé donne l’exemple suivant :

“Un adulte pourrait éprouver de la colère ou de l'incompréhension s'il se sent abandonné par un partenaire le temps d’une soirée. Cette anxiété propre à l'attachement peut déclencher un sentiment profond de solitude, contribuant ainsi à un malaise émotionnel pouvant avoir des répercussions considérables sur le bien-être mental et physique.”


Chez les enfants, le rôle de l'attachement est fondamental pour le développement du cerveau. Lorsqu'un enfant se sent en sécurité, il est plus apte à explorer son environnement et à grandir de manière équilibrée. Si un sentiment d'insécurité domine en raison de l'angoisse de séparation, le développement du mode relationnel de l'enfant peut être entravé. En effet, lorsqu’il sera adulte, il pourra ressentir un état d’insécurité. Cet état peut conduire à un faible niveau de confiance en soi, un niveau élevé de stress et des difficultés à forger sa propre personnalité.
Plus spécifiquement, un enfant peut rencontrer des difficultés à développer ses propres désirs, ses motivations et ses envies, ce qui est crucial pour son épanouissement et son autonomie future. Cela peut conduire à une angoisse de séparation pathologique, où l'enfant a des difficultés à gérer le départ, même s’il est de courte durée. Cette situation peut être particulièrement délicate à gérer pour l'enfant, mais aussi pour l'entourage.
La prise de conscience de ces impacts est primordiale pour comprendre l'importance de l'attachement sécure et les répercussions qu'ont les situations d’éloignement.
La souffrance générée par la séparation n'a pas seulement un impact sur l'individu qui la vit, mais aussi sur son entourage et sur la dynamique des relations interpersonnelles.

Comment gérer la souffrance de séparation ?

Face au stress de la séparation, une question prédomine : comment peut-on gérer efficacement cette souffrance et réduire son impact sur notre santé mentale ? Certaines stratégies ont montré leur efficacité dans le traitement du trouble de l’anxiété de séparation.

Découvrez 6 clés que vous pourriez envisager d'exploiter pour aller de l’avant :

  • Clé n°1 : Rétrospective de son enfance et introspection
  • Clé n°2 : Exposition progressive à la distance
  • Clé n°3 : Techniques de relaxation
  • Clé n°4 : Psychologie positive
  • Clé n°5 : Thérapie de soutien
  • Clé n°6 : Thérapie cognitivo-comportementale


Chacune de ces clés vous offre des moyens de comprendre, d'apprivoiser et de surmonter votre stress face à la séparation.

Clé n°1 : Rétrospective de son enfance et introspection

La première clé pour une meilleure gestion de l'angoisse de séparation réside dans une introspection profonde. Plus précisément, il s'agit d'effectuer une rétrospective de son enfance. Bien souvent, l'anxiété de séparation trouve ses racines dans le passé, et plus précisément dans la petite enfance.
En l'analysant, vous pourriez arriver à comprendre les origines de votre inquiétude de la séparation :

  • Était-ce en raison d'un parent qui n'était pas toujours présent ou qui vous a abandonné ?
  • Un deuil brutal, une séparation difficile à surmonter ?
  • Ou peut-être d'un attachement excessif à une figure parentale ?


Ces expériences de l’enfance peuvent être à l'origine de votre peur actuelle des départs.
La compréhension de ces circonstances peut fournir des indices précieux pour comprendre pourquoi cette peur est devenue un problème dans votre quotidien. Elle peut vous aider à identifier des modèles de comportements et de relations qui répètent ou exacerbent cette anxiété.
Manon Bouchez, psychologue clinicienne à La Clinique E-Santé insiste sur le fait que :

“Le besoin de compréhension est fondamental chez l’être humain afin de lier les choses entre elles.”


Toutefois, il est important de souligner que cette rétrospective nécessite un investissement et de l’implication pour se replonger dans son passé. Il est essentiel d'approcher cette clé avec une volonté de comprendre et d'apprendre de votre passé, et non de vous blâmer ou de regretter ce qui s'est passé. Rappelez-vous, l'objectif est d'avancer et d'apprivoiser votre anxiété.

Le saviez-vous ?

Un attachement sécurisant dans l'enfance peut agir comme un bouclier protecteur face aux troubles anxieux à l'âge adulte. En revanche, un attachement insécure peut favoriser leur développement, notamment l'anxiété de séparation.

Clé n°2 : Exposition progressive à la distance

Une autre stratégie qui peut aider à gérer l'angoisse de séparation est l'exposition progressive à l'abandon. Il s'agit d'une approche graduelle et contrôlée consistant à se familiariser avec le moment de quitter quelqu’un.
Elle peut commencer par se séparer d’une personne pendant une courte durée et dans un environnement qu’elle connait. À titre d’exemple, un enfant qui a peur de la séparation peut commencer par rester seul dans une pièce, pendant que le parent est dans une pièce adjacente. Ensuite, lorsque l’enfant se sent plus à l’aise, le temps de la distance peut être progressivement augmenté. Cette méthode est un moyen de gérer l’angoisse de séparation chez les enfants.
Cette approche permet à l'enfant de se confronter à sa peur de la séparation et de la gérer dans un contexte sécurisant, renforçant ainsi sa confiance en lui et sa capacité à gérer l'absence de sa figure d'attachement.
Pour un adulte, un exemple pourrait être un individu souffrant d'anxiété de séparation lors des absences de son partenaire. Il peut commencer par passer de courtes périodes seul, par exemple, une soirée, puis progressivement augmenter la durée jusqu'à un week-end, puis à plusieurs jours. Cela peut lui permettre de s'habituer progressivement à l’éloignement et à gérer son anxiété de manière plus efficace.

Le saviez-vous ?

L'anxiété de séparation est souvent liée à la dépendance affective, où une personne devient excessivement dépendante de l'approbation et de la présence d'une autre personne, accentuant ainsi sa peur d’un départ.

Clé n°3 : Techniques de relaxation

Les techniques de relaxation apparaissent comme une clé essentielle pour alléger le poids du stress de la séparation. En effet, elles peuvent contribuer à réduire le niveau de stress en apaisant l'esprit et le corps.
Une pratique particulièrement efficace pour la gestion du stress est la méditation de pleine conscience. Cette pratique encourage à focaliser son attention sur l'instant présent et à accepter sans jugement ses sensations, ses pensées et ses émotions. Ainsi, elle aide à prendre du recul face à sa peur de l'abandon et à l'accueillir plus calmement.
D'autres techniques, comme le yoga, la respiration profonde ou la visualisation guidée, peuvent également être bénéfiques. Elles résolvent les tensions corporelles et mentales, favorisant ainsi un état d'apaisement général, ce qui favorise un meilleur bien-être en cas d’anxiété de séparation.
À lire aussi : 6 bienfaits de la méditation sur le stress et l'anxiété

Clé n°4 : Psychologie positive

La psychologie positive se concentre non pas sur le négatif, mais sur les aspects positifs de l'existence humaine. Elle encourage à favoriser et à élargir les pensées et les comportements positifs pour améliorer la qualité de vie d’un individu.
Lors d’une inquiétude générée à l’approche de la séparation, la psychologie positive peut aider à reconsidérer ce qu’une personne juge généralement comme des expériences négatives, telles que le départ, comme des opportunités pour développer sa croissance personnelle.
Elle peut aider à transformer la crainte de l'abandon en possibilités d'autonomie, d'apprentissage et de renouveau qui accompagnent les moments de solitude.
La pratique d'activités enrichissantes, l’expression de la reconnaissance, l'entretien d'une vision optimiste ou encore le renforcement des relations positives sont autant d'outils précieux que propose la psychologie positive. Ils favorisent une vision plus sereine de la phase de départ et une meilleure gestion de l'angoisse qui peut y être associée.

Le saviez-vous ?

D'après des recherches publiées dans le "Journal of Personality and Social Psychology", cultiver l'optimisme et la gratitude peut moduler la réponse au stress aidant ainsi à aborder plus sereinement des situations d’éloignement avec une figure parentale, par exemple.

Clé n°5 : Thérapie de soutien

La thérapie de soutien constitue une autre clé précieuse dans la gestion de l'anxiété de séparation. L'objectif de cet accompagnement thérapeutique est d'offrir un espace sûr où l'individu peut exprimer librement ses craintes et ses inquiétudes concernant la séparation.
Au cours de ces séances, le thérapeute fournit un soutien émotionnel, aide à clarifier les sentiments et les pensées liés à l’inquiétude de séparation, et conseille sur les différentes façons de gérer cette angoisse. L'objectif est que, progressivement, la personne se sente moins submergée par sa peur et davantage capable de faire face au moment de quitter quelqu’un.
La thérapie de soutien peut être menée individuellement ou en groupe. Il s'agit d'une démarche qui vise à renforcer les ressources psychologiques de la personne pour lui permettre de mieux gérer les défis de l'anxiété de séparation. Ce type de thérapie a montré des résultats positifs pour aider les individus à surmonter leurs craintes, renforcer leur confiance en soi et améliorer leur bien-être général.
De plus, se constituer un solide entourage social et familial peut aider à surmonter les épisodes d'anxiété. Cela aide à combattre les sentiments de solitude ou d'abandon en se sentant entouré dans un climat de confiance et de bienveillance.

Clé n°6 : Thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale est l'une des thérapies les plus étudiées et prouvées comme efficaces dans le traitement des troubles anxieux.
La TCC s'intéresse aux pensées et aux comportements de l'individu et la façon dont ils sont liés à ses sentiments. L'idée est que les pensées d’une personne ont un impact direct sur ses émotions, et inversement.
Lors d’une inquiétude de séparation, la TCC aide à identifier et à remettre en question les pensées négatives ou les croyances irrationnelles liées à l'angoisse de la séparation.
En outre, cette thérapie fournit des stratégies pour aider à modifier les comportements qui perpétuent l'anxiété de séparation. À titre d’exemple, elle peut aider à se confronter progressivement à la peur de la séparation plutôt que de l'éviter, ce qui peut souvent aggraver l'anxiété.
La TCC est une approche très utilisée, qui se focalise sur le présent et les problèmes actuels. Elle fournit des outils concrets pour surmonter l'anxiété, favoriser un attachement sécurisant, et par conséquent, alléger l'angoisse de la séparation.

A retenir

L'anxiété de séparation est un sujet délicat qui peut affecter les enfants comme les adultes. C'est un trouble complexe qui mérite une attention et une compréhension approfondies. Grâce aux conseils de Manon Bouchez, psychologue clinicienne à La Clinique E-Santé, nous avons pu vous présenter 6 clés précieuses pour faire face à ce trouble :

  • Rétrospective de son enfance
  • Exposition progressive à l'abandon
  • Techniques de relaxation
  • Utilisation de la psychologie positive
  • Thérapie de soutien
  • Thérapie cognitivo-comportementale


Rappelez-vous qu’il est crucial de chercher de l'aide si vous ressentez le besoin de soutien, notamment auprès de professionnels de la santé.

Sources

Manon Bouchez, psychologue clinicienne à La Clinique E-Santé
Romain Dugravier, Anne-Sophie Barbey-Mintz, “Origines et concepts de la théorie de l’attachement”, Cairn, 2015
Mary Ainsworth, John Bowlby “La théorie de l’attachement”, 2019

Besoin d'aide ?

Prenez rendez-vous gratuitement avec une conseillère e-santé pour être accompagné dans votre démarche

Photo d'Aurélie, conseillère e-santé
Photo de Jennifer, conseillère e-santé

Besoin de faire le point sur votre situation ?
RDV gratuit avec une conseillère e-santé

Prendre rendez-vous