THÉRAPIE
Featured Image

Dépendance affective ou amour ? 5 manières de le savoir

Publié le 15/03/21 16:53

La dépendance affective est une addiction. C’est une addiction à l’autre ou au regard de l’autre, un besoin de remplir le vide intérieur d’une attention ou d’une chose extérieure. La dépendance affective vient combler un manque, quelque chose d’insupportable pour celui qui la subit. Souvent, cette personne n’en a même pas conscience : cette dépendance se traduit par des relations toxiques qui se répètent, des relations conflictuelles, un sentiment de rejet permanent ou encore des comportements inadaptés. 

Cette dépendance affective peut apparaître sous la forme du jeune homme accro à son travail qui s’oublie entièrement au profit de sa réussite professionnelle, ou encore sous la forme de la jeune femme brillante qui enchaîne les relations toxiques avec des individus tous plus manipulateurs les uns que les autres.

Bien que l’amour et la dépendance affective semblent se rejoindre sur bien des points, il est essentiel de savoir faire la différence : la dépendance affective, ce n’est pas de l’amour et il y a 5 manières de faire la différence entre les deux.

Cliquez ici pour faire le test "Suis-je en dépendance affective ?"


Sommaire de l'article :

  1. Dépendance affective : comment la différencier de l'amour ?
  2. Comment s'installe la dépendance affective dans une relation ?
  3. Sortir de la dépendance affective : seule ou accompagnée ? 

Dépendance affective : comment la différencier de l'amour ?

Il y a de nombreuses manières de reconnaître une relation amoureuse saine et une dépendance affective. Parmi elles, voici les 5 principales à connaître.

Le sens que vous donnez à votre relation

L’amour est un sentiment magnifique. Il est normal que la personne que vous aimez soit réellement une priorité de vie. Il est également possible de voir votre partenaire comme l’un des fondements de votre existence. L’amour est une construction qui prend pied dans le respect de chacun, dans le respect des individus et de leurs aspirations.

Lorsque vous êtes dépendant affectif, votre partenaire n’est pas un pilier mais le seul et unique pilier de votre existence. Il ne fait pas partie de votre aventure, il est l’aventure. Votre vie n’a de sens qu’auprès de lui et à travers lui, c’est là toute la différence avec une relation saine. Vous ne vivez que pour lui, pour elle, et vous ne pensez plus à vous et vos besoins.

Un besoin de présence physique permanent

Lorsque vous êtes amoureux, vous essayez de profiter au maximum de votre partenaire. Vous souhaitez construire de nombreux souvenirs et découvrir l’autre sous tous ses aspects. Il est également normal de souffrir du manque de présence physique si de longues semaines vous éloignent de votre cher et tendre.

Or, si vous êtes dépendant affectif, l’éloignement physique est une épreuve insupportable. Il est possible qu’un éloignement même temporaire soit envisageable à vos yeux, quitte à modifier vos projets de vie. Vous ne pensez plus aux conséquences à long terme, vous répondez à votre émotion à court terme.

Pour beaucoup, une jalousie inexplicable

Lorsque vous vivez une relation amoureuse, la jalousie n’a pas sa place. L’amour est fondé sur la confiance et le respect de l’autre. Certains font semblant d'être jaloux pour témoigner de leur amour, sur le ton de l’humour et avec beaucoup de bienveillance. La jalousie réelle, telle qu’on l’entend, n’existe pas dans un couple sain. Pour beaucoup de dépendants affectifs, la jalousie est un sentiment récurrent qui apparaît souvent sans raisons particulières.

Le dépendant affectif est sans cesse à la recherche du moindre signe de désamour ou de désintérêt de la part de son partenaire, au point d’imaginer de nombreux scénarios qui ne sont pas réels. Il est possible, en tant que dépendant affectif, que votre comportement ait déjà eu des effets dévastateurs sur votre couple, au point de vous faire regretter, plus tard, vos mots ou vos actes.

Le dépendant affectif vit un amour unilatéral

Lorsque vous êtes amoureux, l’amour ne vous empêche pas d’observer la réalité de votre lien avec votre partenaire. Il est possible, qu’un jour, vous compreniez que votre relation est toxique. Malgré tout l’amour que vous pouvez éprouver, vous êtes capable de prendre du recul, de reconnaître les incompatibilités et de prendre les décisions nécessaires pour votre épanouissement à long terme.

Lorsque vous êtes dépendant affectif, il est possible que vous soyez témoin de choses qui vous prouvent que finalement, vous n'êtes peut être pas fait pour être en couple avec cette personne en particulier. Vous observez des comportements toxiques, dangereux, impardonnables, pourtant, vous restez. Vous ne l’acceptez pas. Face à une preuve flagrante de désamour, d’infidélité ou de tromperie, vous pensez pouvoir arranger cette situation. L’idée de vous battre pour une relation déjà éteinte et destructrice vous séduit plus que l’idée de répondre à vos besoins intérieurs en mettant fin à cette relation.

Des émotions fortes et ambivalentes

Lorsque vous êtes amoureux, vous ressentez de nombreuses émotions, parfois très intenses. Il est normal d'être attentif à l’autre, de ressentir de l’empathie et des sensations parfois inexpliquées. Lorsque vous êtes dépendant affectif, ces émotions intenses ont la particularité de passer de l’amour fou à la haine extrême.

Vous passez d’un état à l’autre très facilement, résultat d’une relation qui vous fait l’effet d’une véritable drogue : votre psychisme est envahi de pensées liées à votre relation. Vous basculez de moments d’adrénaline à des moments de souffrances, vous basculez de l’obsession au rejet.

Comment s'installe la dépendance affective dans une relation?

Avant de vous expliquer comment la dépendance affective s'installe dans une relation, il est important de retenir que ce trouble de la personnalité se soigne très facilement avec un accompagnement thérapeutique régulier.

 La thérapie par message de la Clinique E-Santé permet en ce sens de :

  • Vérifier avec un psychologue que vous êtes en dépendance affective.
  • Trouver l’origine de votre blessure affective pour la cicatriser.
  • Vous défaire de la peur du rejet, de l’abandon.
  • Retrouver votre liberté et ne plus souffrir du manque de l’autre.

Démarrez une thérapie

La dépendance affective, c'est une addiction avant tout

La dépendance affective est avant tout une dépendance. Qui dit dépendance, dit contrainte. Une dépendance vous prive de votre liberté, une addiction pèse lourd dans votre quotidien. Quand on parle d’addiction, on pense généralement à l’alcool, aux drogues, aux médicaments ... mais aussi à des choses mieux acceptées socialement telles que le sport, le fantasme du gain ou encore l’addiction au travail.

Ces addictions sont l’expression d’une réelle dépendance affective, dont l’objectif est de combler un vide insurmontable pour le dépendant affectif. La dépendance affective, au même titre que d’autres drogues, peut réellement faire des dégâts sur la vie de la personne qui en souffre.

Les difficultés sont avant tout relationnelles, puisqu’elle s’exprime sous différentes formes plutôt inadaptées : Cela peut être une difficulté à créer des relations, qu’elles soient amoureuses ou amicales. La frontière amour et attachement est inexistante, puisque pour le dépendant affectif, c’est l’attachement qui prime. Son lien relationnel n’est pas un lien qui répond à un besoin sain et naturel de partager mais un lien douloureux autour de la peur du rejet, de la peur de l’abandon ou de la peur d’une trahison. Cette quête d’attachement fusionnel et profond n’est là que pour répondre à ses nombreuses peurs de souffrir. Les réponses à ces peurs sont le mensonge, la fusion, la soumission à l’autre, la domination ou encore la culpabilisation.

Pourquoi est-on dépendant affectif ?

La première piste se trouve dans l’enfance. Bien que cela ne soit pas le cas pour tous, de nombreux dépendants affectifs ont vécu, dans leur jeunes années, des sévices, de l’instabilité ou de la maltraitance. Cette maltraitance était psychologique ou physique, visible ou invisible.

Dans une famille où les besoins affectifs fondamentaux de l’enfant ne sont pas comblés, où les traitements essentiels sont remplacés par ce genre de mépris, l’enfant croit qu’il ne mérite pas d'être aimé et qu’il doit s’adapter à cet environnement dysfonctionnel. Pour d’autres enfants qui n’ont pas été victime d’abus, de sévices ou de violence psychologique, il est possible que leur besoin d’amour n’ait pas été comblé en raison d’un amour inconstant. Cela peut être à cause de parents malades (dépressifs, maladies longues durées) ou de parents trop exigeants, difficiles à satisfaire. Dans certaines familles, les besoins des enfants comptaient peu, ou pas du tout. Ces jeunes ont donc appris qu’il fallait faire beaucoup pour avoir droit à un peu d’attention et, d’une manière générale, donner le plus possible et ne demande presque rien. C’est ce qu’ils exigent inévitablement de leur partenaire par la suite.

En dehors d’une enfance dysfonctionnelle, le manque d’estime de soi peut aussi être en cause. Un manque d’estime de soi pousse une personne dépendante à accepter tout et n’importe de la part des autres et surtout de la part d’un conjoint, uniquement parce qu’elle à la sensation que ce chaud-froid constant est une preuve de valeur. Le dépendant affectif est persuadé qu’un conjoint qui ne lui donne pas tout l’amour dont il a besoin, est un conjoint qui dispose d’une grande valeur et dont il ne faut pas se séparer. Les schémas de dévalorisation l'empêchent d’avoir une vision équitable de sa faculté à réagir. Du coup, il éprouve le besoin de compenser en acceptant plus que ce qu’il devrait.

L'hypersensibilité émotionnelle peut être en cause également. Elle entraîne une charge émotionnelle telle que lorsque la personne dépendante est soumise à la tristesse ou à la crainte de perdre l’affection de l’autre, elle accepte tout pour échapper à ce trop-plein émotionnel. Le dépendant affectif privilégie ses émotions à court terme.

Enfin, il est également possible qu’une personne équilibrée, à l’enfance heureuse et sans sensibilité particulière soit également dépendante affective. Un traumatisme ou un deuil relationnel très mal vécu peut être l’origine de cette dépendance affective. C’est un phénomène proche d’une situation post-traumatique : la personne veut tout faire pour éviter la souffrance qu’elle a connue par le passé.

Lire aussi l'article : Les 5 causes insoupçonnées de la dépendance affective

Sortir de la dépendance affective : seule ou accompagnée ?

Peut-on réellement guérir seul.e de la dépendance affective ? Il y a trois étapes qu'il est possible de réaliser chez soi pour le savoir.

Guérir durablement la dépendance affective

  • 1ère étape : trouver l’origine et l'élément déclencheur. Avec du recul et sa vision d’adulte, le dépendant affectif peut commencer à mettre des mots sur les événements de son passé qu’il a trouvé difficiles, ou encore, penser aux relations qu’il entretenait avec ses parents, pour trouver l’origine de sa dépendance affective. Un mot de trop de la part d’une mère rivale, une humiliation subie à l’école, un père défaillant qui quitte le domicile familial, des parents qui mettent leurs enfants en compétition sur la réussite d’un concours, un tout petit élément peut être le déclencheur d’un désamour de soi.

  • 2ème étape : Identifier la dépendance affective dans ses relations. Suite au choc initial, le dépendant affectif a développé des schémas répétitifs qui le confortent dans son premier échec, que ce soit dans le cadre de la relation de couple ou dans ses relations avec son entourage plus large. Bien souvent, le dépendant affectif, paniqué à l’idée d’être seul, souffre de possessivité. Il traque tout signe d’éloignement chez son conjoint, étouffe son entourage de ses attentes et finit par obtenir le résultat qu’il craint le plus: une séparation ou l’éloignement de ses proches.

  • 3ème étape : Établir des valeurs et fixer des limites. La guérison du dépendant affectif passe avant tout par la reconnaissance de ses propres valeurs et par le respect de celles-ci. Il y a un travail de recherche et de prise de conscience, il peut ainsi commencer à entrevoir le bon ou le mauvais dans ses relations. Le dépendant affectif à tendance à se dévaloriser ou à s'effacer pour laisser la place à cette personne qui vient remplir son vide affectif.

Il est essentiel pour le dépendant affectif de s’affranchir de ses propres barrières et de fixer ses limites en accord avec ses propres valeurs tout en ayant pleinement conscience que dans une relation saine les limites individuelles n’ont aucun impact sur l’amour qu’il reçoit. Le dépendant affectif subit le même genre de relations et a très souvent une sensation de "déjà-vu". La plupart du temps les relations toxiques s'enchaînent et il lui arrive même d'être la cible favorite de personnalités hyper narcissiques.

Cliquez ici pour faire le test "Suis-je en dépendance affective ?"

Il est essentiel de sortir de la dépendance affective pour retrouver une vie saine et équilibrée. Une thérapie brève avec un psychologue clinicien est parfois essentielle. C’est bien souvent dans le cadre d’une aide psychologique que la personne en arrivera à reconnaître les patterns caractérisant ses relations affectives. Avec l’aide d’un psy, la personne travaillera à prendre conscience de sa dépendance ainsi que de l’origine de ses besoins affectifs non satisfaits. La thérapie permet aussi à la personne de quitter sa position de victime et d’apprendre à se responsabiliser. La personne dépendante au niveau affectif apprendra également à s’aimer elle-même, se respecter et se valoriser en dehors du regard de l’autre. Se reconnectant à elle-même, elle trouvera les ressources pour combler sainement ses besoins affectifs.

Le conseil de CHRISTÈLE ALBARET, PSYCHOSOCIOLOGUE ET FONDATRICE DE LA CLINIQUE E-SANTÉ

La prise de conscience est essentielle dans la prise en charge de la dépendance affective. Prendre l’importance de créer une base relationnelle saine entre l’autre et soi, en prenant compte de la liberté de chacun est le premier pas vers la guérison définitive de la dépendance affective. Dans un deuxième temps, il est évident que cette carence affective doit être comblée en développant une maturité affective qui ne peut se faire qu’avec une profonde transformation intérieure qui intervient lors d’une psychothérapie. Cette thérapie permet au dépendant affectif de développer une meilleure connaissance de soi et une meilleure conscience de soi. Il va, naturellement, se défaire de ses vieux mécanismes affectifs. En consolidant un espace intérieur de joie qui ne dépend d’aucun facteur, d’aucun objet, d’aucun travail, d’aucune activité et d’aucune personne, vous allez soigner cette partie de vous qui vous empêche aujourd’hui de vivre des relations en accord avec vos besoins intérieurs, vos valeurs et votre quête de sens.