Trouble de l'attachement : la cause de la dépendance affective

dépendance affective causée par un style d'attachement évitant, désorganisé ou insécure

Chaque personne à sa façon de nouer des relations avec son entourage. Tisser des liens sociaux résulte en effet d'un style d'attachement développé depuis l'enfance qui va avoir un impact sur la façon dont la personne se lie aux autres, mais aussi sur le rapport qu'elle entretient avec elle-même. Lorsque ce style est développé au contact de parents protecteurs, aimants et offrant les soins nécessaires à l'enfant, ce dernier n'aura que peu de problèmes relationnels. En revanche, lorsque ce n'est pas le cas ou qu'il y a eu une rupture du lien affectif, un trouble de l'attachement se crée : c'est le début de la dépendance affective.   

Suis-je en dépendance affective ?

Vous pensez être dépendant affectif ?

Faites le test maintenant !

La création du trouble de l'attachement

Un enfant rassuré par ses parents se sentira digne d'intérêt et digne d'être aimé, ce qui lui permettra dès le début de sa vie de faire confiance à autrui et plus tard en tant qu'adulte, d'avoir une bonne estime de lui. 

Suivant l'amour et le soin reçu, l'enfant crée son propre style d'attachement qui déterminera donc sa relation aux autres et sa relation avec lui-même. 

Il existe 4 styles d'attachement :

  1. Attachement sécure 
  2. Attachement préoccupé
  3. Attachement évitant
  4. Attachement désorganisé 

Lorsque l'enfant est maltraité ou qu'il y a négligence de la part de ses parents en qui il se réfère, il va au contraire développer un trouble de l'attachement. Il n'aura pas été suffisamment rassuré sur sa condition d'existence, ne saura pas s'aimer et ne pourra pas développer des relations saines avec autrui et avec lui-même. 

Il existe différentes raisons qui expliquent le développement d'un trouble de l'attachement : un divorce, un deuil, une maltraitance, de la précarité ... 

Les conséquences d'un trouble de l'attachement sont nombreuses chez l'enfant qui grandira avec. L'adulte ayant un trouble de l'attachement n'aura pas une bonne estime de lui-même, n'aura pas confiance en lui, ne s'aimera pas et ne pourra pas aimer les autres de manière inconditionnelle : des caractéristiques qui sont aux fondements de la dépendance affective et du trouble de la personnalité.

Du trouble de l'attachement à la dépendance affective 

La dépendance affective s'installe au moment où l'enfant développe son style d'attachement à l'instant où il intègre (même inconsciemment) l'idée qu'il ne mérite pas d'être aimé. 

Cela aura pour conséquence, un sentiment incommensurable d'un vide intérieur, d'un manque profond d'amour, qu'il cherchera à combler tout le temps qu'il sera dépendant affectif, sans jamais y parvenir. 

Pour cela, il adoptera des comportements qui le feront sentir exister comme l'adoption de comportements addictifs : consommation de substances, troubles alimentaires ou conduites compulsives ... mais s'investira également dans des relations qui seront bien souvent toxiques pour lui.

En effet, dans sa quête perpétuelle d'amour, il se tournera bien souvent vers ceux et celles qui auront également une faille narcissique à combler. C'est pourquoi les dépendant affectifs sont souvent une victime de choix des pervers narcissiques. 

La dépression ne rode jamais très loin des dépendants affectifs tant leur mal être est palpable et leur conduite autodestructrice présente au quotidien.

Bon à savoir

La dépendance affective se développe aussi en dehors de l'enfance.

En effet, il est aussi possible que les premières expériences affectives aient été suffisamment nourrissantes, qu'elles aient permis de développer l'amour de soi, et qu'un traumatisme comme des violences ou un abus au cours du développement, ait détruit une relation à soi originellement saine.

Les types d'attachements qui créent la dépendance affective

Les styles d'attachement préoccupé, évitant et désorganisé renvoient à des profils de personnes ayant une tendance à l'insécurité affective, ce qui ouvre la porte à différentes formes de dépendances affectives.

A lire aussi: Sortir de la dépendance affective: 5 conseils pour arriver à vous libérer

1-L'attachement préoccupé 

La personne risque de souffrir de la dépendance affective sous sa forme la plus reconnue et la mieux identifiée. Ces personnes ont une mauvaise estime de soi, fondée sur un amour de soi carencé.

C'est la raison pour laquelle ces personnes ont tendance à tout investir dans l'autre, et particulièrement dans leur partenaire amoureux, vis-à-vis duquel elles auront des attentes démesurées quitte à tomber de haut en cas de rupture.

Le trouble de l'attachement développé amène les dépendants affectifs à idéaliser l'autre et ont un grand besoin d'être rassurées sur ses sentiments et sa disponibilité. La peur de l'abandon est chez elles massive et elles peuvent donc en arriver à des comportements de soumission ou d'oubli de soi dans le but d'être reconnues et estimées par leur partenaire, mais aussi d'éviter la séparation. Leur jalousie peut ponctuer la relation au point de l'abîmer de leur suspicion permanente.

Elles auront tendance à exister par et pour le regard de l'autre, qui s'il est positif et bienveillant leur permettra de se sentir comblées et réparées du point de vue de l'amour et de l'estime de soi.

Malheureusement, les choses sont rarement aussi idylliques : leur hypersensibilité à la moindre remarque pouvant passer pour une critique peut les rendre difficiles à vivre au quotidien, et elles font souvent des proies idéales pour des personnes toxiques qui cherchent à profiter de leur vulnérabilité.

A lire aussi : Blessure d'abandon : 4 conseils de psy pour en guérir

2-L'attachement évitant

Il renvoie à un mode de fonctionnement individuel favorisant une autre forme de dépendance affective. Concrètement, les personnes ayant ce style d'attachement, auront tendance à fuir l'investissement, voire la relation en soi, par peur de souffrir.

Elles se sont construites de manière à ne jamais rien devoir à autrui et surtout à ne rien demander affectivement.

Elles ont souvent souffert du manque de réponses de leur première figure d'attachement (les parents) et ont inconsciemment décidé de ne plus jamais se mettre en situation de souffrir du manque de l'autre. Elles gardent donc leurs émotions pour elles, ou bien sont inhibées affectivement. Elles peuvent donner mais acceptent difficilement de recevoir en retour.

Leur dépendance affective se manifeste par ce dont elles sont amenées à se priver pour justement ne pas en souffrir : la relation amoureuse est soigneusement évitée, ou désinvestie.

Les personnes évitantes considèrent, bien que ce ne soit pas toujours conscient, qu'il serait trop dangereux pour elles de se rendre vulnérables en s'attachant à nouveau, les exposant au risque de réactiver leurs blessures initiales.

Suite aux expériences traumatiques précoces, l'autre est considéré dans l'absolu comme n'étant pas assez fiable ni assez nourrissant. Par conséquent, leur vie affective est souvent pauvre et elles auront généralement tendance à aller chercher leur épanouissement ailleurs que dans la relation interpersonnelle.

Cependant des thérapies existent. Elles permettent d'apaiser la relation et en finir avec la dépendance affective.

Suis-je en dépendance affective ?

Vous pensez être dépendant affectif ?

Faites le test maintenant !

3-L'attachement désorganisé 

Il renvoie en général à des souffrances et à des troubles psychiques plus importants que les deux styles précédents. Il s'agit de personnes qui combinent des traits associés aux styles préoccupé et évitant. Leur insécurité est massive et se traduit par un immense besoin de l'autre qu'elles ne supportent pourtant pas de ressentir.

La dépendance affective prend chez ces personnes une forme plus extrême, qui oscille en permanence entre la recherche de connexion affective intense et le rejet presque phobique des manifestations d'affection.

Dans le cadre de la relation, un besoin très intense de proximité peut être donc être suivi d'une mise à distance radicale, souvent difficile à comprendre pour l'entourage et à plus forte raison pour le partenaire.

Les personnes aux style d'attachement désorganisé sont en fait déchirées entre leur manque affectif et leur peur de la fusion. Elles ont éperdument besoin de s'attacher à l'autre et d'attacher l'autre à elles, au moins autant qu'elles redoutent de se perdre dans l'autre.

En cela, le mode de fonctionnement des personnes désorganisées incarne parfaitement les contradictions propres au rapport entre attachement et dépendance.

Des solutions peuvent être mises en place afin d'aider à guérir de la dépendance affective car si tout investissement de la relation humaine implique l'attachement, tout attachement porte en lui le germe de la dépendance affective : qu'est-ce que s'attacher sinon accepter de se rendre un peu dépendant de l'autre ?

La vulnérabilité consentie fonde l'attachement. Il est précieux de s'autoriser à donner et à recevoir tout comme il est important d'être en mesure d'exister indépendamment d'autrui. C'est cet équilibre, souvent délicat à trouver, qui caractérise une relation affective saine.

À retenir

Si vous vous sentez insécure affectivement et que vous pensez souffrir d'une forme dépendance affective, sachez que, malgré les nombreuses causes pouvant provoquer ce trouble, des solutions existent.
 
Un accompagnement psychothérapeutique spécifique vous permettra notamment d'identifier vos fragilités et d'apprendre à mieux prendre soin de vous, pour trouver progressivement votre point d'équilibre. N'hésitez pas à vous tourner vers la clinique E-Santé, pour une prise en charge adaptée à votre situation.
 
 

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter