Dépression réactionnelle : 6 indices que vous avez eu un choc émotionnel

Un choc émotionnel entraîne souvent une dépression réactionnelle, voici les 6 signes qui vous permettent d'identifier un traumatisme

Les événements de vie difficiles mettent notre psychisme à l’épreuve : si la solidité de notre construction personnelle est déterminante pour tenir le choc et éviter de s’effondrer, il faut pouvoir être en mesure de faire preuve de souplesse afin d'accueillir les émotions difficiles et ne pas sombrer dans une dépression réactionnelle

Un choc émotionnel ou un traumatisme renvoient toujours à la notion de perte. Vous êtes conscient de devoir accepter la perte de l’autre dans le cadre d’un deuil ou d’une rupture par exemple, mais lorsqu'il s'agit d'une perte liée à la maladie, un accident, une agression, ils renvoient également à la perte de l’intégrité physique et psychique ou a minima, à la perte d’un sentiment de sécurité. Les événements traumatiques confrontent ainsi la personne qui les a vécus, à la nécessité d’accueillir le changement et de mettre en œuvre des transformations intérieures lui permettant, à plus ou moins long terme, de retrouver un équilibre.

Suis-je en dépression

Vous avez un doute sur l'état actuel de votre santé mentale et vous pensez faire une dépression ?

Faites le test maintenant !

Qu'est-ce que la dépression réactionnelle ?

La dépression réactionnelle est une des conséquences d'un choc émotionnel ou d'un événement traumatique, tel que le décès d'un proche, une rupture amoureuse, la perte d'un emploi ... 

Contrairement à la dépression endogène, la dépression réactionnelle est ponctuelle car elle est liée à une expérience de vie déstabilisante, qui a temporairement remis en question votre équilibre psychique et personnel et qui a fini vous faire perdre vos repères. 

Si vous faites une dépression réactionnelle, c'est donc parce que vous éprouvez des difficultés à intégrer les différents changements qui s'opèrent dans votre vie. C'est une réaction naturelle et très courante.

En effet, le choc psychologique vécu (ou choc émotionnel) est venu submerger vos capacités naturelles d’auto-régulation psychiques : l’événement traumatique a fait émerger en vous des conflits internes et la charge émotionnelle qui en découle est trop importante pour l'accueillir, la traiter et l'intégrer immédiatement par votre cerveau.

En conséquence, vous vous retrouvez en état de choc, comme paralysé.e et dans l'incapacité de continuer d'avancer.

A lire aussi : 10 symptômes de la dépression qui doivent vous alerter

Comment savoir que l'on a vécu un choc émotionnel ? 

Il y a 6 indices qui vous permettent de savoir que vous avez vécu un choc émotionnel ou un choc psychologique et qui va venir expliquer la dépression réactionnelle que vous êtes en train de faire. 

Ces 6 indices sont les suivants : 

  1. Un sentiment d'identité perturbé
  2. Un stress en réaction au choc
  3. De fortes angoisses qui surviennent
  4. Des émotions décuplées, une impulsivité 
  5. Un sommeil perturbé
  6. Le développement de troubles alimentaires

Indice n°1 : Un sentiment d'identité perturbé 

Bien souvent la charge psychique d’un choc émotionnel ne peut être traitée dans la continuité directe de celui-ci.

Des troubles dissociatifs peuvent dans ce cas apparaître, qui correspondent à la nécessité pour un individu de se préserver en se coupant de vécus émotionnels difficiles qu’il n’a pas la capacité d’intégrer psychiquement. La personne évolue alors comme séparée d’elle-même et de toute une part de sa vie intérieure.

Le sentiment de l’identité peut être perturbé, avec l’impression d’une rupture par rapport à un état antérieur Ce type de trouble est caractéristique du choc émotionnel et constitue le premier signe que vous avez été confronté.e à une expérience traumatique.

Plus précisément, vous avez l'impression de faire des choses sans vous en rendre compte, votre cerveau est comme mis en "pilotage automatique", vous faites les choses parce que vous devez les faire mais sans conscientiser réellement vos actions. 

Indice n°2 : Un stress en réaction au choc

Des manifestations de stress plus ou moins aiguës peuvent également apparaître, souvent associées à des reviviscences mémorielles et sensorielles (images, souvenirs, sons, odeurs…) liées à l’événement traumatique.

Elles arrivent par bribes et souvent par surprise à la conscience, comme des réminiscences envahissantes qui demandent à émerger et que celle-ci tente de contenir.

Certaines définitions comme celles majoritairement utilisées par la psychiatrie, limitent la notion d’événement traumatique à des événements qui ont « objectivement exposé [les personnes] à la mort ou à des menaces de mort, à une blessure grave ou à des violences ».

Il est pourtant important de prendre également en compte d’autres types d’expériences émotionnelles qui peuvent déclencher une dépression réactionnelle sans pour autant constituer des traumatismes authentiques : des difficultés professionnelles comme une restructuration brutale de l’activité, des épreuves affectives et personnelles comme un divorce difficile. 

Indice n°3 : De fortes angoisses qui surviennent

Les symptômes d’une dépression réactionnelle sont similaires à ceux d’un syndrome dépressif classique.

Ils renvoient à un état de détresse psychique qui va se manifester au travers d'une certaine anxiété, d'un sentiment de culpabilité et d'une auto-dévalorisation. Parfois, lorsque le choc psychologique est violent, vous pouvez également déclencher des crises d'angoisse

Au niveau psychomoteur, on assiste à un ralentissement général ou au contraire à une agitation anxieuse qui viennent également toucher à l’activité cognitive : la pensée est plus lente et les difficultés de concentration sont fréquentes. Les pensées de mort et les idées suicidaires peuvent venir compléter le tableau.

La détresse générale est la plupart du temps alimentée par de fortes angoisses qui témoignent du caractère traumatique de la dépression réactionnelle.

Le traumatisme vous confronte à vos limites psychiques actuelles et vous indique également la voie vers un mieux-être : explorer les enjeux et les effets spécifiques de l’événement traumatique en lien avec une organisation psychique préexistante vous permettra d’identifier les zones de vulnérabilité à l’origine de la réaction dépressive.

Celle-ci peut être considérée comme une manifestation d’impuissance et d’épuisement de l’organisme dans sa lutte pour tenter de traiter les conflits psychiques et la charge émotionnelle associés au traumatisme.

A lire aussi : Anxiété : voici les 7 causes que vous devez connaître

Indice n°4 : Des émotions décuplées, une impulsivité

Subir un choc psychologique active également la sphère émotionnelle qui se voit déséquilibrée. Suivant le traumatisme vécu, vous pouvez ainsi avoir des réactions plus vives et développer une forme d'impulsivité

Globalement, vous êtes généralement sur la défensive, prêt.e à réagir dans le cas où vous vous sentez menacé.e ou en danger. 

Ce type de mécanisme est alimenté par la perte identitaire qui crée une certaine vulnérabilité face à un danger. Pour vous défendre, vous êtes d'alerte au moindre signe et n'hésitez pas à les devancer en adoptant des comportements défensifs, par crainte de souffrir encore plus. 

A la suite d'un choc émotionnel, vos émotions sont donc à fleur de peau. Cela se traduit également par une tristesse profonde qui caractérise la dépression réactionnelle. 

Vos émotions sont décuplées : la moindre petite remarque peut vous faire fondre en larme, un changement mineur vient complètement vous déboussoler et par-dessus tout, vous développez l'impression que la période que vous vivez n'en finira jamais. Lorsque vous faites une dépression réactionnelle, c'est donc tout votre corps qui réagit. 

Suis-je en dépression ?

Vous pensez être en train de faire une dépression réactionnelle ?

Faites le test maintenant !

Indice n°5 : Un sommeil perturbé

Vivre une dépression réactionnelle c'est également rencontrer des difficultés à maintenir une bonne qualité de sommeil.

Un choc émotionnel va venir hanter vos nuits, avec l'apparition de cauchemars en lien avec l'événement traumatique ou par des pensées envahissantes. Vous allez vous repasser les scènes en boucle à la recherche d'explications, de précisions, du moindre indice qui pourrait vous aider à trouver un sens à ce que vous êtes en train de vivre. 

En conséquence, vos nuits sont plus courtes, ponctuées de réveils intempestifs et rythmées par votre activité cérébrale qui ne faiblit pas. 

Dans d'autres cas, un choc émotionnel peut également se traduire par une fatigue intense et entraîner une hypersomnie. 

Indice n°6 : Le développement de troubles alimentaires

Suite à un choc, le besoin de réconfort se fait naturellement ressentir. Pour certaines personnes, il se trouve également dans la nourriture et plus précisément dans celle qui est assez riche, afin de compenser notamment le manque d'énergie. 

La nourriture agit ici comme une sorte de récompense, de petit moment de bonheur qui va venir calmer les angoisses, le stress et la tristesse liés au trauma. En revanche, ce ressenti est de courte durée. 

Pour d'autres personnes au contraire, la dépression réactionnelle va entraîner une perte d'appétit et donc une perte de poids. 

Quoi qu'il en soit, les troubles du comportement alimentaire en réaction à un choc émotionnel sont très fréquents. Ils sont un signe à ne surtout pas négliger. 

À retenir

De manière générale, il est important de retenir que la dépression réactionnelle suite à un choc est un état dépressif ponctuel, appelé également épisode dépressif. En conséquence, si vous avez vécu un choc traumatique et que vous faites une dépression, sachez que cet état ne perdura pas, car la dépression réactionnelle se soigne

En revanche, il est important de venir consulter rapidement un professionnel de la santé quand vous sentez apparaître les premiers signes. En effet, une dépression qui dure témoigne généralement d’une souffrance qui s’auto-alimente et de laquelle il sera plus compliqué de s’en défaire. 

Dans tous les cas, pour sortir d’une dépression, il est essentiel d’être accompagné.e par un psychologue qui viendra à la fois travailler sur votre traumatisme pour vous aider à le dépasser et vous accompagner dans une démarche de transformation personnelle.

En suivant une thérapie vous parviendrez plus rapidement et plus facilement à déconstruire vos schémas de pensées, à délaisser vos comportements réactionnels défensifs et vos croyances limitantes que si vous agissez seul.e.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter