Pervers narcissique : 7 signes de harcèlement moral au travail

Pervers narcissique et harcèlement moral au travail : les 7 signes pour le reconnaître

Il est difficile de penser qu'un collègue de travail ou un manager souhaite volontairement nuire à la carrière professionnelle et au bien-être d'une personne. Pourtant, certains profils sont particulièrement prédisposés pour être des harceleurs hors-pairs, comme c'est le cas pour les pervers narcissiques. Derrière leur masque de monsieur ou madame tout le monde, se cache en réalité une personnalité particulièrement toxique dont l'unique but est de voir souffrir l'employé. Leurs procédés ? Le harcèlement moral, un délit qui malgré sa condamnation, fait le jeu du pervers narcissique au travail. Voici les 7 signes qui permettent de le détecter. 

Suis-je sous emprise ?

Vous pensez être la victime d'un pervers narcissique au travail ?

Faites le test maintenant !

Pervers narcissique au travail : le roi du harcèlement moral

Les mécanismes du harcèlement moral répondent à une logique de manipulation qu'un PN (Pervers narcissique) connaît bien. Ces mécanismes sont par ailleurs d'autant plus faciles à mettre en place, quand le pervers narcissique est un manager par exemple. 

En effet, le harcèlement moral est avant tout un ensemble de conduites abusives (gestes, paroles, attitudes…) et répétitives qui portent atteinte à la dignité et/ou à l'intégrité physique ou psychique d'une personne. C'est donc tout ce que recherche le PN : détruire psychologiquement une personne, mais cette fois-ci dans le milieu professionnel

Et bien que le harcèlement moral au travail constitue un délit qui peut être sanctionné par la loi, (Art. L1152-1 du code du travail relatif au harcèlement moral), le manipulateur n'en a que faire : il agit, dicté par sa personnalité malveillante où le manque d'empathie, la dévalorisation d'autrui, la manipulation et les violences psychiques règnent en maître. 

Comme dans une relation de couple avec un pervers narcissique, il a tendance à employer la violence verbale et psychologique dans ses interactions pour dévaloriser autrui, lorsqu'il agit au travail. Dans le but de soumettre ses collaborateurs, il énonce de grands principes valables seulement pour les autres : lui-même ne les respecte pas.

En termes de management à proprement parler, les décisions ne sont pas cohérentes et semblent souvent arbitraires. On retrouve une communication floue, confuse et paradoxale destinée à manipuler ses collègues de travail. Le pervers narcissique a tendance à attribuer à sa seule personne des mérites collectifs et à l'inverse à se déresponsabiliser et à reporter systématiquement ses erreurs sur les autres.

7 signes d'harcèlement moral par un PN

Il existe 7 signes qui permettent d'identifier un harcèlement moral au travail réalisé par une personne manipulatrice narcissique : 

Signe 1 : L'acharnement porte sur une personne à la fois

Ce qui caractérise le harcèlement moral au travail, c'est le fait que l'acharnement porte sur une personne en particulier, et une seule. Si plusieurs personnes ou tous les membres d'un collectif sont victimes du comportement d'un même individu, la piste d'un management dysfonctionnel ou d'un problème de comportement interpersonnel sera retenue. 

Ainsi, il y a une dynamique prédateur/proie dans le harcèlement moral. Il ne s'agit pas d'un simple conflit entre deux interlocuteurs, mais d'un processus faisant intervenir un dominant et un dominé : ici, le pervers narcissique et sa victime.

Dans ce cadre, les attaques incessantes ne concernent pas seulement la qualité du travail ou les compétences professionnelles de la victime, c'est bien sa personne en tant que telle qui est visée et que le pervers cherche à détruire.

En général, le PN va choisir sa victime, la détruire, puis quand il en aura terminé avec elle, il en choisira une autre et ainsi de suite. 

Signe 2 : Le harcèlement moral ne répond à aucune raison objective 

La plupart du temps, il n'y a aucune raison objective à la source du harcèlement moral. Le pervers narcissique ne communique d'ailleurs jamais clairement à sa victime ce qu’il lui reproche, notamment parce qu'il s'agit souvent d’un problème de jalousie ou de rivalité, conscient ou non.

En effet, si tout le monde peut, un jour ou l'autre, connaître le harcèlement moral, les victimes sont souvent des personnes très investies dans leur travail, consciencieuses et compétentes.

C'est là qu'on retrouve les problématiques narcissiques du pervers qui aura tendance à identifier les personnes avec qui il peut se sentir en compétition ou qui pourraient risquer de lui faire de l'ombre : trop grande aisance, forte personnalité etc.

En fonction de son profil, il est aussi possible que le pervers choisisse sa victime en raison d'une différence perçue comme, l'appartenance ethnique, orientation sexuelle, âge ou d'une vulnérabilité particulière : timidité, hypersensibilité.

Imprévisible et manipulateur, le pervers narcissique n'est pas en mesure de faire un travail sur lui. Il ne ménagera pas ses efforts pour rendre la vie impossible à sa victime, partir quand on le peut (juste s'éloigner ou se faire muter) semble être la meilleure des solutions.

Bon à savoir

Il est souvent pensé que le harcèlement moral est nécessairement inscrit dans une relation hiérarchique et asymétrique avec un supérieur qui harcèle un subordonné. Or, ce n'est pas toujours le cas.
 
C'est en effet plus fréquent, dans la mesure où il est plus facile de nuire à quelqu'un lorsqu'on en a les moyens concrets (position de pouvoir), mais il arrive aussi que le harcèlement soit horizontal, voire même que la victime occupe une position hiérarchique plus élevée que le pervers narcissique.

Signe 3 : Empêcher la victime de s'exprimer

L'objectif est de fragiliser la victime en lui enlevant ce pouvoir d'agir et ce moyen de défense fondamental qu'est la parole. Il s'agira de lui ôter la possibilité de s'exprimer, par exemple, en l'interrompant systématiquement en contexte social, mais aussi de l'empêcher de se défendre. Cela peut passer par :

  • Des invectives telles que des insultes, et dénigrement personnel, auxquelles il est difficile de répondre de manière constructive.
  • Le pervers narcissique peut également dénigrer le travail et la vie privée de sa victime, dans le but de la mettre en difficulté.
  • Menaces écrites ou téléphoniques.

L'objectif étant dans tous les cas que la personne ne puisse pas se défendre directement, qu'elle soit réduite au silence et à l'impuissance.

Toujours dans ce registre, le pervers narcissique aura tendance à nier sa victime. Il refusera tout contact : évitement du contact visuel, gestes de rejet etc., et ignorera sa présence, par exemple, en s'adressant exclusivement à des tiers.

La victime n'a ainsi aucune prise sur ce qui lui arrive et n'a pas les moyens de réagir aux agressions répétées.

Signe 4 : Isoler la victime

Il s'agit d'empêcher la victime d'aller chercher le soutien dont elle aurait besoin au sein du collectif de travail.

Le pervers peut, par des manœuvres subtiles, parvenir à ce que les autres collègues de la victime mettent eux aussi à distance la personne, qui se retrouvera alors totalement esseulée.

C'est toute la force du pervers narcissique, au-delà de sa position hiérarchique : il est capable de mobiliser les autres contre sa cible, par son charisme et son pouvoir de nuisance. Craignant de se retrouver à la place de la victime, la plupart des personnes auront tendance à suivre le mouvement.

L'isolement peut également passer par une mise à l'écart concrète, via l'attribution d'un poste de travail qui éloigne la victime de ses collègues.

A lire aussi : Déstabiliser un pervers narcissique : comment faire ?

Signe 5 : Déconsidérer la victime auprès du collectif

Dans la continuité de la stratégie d'isolement, le pervers narcissique s'attellera à déconsidérer et à discréditer le salarié aux yeux des autres.

Cela peut passer par de la calomnie, des rumeurs qu'on lance et qui circulent parmi les collègues ou des moqueries ouvertes. A ce niveau, le pervers s'attaque ouvertement à sa victime sur le registre du privé : croyances religieuses, politiques, vie personnelle etc., mais aussi sur des questions professionnelles : son travail est déconsidéré et ses décisions remises en question.

L'employé peut aussi parfois être la cible d'injures, de propos dégradants ou déplacés, voire de harcèlement sexuel.

Quels que soient les moyens utilisés, le but du pervers est de priver autant que possible le salarié de son intégrité, et de la dégrader aux yeux de tous. C'est un processus actif de destruction qui est à l’œuvre.

A lire aussi : 5 techniques pour détruire un pervers narcissique et ne plus en avoir peur

Signe 6 :  Discréditer professionnellement la victime

Enfin discréditer personnellement la victime ne suffit pas, il faut aussi lui nuire au niveau professionnel. L'objectif du pervers narcissique est de faire perdre à sa proie, sa victime, tout sens de sa propre valeur, en la privant de la possibilité de s'accomplir et de s'épanouir du point de vue du travail.

Il peut s'agir de la priver de toute occupation, de ne plus rien lui confier en s'assurant qu'elle ne puisse pas trouver une tâche à réaliser par elle-même. Une variante renverra au fait d’imposer au salarié la réalisation de tâches inutiles, absurdes ou vides de sens.

Enfin il peut s'agir de la charger de tâches qui ne correspondent pas à son niveau de compétences, soit pour la priver de stimulation intellectuelle et du sentiment de satisfaction liée à la réalisation d'un travail bien mené et porteur de sens, soit au contraire pour la discréditer et la mettre en difficulté face à une tâche qui dépasse ses compétences.

Cela a pour effet d'augmenter le stress chez sa victime, mais dans les cas les plus sévères d'harcèlement, de la conduire tout droit à un burn-out au travail. Un travail de reconstruction est souvent nécessaire grâce à l'aide d'un spécialiste. Les séquelles peuvent être sournoises, nombreuses et latentes. Un pervers narcissique laisse des traces durablement chez ses victimes. De longues années après, elles en portent encore les stigmates.

Quoi qu'il en soit, le pervers narcissique est un spécialiste des techniques d'intimidation, de dévalorisation et de dégradation narcissique, et ne manque pas d'inventivité dans ce registre.

Signe 7 : S'attaquer à l'intégrité physique de la victime

C'est le dernier niveau du harcèlement, qui finit par toucher à l'intégrité physique de la personne.

Il peut s'agir de la contraindre à des travaux dangereux, de la menacer d'agression, voire d'aller jusqu'à une agression physique sans gravité, en guise d'avertissement. Son domicile et/ou son poste de travail peuvent également être dégradés, puisqu'il s'agit d'une logique d'intimidation.

Il faut que la victime se sente acculée, menacée, en danger : c'est de cette manière que le pervers peut asseoir sa domination complète. 

La manipulation narcissique est une pathologie qui ne se guérit pas, lisez ici pourquoi c'est impossible.

À retenir

Quand le harcèlement moral au travail est réalisé par un pervers narcissique, il y a des signes qui ne trompent pas.
 
Particulièrement destructeur, il est urgent d'agir au plus vite en essayant de sortir de son emprise pour mettre fin au harcèlement. 
 
Vous pouvez par exemple, faire intervenir un collègue qui pourra constater de la dégradation de vos conditions de travail, vous tourner vers la médecine du travail et bien sûr, vous orienter vers une aide psychologique pour vous soutenir dans cette épreuve.
 
La thérapie est essentielle pour réparer tout ce que le pervers narcissique à détruit en vous et vous ne pouvez pas réaliser ce travail de reconstruction seul.e. 

Suis-je sous emprise ?

Vous pensez être la victime d'un pervers narcissique au travail ?

Faites le test maintenant !

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter