NOS PSYS
Featured Image

3 symptômes pour identifier la dépression amoureuse et la surmonter...

Publié le 29/09/21 17:30

Une rupture amoureuse n'est pas toujours facile à accepter et à vivre. Souvent très douloureuse, celle-ci peut parfois conduire la personne qui la vit à faire une dépression amoureuse

La vie amoureuse est un espace qui vient révéler et mettre en jeu les aspects les plus intimes de votre personnalité. En effet, vous vous êtes construit.e psychiquement à travers l’intégration de toutes vos expériences affectives et votre chemin personnel vous a permis de forger des attentes, des croyances et des représentations concernant le lien affectif, sa nature et sa fonction. Ces représentations, qui viennent se concrétiser dans les comportements amoureux, sont au fondement de la mise en sens du lien à laquelle chacun des partenaires contribue : elles donnent une forme spécifique à la relation en la chargeant de significations intimes. 

Quand la rupture advient, c’est sur ces bases d’un travail de co-construction du sens, que chacun des deux partenaires va pouvoir s’émanciper psychiquement de la relation.

Si la séparation amoureuse est dans la plupart des cas une épreuve douloureuse à vivre, elle parvient en général à être intégrée psychiquement après une phase, variable en durée et en intensité, qui s’apparente au deuil. A son terme, vous acceptez de poursuivre votre route sans l’autre à vos côtés. Cependant, la fin d’une relation amoureuse peut aussi dans certains cas se révéler déstructurante au point d’évoluer vers une dépression. C’est ce que l’on peut appeler ne dépression amoureuse, qui renvoie en fait à une dépression réactionnelle.

Nous vous proposons dans cet article différentes clés pour mieux comprendre la dépression amoureuse et avons identifié pour vous 3 types de symptômes qui vous permettront d’évaluer si vous avez un terrain à risque pour ce type de dépression. Si vous souffrez vous-même de dépression amoureuse, vous bénéficierez également d’une analyse détaillée de vos points de fragilités potentiels et de conseils pour vous tourner vers la méthode thérapeutique la mieux adaptée à votre fonctionnement.

Enfin, vous pouvez également réaliser le test suivant qui vous permettra d'être fixé.e sur votre potentiel état dépressif. 

Cliquez ici pour réaliser le test : "Suis-je en dépression amoureuse ?"


Sommaire de l'article 

  1. Qu'est-ce que la dépression amoureuse ?
    1. Les symptômes de la dépression amoureuse
    2. Les mécanismes de la dépression amoureuse
  2. Comment sortir d'une dépression amoureuse ?
    1. Attachement insécure et TIP
    2. Blessure d'abandon et PIP
    3. Dépendance affective et TCC

 

Qu'est-ce que la dépression amoureuse ? 

La dépression amoureuse est un épisode dépressif qui a pour élément déclencheur une rupture amoureuse. Celle-ci va constituer un choc émotionnel dont les conséquences psychiques peuvent être importantes.

La dépression amoureuse est réactionnelle, par opposition à une dépression dite endogène, qui aura quant à elle, tendance à se développer indépendamment des facteurs environnementaux.

Les symptômes de la dépression amoureuse

Les symptômes de la dépression amoureuse seront cependant les mêmes que la dépression, qu'il puisse lui être associé ou non, un événement déclencheur. Ainsi, lorsque vous faites une dépression amoureuse, vous pouvez ressentir les symptômes suivants :  une douleur morale intense, une tristesse constante, une perte d’intérêt et de plaisir pour les activités habituelles et une perte d’énergie globale souvent associée à une grande fatigabilité.

A ces symptômes principaux, s’ajoutent une auto-dévalorisation et une baisse d’estime de soi qui peuvent s’accompagner d’un douloureux sentiment de culpabilité globale, un ralentissement général du fonctionnement qui se traduit au niveau de la pensée (notamment marquée par des ruminations) et sur le plan psychomoteur, avec parfois des difficultés à entreprendre jusqu’aux actions les plus simples. Vous pouvez également constater des troubles du sommeil et de l’appétit.

Enfin, les idées de mort et les pensées suicidaires sont fréquentes dans le cadre d’un épisode dépressif : la conscience est en effet monopolisée par la douleur et le sentiment de fatalité qui la renforce. Vous devez pourtant garder à l’esprit que cet état de mal-être profond n’est qu’un état transitoire par lequel vous gérez psychiquement un choc émotionnel.

En effet, si l’on s’intéresse à la dépression d’un point de vue psychodynamique, c’est-à-dire comprenant le psychisme et son fonctionnement comme un système de régulation de l’énergie psychique (pulsions, élan vital), on peut l’appréhender comme la conséquence d’un épuisement des ressources psychiques nécessaires pour maintenir un niveau de fonctionnement optimal.

Les mécanismes de la dépression amoureuse

Dans le cas particulier de la dépression amoureuse et plus largement de la dépression réactionnelle, cet épuisement va survenir comme un effondrement brutal face à un choc émotionnel. C’est ici une surcharge émotionnelle qui vient en quelque sorte faire disjoncter le système psychique et le ramener à un niveau de fonctionnement proche de la survie psychique. Dans le cas de la dépression amoureuse, l’impact de la rupture et ses conséquences émotionnelles débordent vos capacités d’intégration et viennent vous désorganiser en profondeur. Votre système entier passe alors en mode survie (état dépressif) pour absorber le choc : vous êtes plongé.e dans un état de détresse quasi-archaïque qui associe la souffrance de la perte de l’autre à un douloureux sentiment d’incomplétude.

C’est en ce sens que certains auteurs voient la dépression comme une forme de régression, dans la mesure où des problématiques psychiques primaires (autonomie psychique, sens de l’identité, fonction sécurisante du lien) réémergent sous forme de souffrances existentielles et demandent à être retravaillées. On peut littéralement parler d’un passage à vide au cours duquel vous n’avez plus les moyens de fonctionner normalement, avec des répercussions sur le quotidien plus ou moins importantes pouvant aller jusqu’à une hospitalisation dans les cas les plus graves.

En réalité, vos ressources et compétences sont préservées, et simplement inhibées momentanément dans ce processus nécessaire de gestion d’un événement psychique difficile qui dépasse vos capacités d’intégrations actuelles. 

Comment sortir d'une dépression amoureuse ?

Si un traitement médicamenteux peut vous être prescrit en fonction de votre parcours et de vos antécédents de santé, il sera dans le cas d’une dépression amoureuse, très important d’initier un travail autour de ce qui se joue intimement pour vous avec cette rupture.

En fonction de votre sensibilité, vous pouvez choisir d’aller plus ou moins en profondeur dans la conscientisation et le travail d’introspection relatifs à votre construction affective et personnelle, mais il est dans tous les cas important de parvenir à prendre progressivement de la distance vis-à-vis de l’élément déclencheur (la rupture actuelle).

Même s’il peut, dans un premier temps, être difficile de vous détacher de cette expérience présente douloureuse, votre objectif doit être d’accueillir votre souffrance tout en prenant conscience du fait que cette décompensation massive renvoie à des fragilités affectives auxquelles des expériences de vie plus ou moins anciennes ont donné le jour.

En effet, ce n’est pas par hasard que la séparation amoureuse a des conséquences psychiques aussi importantes pour vous : quelque chose en vous fait problème et constitue un terrain de vulnérabilité du côté de la perte, de l’attachement, voire d’une blessure d’abandon dont les racines se trouvent le plus souvent dans l’enfance et les premières expériences affectives.

Différents cadres et protocoles thérapeutiques peuvent vous permettre de mener à bien ce travail selon des angles différents et ainsi, de sortir de la dépression. Il s’agit d’identifier les problématiques qui font le plus écho en vous de manière à pouvoir vous orienter, sinon vers une méthode thérapeutique spécifique, au moins vers des axes de travail adaptés en vue de guérir mais aussi d’avancer personnellement.

On peut en effet mettre en évidence 3 formes symptomatiques de vulnérabilité affective que l’on peut également appréhender comme des facteurs de risque pour la dépression amoureuse : ils renvoient à des modes de fonctionnement psychique caractérisés par une faille affective majeure et qui accordent une place centrale à l’angoisse de séparation. Ces différents types de fragilité doivent vous permettre de déterminer dans quelle mesure vous pouvez être sujet.te à la dépression amoureuse, ou si vous en souffrez d’identifier la méthode thérapeutique la mieux adaptée à votre mode de fonctionnement pour la surmonter rapidement.  

Attachement insécure et thérapie interpersonnelle (TIP)

La théorie de l’attachement identifie plusieurs manières de se positionner dans la relation et de vivre la souffrance de la séparation. Ainsi, une personne avec un style d’attachement évitant aura tendance à fuir l’investissement émotionnel pour se protéger de la possibilité d’être de nouveau blessé affectivement, et sera donc d’autant plus vulnérable en cas de rupture si jamais elle fait un jour le choix de s’investir malgré tout dans une relation amoureuse.

Dans un autre registre, une personne au style d’attachement préoccupé aura un besoin majeur d’être rassurée par son/sa partenaire sur les sentiments qu’il/elle lui porte et sur son engagement sans failles : la rupture amoureuse sera très déstructurante notamment si elle intervient comme un coup de tonnerre dans un ciel serein.

Enfin, les personnes plus rares dont le style d’attachement est désorganisé seront quant à elles simultanément dans la fuite et dans la recherche de fusion ; en fonction de facteurs multiples, la séparation peut intervenir comme une forme de libération puisque les personnes construites selon ce style d’attachement cultivent malgré elles des relations toxiques, mais aussi (et parfois simultanément) comme un cataclysme émotionnel. Ces trois cas de figure renvoient à des formes d’attachement insécures qui expliquent la présence de difficultés psychiques et émotionnelles en contexte amoureux, et plus particulièrement à ce moment crucial que constitue la fin de la relation. Celle-ci viendrait réveiller des fragilités précoces liées à l’expérience de la séparation avec les parents (ou donneurs de soin) que vous avez enfouies pour vous en protéger et qui se manifestent aujourd’hui sous la forme d’un épisode dépressif.

Une psychothérapie qui explore et traite ces aspects spécifiques de votre construction peut vous être extrêmement profitable pour sortir de la dépression et continuer votre chemin plus harmonieusement. La thérapie interpersonnelle est particulièrement adaptée pour cela, en tant que thérapie brève fondée sur la théorie de l’attachement et indiquée pour le traitement de la dépression amoureuse. Focalisée dans un premier temps sur la mise en évidence du lien entre les troubles interpersonnels (relationnels et amoureux notamment) et la dépression, son efficacité repose sur l’application de techniques thérapeutiques ciblées en fonction du diagnostic et de votre style d’attachement. 

Blessure d’abandon et psychothérapie d’inspiration psychanalytique (PIP)

Vivre avec une blessure d’abandon renvoie à une autre forme d’insécurité affective qui trouve également son origine dans les expériences relationnelles passées et impacte les relations au quotidien. Si elle se manifeste par la peur du rejet et le besoin éperdu d’être aimé.e et accepté.e, elle est également associée à un rapport difficile à soi-même, souvent marqué par une faible estime de soi.  Elle aura tendance à s’exprimer par des comportements excessifs en situation relationnelle, qui cherchent à combler des attentes affectives massives.

Si vous souffrez d’une blessure d’abandon, vous aurez tendance à être en quête perpétuelle d’un absolu dans la relation, et particulièrement en amour : vous avez besoin d’être en permanence nourri.e à la hauteur d’un manque qui ne parvient jamais à être réellement comblé. De même, vous êtes très réactif.ve en situation d’interaction : la même douleur ancienne se trouve réactivée dès lors que vous n’êtes pas rassuré.e par vos proches à la hauteur de vos besoins.

Dans la grande majorité des cas, ce type de souffrance s’explique par un vécu (au sens de ressenti subjectif) traumatisant plus ou moins précoce qui peut être ou non associé à une expérience effective de négligence : en fonction de votre sensibilité, des blessures peuvent se créer et se maintenir en dehors de toute expérience que vous pourrez objectivement considérer comme destructrice. Votre blessure d’abandon va démultiplier la douleur d’une rupture amoureuse puisque vous avez tendance à être particulièrement sensible au rejet et à redouter la solitude. La séparation amoureuse peut donc vous plonger dans des vécus très difficiles à intégrer auxquels s’ajoute un sentiment d’impuissance face à vos difficultés à réguler et à maîtriser vos émotions dans ce type de situation.

Dans un tel contexte et notamment à force de répétitions du même trauma, un épisode dépressif peut survenir qui paradoxalement sera à la fois une épreuve supplémentaire et le point de départ en vue du changement. Si vous vous trouvez dans cette situation, nous vous invitons fortement à initier un travail de psychothérapie « d’inspiration psychanalytique » qui s’appuie sur le jeu des dynamiques psychiques en vue de redonner du sens à vos modes de fonctionnement et à devenir ainsi plus conscient.e de ce qui vous traverse. Ce type de thérapie vous aidera à faire émerger, identifier, puis réparer les blessures passées, en particulier par l’observation, la maîtrise et la mise en action des enjeux de la relation thérapeutique,  à travers le transfert et le contre-transfert notamment.

Cliquez ici pour réaliser le test : "Suis-je en dépression amoureuse ?"

Dépendance affective et Thérapies cognitives et comportementales (TCC)

Si l’on retrouve dans la dépendance affective la même sensation d’un manque douloureux qui demande impérativement à être comblé, que dans le cas d’une blessure d’abandon, ainsi que la même difficulté à fonctionner en autonomie affective, la dépendance affective renvoie à une gamme de mécanismes de fonctionnement plus large en lien avec l’addiction et ne se limite pas au registre relationnel comme c’est globalement le cas pour la blessure d’abandon : de nombreuses stratégies comportementales peuvent être mises en œuvre dans l’objectif de ne plus avoir à ressentir le vide interne au fondement de la dépendance affective, tels que le surinvestissement d’activités spécifiques (dépendance au sport, au travail), les troubles alimentaires, la consommation de substances...

De même, l’investissement pathologique de la relation prendra des formes plus variées (jalousie, soumission, besoin de présence permanente, comportements relationnels irrationnels ou encore prise de distance défensive vis-à-vis de l’intimité et de l’engagement).

Enfin, si ces deux modèles de vulnérabilité renvoient à la même nécessité de combler un manque affectif fondamental (qui a pour origine un manque d’amour de soi) par des moyens extérieurs (relations, addictions…), la dépendance affective tend à davantage s’organiser autour du sentiment d’une incomplétude (douleur d’être) tandis que la blessure d’abandon est davantage structurée autour du besoin d’autrui.

Ces différences mineures expliquent tout de même qu’une dépression amoureuse chez un dépendant affectif puisse avoir tendance à être particulièrement centrée autour de la perte de soi comme conséquence directe de la perte d’autrui (à travers une culpabilité, un sentiment d’indignité, une baisse de l’estime de soi exacerbée...).

C’est pour ces différentes raisons que les thérapies cognitives et comportementales peuvent s’avérer particulièrement intéressantes : elles vous positionnent dans l’action, en résonance avec la voie comportementale que vous avez tendance à investir habituellement comme mode de substitution. Vous aurez l’opportunité d’être accompagné.e pour conscientiser, questionner et agir sur l’ensemble des pensées automatiques, émotions, croyances, schémas et comportements dysfonctionnels qui alimentent le sentiment d’incomplétude au fondement de votre trouble. Grâce à des techniques structurées d’exposition, vous serez également amené.e à vous confronter à des situations d’inconfort liées à l’absence de l’autre ou l’absence de mise en place de substituts comportementaux, en vue de développer une meilleure autonomie affective. 

Ces illustrations de processus thérapeutiques appliqués à la dépression amoureuse restent des exemples. La liste des thérapies efficaces n’est pas exhaustive. Si vous avez développé une dépression amoureuse à la suite d’une rupture, il est avant tout important de ne pas rester isolé.e et de vous ouvrir sur ce mal-être afin d’obtenir du soutien. Un professionnel de santé pourra vous orienter sur une prise en charge qui soit juste pour vous, et également vous rassurer en vous informant sur la maladie : le sentiment d’impuissance et l’impression d’une souffrance incurable que vous ressentez font partie intégrante du syndrome dépressif et ne renvoient donc pas à une réalité objective. Vous devez garder en tête que la dépression amoureuse se guérit et que vous retrouverez bientôt votre équilibre et une humeur plus stable.

Article rédigé par Anna Savio, Psychologue clinicienne de la Clinique E-Santé