Devenez acteur de La Clinique E-Santé !

Envie de prendre part à un projet d'impact sociétal en transformant l'accès à la santé mentale ? Agissez maintenant aux côtés d'investisseurs déjà engagés.

Envie de prendre part à un projet d'impact sociétal en transformant l'accès à la santé mentale ? Agissez maintenant aux côtés d'investisseurs déjà engagés.

Photo de Christèle Albaret
Accueil / Dépression /

7 bienfaits de la psycho...

Dépression

7 bienfaits de la psychothérapie dans le traitement de la bipolarité

Les personnes atteintes de bipolarité, mais également leurs proches, se sentent souvent impuissantes face à cette maladie. Isolement social, difficultés scolaires ou professionnelles, anxiété, troubles du sommeil sont des répercussions notables du trouble. Aujourd’hui, il existe des traitements efficaces pour soulager la bipolarité. Dans cet article, nous détaillerons les bienfaits de la psychothérapie pour surmonter cette pathologie.

Photo de l'auteur de l'article

Rédaction par Margaux

Rédactrice web

7 min

Publié le July 13, 2023 (modifié le November 13, 2023)

Quels sont les bienfaits de la psychothérapie dans le traitement de la bipolarité ?

Ai-je besoin d'un psychologue ?

Vous vous demandez si vous avez besoin d'un psychologue pour traiter votre bipolarité ?

Image

Est-il possible de soigner la bipolarité ? L’avis d’un expert

Il est impossible de guérir d’un trouble bipolaire. Toutefois, il est possible d’apaiser les symptômes de la bipolarité à l’aide de traitements adaptés tels que :

  1. La psychothérapie
  2. Le traitement médicamenteux


Au même titre qu’une dépression, la bipolarité se traite à l’aide d’un traitement de fond (souvent sous forme médicamenteuse) et d’un traitement symptomatique. Le premier traitement prévient les rechutes. Il peut accompagner la personne atteinte de bipolarité toute sa vie ou pendant plusieurs années en fonction de l’intensité de la maladie. Le second traitement, quant à lui, atténue l’épisode de manie, d’hypomanie ou l’épisode dépressif dans le but de réduire les symptômes de la personne affectée.
Il est important de noter que le choix des médicaments se fait au cas par cas en consultant un médecin. En effet, d’un individu à un autre, il est possible d’observer des symptômes différents.
Pour remédier à l’instabilité de l’humeur chez une personne bipolaire, une prise en charge médicamenteuse est généralement nécessaire.

Mathilde Giraud, psychologue clinicienne au sein de La Clinique E-Santé, nous explique :

“Le plus compliqué dans le traitement de la bipolarité, c’est le diagnostic. Bien souvent, les personnes viennent consulter lorsqu’elles traversent une phase de dépression aiguë en négligeant les phases maniaques où elles vont être très actives dans leur quotidien.”

Les avantages de la psychothérapie

Bien que les médicaments puissent aider à apaiser les symptômes de la bipolarité, il existe une alternative : la psychothérapie. Les approches psychologiques regorgent d’avantages et de bienfaits dans le traitement de la bipolarité tels que :

  1. Une aide à la gestion des symptômes
  2. Une meilleure compréhension du trouble bipolaire
  3. Un développement de stratégies d’adaptation au quotidien
  4. Une prévention des rechutes
  5. Une amélioration des relations interpersonnelles
  6. Un renforcement de l’estime de soi
  7. Un soutien émotionnel


Mathilde Giraud, psychologue clinicienne au sein de La Clinique E-Santé, informe sur la nécessité d’un suivi psychothérapeutique dans le traitement des troubles bipolaires :

“Le suivi psychologique est très important puisqu’il permet d’avoir un réel soutien, de comprendre ce qui est en train de se passer et de mieux vivre avec la maladie.”

Une aide à la gestion des symptômes

Le premier avantage de la psychothérapie dans le traitement de la bipolarité est l’aide à la gestion des symptômes. Le psychologue soutient son patient dans sa maladie, lui fait prendre conscience de ses symptômes et lui apprend à les gérer au quotidien.
Le trouble bipolaire peut être soigné à l’aide de différentes techniques thérapeutiques :

  1. La thérapie de soutien
  2. La thérapie cognitive et comportementale
  3. La thérapie familiale
  4. La thérapie d’inspiration analytique
  5. La psychothérapie interpersonnelle


Les séances de thérapie sont bénéfiques pour :

  • Diminuer les troubles du sommeil : réguler les rythmes veille-sommeil,
  • Retrouver une vie sociale en appréhendant les problèmes relationnels liés à la pathologie,
  • Mettre en place de nouvelles routines comportementales pour favoriser une meilleure énergie,
  • Diminuer les symptômes pendant une crise bipolaire (irritabilité, excitation, tristesse, hyperactivité).

Le saviez-vous ?

La psychoéducation est également une solution qui permet au patient de mieux comprendre ce qu’il traverse. Il s’agit d’un programme d’information qui peut être destiné au patient, mais aussi à ses proches afin de mieux comprendre la maladie bipolaire. Elle aide à : Reconnaître les symptômes Comprendre les bienfaits du ou des traitement.s afin de mieux réagir en cas d’effets secondaires Sensibiliser l’entourage

Une meilleure compréhension du trouble bipolaire

Le traitement de ce trouble se fait également à travers une meilleure compréhension du trouble. En effet, le psychologue aide son patient à prendre conscience de la maladie et ainsi à mieux l’accepter.
En général, les séances de psychothérapie génèrent une meilleure compréhension du trouble et la mise en place de routines quotidiennes. Ces dernières sont très efficaces en tant que stabilisateur d’humeur.
Mathilde, psychologue clinicienne au sein de La Clinique E-Santé soutient ce propos :

“Ce qui est important, c’est d’être dans l’acceptation de la maladie et de réussir à repérer dans quelle phase le malade va être. Il faut savoir que la phase de dépression peut durer plusieurs mois et, en général, les phases maniaques sont plus courtes ou n’existent pas.”


Le psychothérapeute aide son patient à trouver un équilibre psychologique afin qu’il ait des relations sociales plus apaisées et qu’il s’oriente vers un état de mieux-être. De plus, la régulation des humeurs aide également le patient à avoir un équilibre professionnel (et notamment à garder son travail).
La compréhension de cette maladie prévient d’autres pathologies secondaires telles que l’alcoolisme, la toxicomanie ou encore l’anxiété.

Le saviez-vous ?

On considère que 60 % des personnes bipolaires ont des problèmes de dépendance à la drogue ou à l’alcool.

Le développement de stratégies d’adaptation au quotidien

Lors d’un cycle dépressif chez le bipolaire, la gestion de ses symptômes s’avère compliquée. Pour l’aider dans sa démarche et tendre vers un état de mieux-être, certains ont recours à des stratégies d’adaptation. Ces dernières sont préconisées par le psychologue lors des séances thérapeutiques.
La stratégie d’adaptation consiste à penser ou à faire quelque chose pour éviter les conséquences négatives d’une situation. À titre d’exemple, une personne stressée peut avoir tendance à se faire du mal (automutilation) . Pour éviter cela et favoriser la relaxation, sa stratégie peut être de regarder des vidéos qui la font rire.
Un second exemple pourrait être le suivant : une personne qui a l’habitude de penser aux choses qu’elle aurait pu améliorer au travail durant sa journée peut avoir recours au sport afin de se libérer l’esprit et de chasser ses idées noires. Elle favorise ainsi une meilleure récupération de sa journée avec davantage de relaxation.
Le thérapeute accompagne son patient dans le choix d’une stratégie d’adaptation. Une bonne stratégie doit répondre aux 5 besoins suivants :

  1. Se mettre en action
  2. Se calmer
  3. S’encourager
  4. S’entourer
  5. Se protéger

Le saviez-vous ?

Le trouble bipolaire touche la santé mentale des malades et se situe au 6e rang mondial des handicaps.

Prévenir les rechutes

La prévention des rechutes est également un bienfait qu’apporte la psychothérapie dans le traitement de la bipolarité. Bien souvent, les rechutes sont provoquées par des situations interpersonnelles qui viennent déséquilibrer le patient. Celles-ci peuvent avoir lieu aussi bien pendant les phases dépressives que les phases maniaques.
Mathilde explique que “Chaque patient réagit différemment en fonction des événements extérieurs qui s'imposent à lui et cela peut intensifier la maladie.”
La thérapie interpersonnelle est donc un bon moyen thérapeutique pour prévenir des rechutes. Le thérapeute apprend à son patient à repérer les signes d’alerte et les symptômes d’une rechute.

Bon à savoir

Chez certains patients, l'hospitalisation en clinique psychiatrique est nécessaire, si le patient : Met en danger ses jours et présente un risque suicidaire : 25 à 60 % des patients bipolaires feront au moins une tentative de suicide dans leur vie. Est agressif envers autrui (impulsivité) A des troubles graves du comportement (notamment lors d’épisodes maniaques)


Pour en savoir plus sur les recommandations pour le traitement de la bipolarité faites par l’assurance-maladie, cliquez ici.

Amélioration des relations interpersonnelles

La bipolarité peut ternir les relations interpersonnelles notamment en raison des changements d’humeur de la personne.
La thérapie est un bon moyen d’améliorer ses relations, car elle aide à :

  1. Comprendre les risques et les complications de la maladie
  2. Accepter la maladie
  3. Aménager les rythmes sociaux


D’après le docteur Papeta, psychiatre :

“Pendant les séances, nous faisons le point sur les rythmes sociaux, le cercle de proximité, c’est-à-dire, les proches les plus mobilisables dans l’environnement.”


Il est fréquent d’observer une désynchronisation chez la personne touchée par la maladie. Elle se lève souvent tard, reste isolée chez elle, mange de façon décalée, etc. L’enjeu de la thérapie est de réapprendre à son patient à respecter le temps social.

Renforcement de l’estime de soi

Les patients souffrant de bipolarité ont une estime d’eux-mêmes qui fluctue en fonction des épisodes qu’ils traversent.
Pendant la phase de manie, l’estime de soi a tendance à être très élevée, contrairement à la phase dépressive où l’on constate une baisse drastique de celle-ci.
Les personnes touchées par un trouble bipolaire, en phase dépressive, se perçoivent de manière négative et ont des symptômes d’auto-dévalorisation. Une baisse de l’estime de soi engendre souvent une rechute. Cette instabilité peut être travaillée avec un psychologue lors d’une thérapie.
A titre d’exemple, le psychologue peut exercer une thérapie cognitive et comportementale (TCC) pour accompagner son patient à améliorer son estime de lui-même. En effet, ce manque d’estime est porté par des pensées automatiques qui le persuadent qu’il n’est pas capable de réaliser certaines choses. Les TCC interviennent donc sur la modification de ces pensées automatiques afin de créer de nouvelles croyances.
À lire aussi : 4 conseils de psy pour développer l'amour de soi

Un soutien émotionnel

Enfin, la psychothérapie apporte un soutien émotionnel au patient atteint de psychose maniaco-dépressive et notamment la thérapie cognitive et comportementale.
En effet, elle aide le patient à :

  1. Travailler sur ses comportements et à les adapter dans le but de réduire son stress
  2. Identifier et modifier ses schémas de pensées qui provoquent des sautes d’humeur.


Mathilde, psychologue clinicienne au sein de La Clinique E-Santé, perçoit le psychologue comme “un médiateur entre le malade et lui-même et entre le malade et ses proches pour réussir à rendre les choses plus confortables pour la personne atteinte de cette maladie.”
Les groupes de soutien peuvent également être bénéfiques, car l’individu atteint de bipolarité peut partager ses expériences et ses appréhensions de la maladie avec d’autres personnes. L’association Etoile Bipolaire propose des groupes de paroles pour les malades et/ou les proches. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

Le saviez-vous ?

La sismothérapie, également appelée électroconvulsivothérapie, peut être utilisée en cas de dépression sévère qui ne parvient pas à s'apaiser avec un traitement médicamenteux.
Ce moyen thérapeutique consiste à déclencher une crise d’épilepsie, sous anesthésie générale, pour stimuler le cerveau.

A retenir

Les phases d’excitation et de dépression rythment le quotidien des personnes atteintes d’un trouble bipolaire. Le diagnostic de ces patients reste aujourd’hui difficile et peut parfois prendre jusqu’à 10 ans.
Une fois le diagnostic établi, des réponses thérapeutiques existent et notamment :

  • La thérapie cognitive et comportementale
  • La thérapie interpersonnelle
  • La thérapie des rythmes sociaux
    Toutes ces psychothérapies vont avoir leur lot d'avantages. Parmi les bienfaits, nous pouvons noter :
  • La gestion des symptômes
  • La compréhension du trouble bipolaire
  • Le développement des stratégies d’adaptation au quotidien
  • La prévention des rechutes
  • L’amélioration des relations interpersonnelles
  • Le renforcement de l’estime de soi
  • La stabilité émotionnelle

Sources

Mathilde Giraud psychologue clinicienne au sein de La Clinique E-Santé
William Coryell, “Trouble bipolaire”, MD, University of lowa Carver College of Medicine, Le Manuel MSD, 2021
Damien Fouques, “Nouvelles approches psychologiques et psychothérapeutiques”, Cairn, 2009

Besoin d'aide ?

Prenez rendez-vous gratuitement avec une conseillère e-santé pour être accompagné dans votre démarche

Photo d'Aurélie, conseillère e-santé
Photo de Jennifer, conseillère e-santé

Besoin de faire le point sur votre situation ?
RDV gratuit avec une conseillère e-santé

Prendre rendez-vous