Trouble alimentaire : 9 signes que vous êtes dans le déni

9 signes permettant d'identifier rapidement un trouble de l'alimentation

La nourriture possède un rôle essentiel dans notre quotidien. La façon dont nous nous alimentons est le reflet de notre état de santé, à la fois physique et psychique et des événements transitoires peuvent modifier notre appétit, comme la maladie, le stress ... Cependant, lorsque le fait de se nourrir devient une source de maux psychiques, avec des conséquences somatiques, on parlera alors de troubles des conduites alimentaires. Vous retrouvez dans cet article neuf signes qui doivent vous alerter quant à l’existence d’un trouble alimentaire.

Ai-je un trouble du comportement alimentaire (TCA) ?

Vous pensez souffrir d'un trouble alimentaire ?
Ce test vous donnera de précieuses informations sur la qualité de votre alimentation

Faites le test maintenant !

Qu’est-ce qu’un trouble alimentaire ?

Le trouble alimentaire est définit par une perturbation importante des conduites alimentaires, occasionnant des conséquences graves sur la santé physique et psychique de la personne, ainsi que sur son environnement social.

Les TCA sont caractérisés par un déséquilibre alimentaire, des attitudes inhabituelles et des habitudes envahissantes quant au rapport à la nourriture, à l’image du corps et au poids. Ces comportements sont dits inhabituels, car différents des pratiques classiques d’alimentation généralement constatées dans une même population. Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) explique que les perturbations entraînent « un mode de consommation pathologique ».

Il existe plusieurs troubles alimentaires, les plus fréquents étant :

      • L’anorexie mentale, qui se caractérise par un refus de s’alimenter de façon normale, durant une longue période, afin de perdre du poids ou de ne pas en prendre.
      • La boulimie, qui se qualifie par des pulsions alimentaires incontrôlables et suivies de comportements compensatoires.
      • L’hyperphagie boulimique, qui est une forme de boulimie sans vomissements ou autres comportements de purge. Les crises d'hyperphagie peuvent survenir de jour comme de nuit. 
      • Le pica, qui est le fait d'ingérer des substances non nutritives et non comestibles comme du coton, du papier, du savon…
      • Le mérycisme, qui est le fait de régurgiter inconsciemment de façon répétée de la nourriture.
      • Le syndrome d’alimentation nocturne

Des variantes sont possibles au sein d’un même trouble, tout comme plusieurs affections peuvent exister en même temps. 

Sans être reconnus strictement comme un trouble alimentaire, certains vont impacter l’individu de façon similaire. L’orthorexie, par exemple, est une forme d’obsession pour la nourriture saine, mais sans conduite anorexique.

Si un comportement alimentaire provoque des conséquences négatives sur la santé physiologique et mentale, alors il nécessite de faire l’objet d’un diagnostic. Une prise en charge psychologique adaptée diminuera la souffrance et permettra d’intervenir sur les effets délétères.

A lire aussi : Hyperphagie boulimique : 5 conseils pour sortir du cercle vicieux

Quels sont les signes d’un trouble alimentaire ?

De nombreux signes peuvent vous alerter quant à l’existence d’un trouble de l’appétit, que ce soit chez vous ou chez un proche, tandis que vous n'avez pas toujours conscience de développer des problèmes avec l'alimentation

Voici les 9 signes qui vous permettront de reconnaître un trouble alimentaire :

  1. Signe n° 1 : vous pensez constamment à la nourriture
  2. Signe n° 2 : votre poids est source d’angoisse
  3. Signe n° 3 : vous avez instauré des comportements atypiques
  4. Signe n° 4 : votre santé physique est impactée
  5. Signe n° 5 : vous avez une mauvaise estime de vous-même
  6. Signe n° 6 : votre santé psychique est fragilisée
  7. Signe n° 7 : votre vie sociale est éprouvée
  8. Signe n° 8 : votre entourage s’inquiète
  9. Signe n° 9 : vos symptômes sont présents depuis longtemps

Signe n° 1 : vous pensez constamment à la nourriture

Un des premiers signes traduisant un trouble alimentaire sans que vous en ayez au début conscience, est le rapport que vous entretenez avec la nourriture. Généralement, les personnes souffrant de TCA ont tendance à être dans une relation cognitive permanente avec l’alimentation. Si la nourriture fait sans cesse partie de vos pensées, alors il est probable que les obsessions alimentaires gouvernent votre vie au quotidien.

L’alimentation envahit votre esprit à chaque instant. Tout au long de la journée, vous anticipez les prises alimentaires et la façon dont vous allez pouvoir les contrôler De même, vous réfléchissez aux stratégies à mettre en place pour y faire face. L’ensemble de votre activité intellectuelle, mais aussi psychique, est orientée autour de la nourriture.

Les personnes souffrant d’anorexie éprouvent une perte d’appétit, leur consommation devient sélective et les restrictions alimentaires sont constantes, favorisant parfois la survenue d’une phobie alimentaire. En cas de privations, des restrictions cognitives fortes vont être engendrées, dépossédant le corps de ce dont il a besoin. En conséquence de ce déséquilibre, les compensations alimentaires peuvent naître.

Signe n° 2 : votre poids est source d’angoisse

Vous avez peut-être constaté une inquiétude très forte en vous, provoquée par les prises alimentaires, et leurs conséquences, qu’elles soient fondées ou pas, sur votre poids. Souffrir de TCA c’est souvent manifester une grande angoisse quant à l’impact physique de la nourriture sur le corps : cela représente une source d’anxiété importante. Certaines habitudes comme le comptage de calories, peuvent alors s'installer.

Un autre signe non négligeable à observer est le fait de maigrir rapidement, ou de prendre beaucoup de poids, et cela en très peu de temps.

Afin d’obtenir quelques clés d’analyse sur votre situation, vous pouvez vous questionner, par exemple : Pensez-vous avoir des problèmes avec votre poids ou votre alimentation ? Est-ce que votre poids influence votre état d’esprit ? Vous inquiétez-vous de façon excessive quant à votre poids ? Mettez-vous en place des comportements compensatoires à la suite de vos prises alimentaires ?

Le fait de répondre oui à plusieurs de ces questions n’est pas forcément synonyme d’un trouble de l’alimentation, néanmoins cela exprime une relation fragilisée avec la nourriture et/ou le poids.

L’obsession du poids, de la minceur ainsi que la peur de grossir sont retrouvées dans l’anorexie nerveuse et la boulimie, mais la culpabilité est aussi fortement présente chez les individus hyperphagiques.

A lire aussi : Anorexie mentale : 7 causes de cet enfer du quotidien

Signe n° 3 : vous avez instauré des comportements atypiques

Habituellement, en cas d’excès, il nous arrive de contrebalancer, par exemple en mangeant moins le lendemain. Mais le fait de mettre en place des comportements compensatoires et ce, de manière récurrente, pour maintenir et contrôler son poids, est un élément souvent présent dans les troubles alimentaires, comme l’anorexie et la boulimie purgative.

Pour corriger l'apport calorique et limiter la crainte liée à la prise de poids, les personnes souffrant de TCA essayent différentes stratégies :

  • Se faire vomir ;
  • Utiliser des purgatifs ; 
  • Jeûner ;
  • Suivre un régime restrictif ou augmenter les séances d’exercices physiques.

Parfois, une consommation en quantité excessive d’eau (potomanie) est utilisée pour noyer la sensation de faim. De même, vous avez peut-être initié des rituels en lien avec la nourriture. Ces comportements se retrouvent fréquemment dans le cadre de TCA.

Signe n° 4 : votre santé physique est impactée

Les troubles alimentaires vont générer une multitude de conséquences physiques. En effet, les complications somatiques s’aggravent lorsque le trouble dure dans le temps. Des problèmes gastro-intestinaux peuvent apparaître et notamment un reflux gastro-œsophagien, ainsi que des troubles digestifs directement en lien avec le transit. La dénutrition engendre des carences qui vont impacter les muscles (dont le cœur), les os, mais aussi le cerveau et le système hormonal.

Dans le cas de l’anorexie les conséquences touchent également à la fertilité, des troubles de la menstruation sont fréquents et un amaigrissement conséquent entraîne une aménorrhée. Si vous êtes en âge de procréer, sachez que les troubles alimentaires vont déclencher des déficits nutritionnels, pouvant affecter votre fertilité.

Les vomissements provoquent des lésions digestives et dentaires, au niveau de l’émail. Les carences alimentaires causées par les TCA peuvent engendrer des problèmes dermatologiques : une perte de cheveux ou encore des ongles cassants.

Ai-je besoin d’un psychologue ?

Vous vous demandez si vous avez besoin d'un psychologue ?

Quelle thérapie est la plus adaptée à votre situation ?

Faites le test maintenant !

Signe n° 5 : vous avez une mauvaise estime de vous-même

La dysmorphophobie, qui est une perception déformée de votre image et de vous, va impacter de façon négative votre estime. Vous serez donc moins dans la bienveillance à votre égard, et plus porté.e à l’autocritique et au jugement dévalorisant.

Si vous avez tendance à ne pas écouter vos besoins, à reporter sans cesse ce qui est bon pour vous ou également à vous disqualifier à la moindre occasion, dans ce cas, il est important d’en tenir compte.

En effet, en ne répondant pas à vos désirs affectifs fondamentaux vous diminuez votre estime : il est probable que vous ne preniez plus le temps d’exprimer vos émotions, ni de les ressentir.

Signe n° 6 : votre santé psychique est fragilisée

Les troubles alimentaires entraînent des conséquences psychologiques délétères. Au quotidien, vous souffrez possiblement de troubles de l’humeur, sous la forme de symptômes dépressifs par exemple, ou de troubles de l’anxiété. L’hyperactivité, l’hyperémotivité et des pensées obsessionnelles sont souvent présentes.

Au travers de votre trouble alimentaire, aussi pénible soit-il à vivre, votre corps vous envoie un message pour vous alerter sur un manque probablement relié à une blessure du passé, une injustice émotionnelle qui n’a été ni consolée ni réglée. Le corps multiplie alors les signes et s’exprime de plus en plus fort pour se faire entendre. Les troubles alimentaires sont très souvent liés à une gestion défectueuse des émotions. Ils peuvent traduire un manque d'amour de soi, compensé par la nourriture : la personne mange ses émotions

Signe n° 7 : votre vie sociale est éprouvée

À cause de la mise en place des rituels, de la survenue des compulsions ou des crises de boulimie et de l’instauration des pratiques compensatoires, vous rencontrez peut-être des difficultés à maintenir des relations sociales équilibrées.

Les TCA sont handicapants au quotidien et il y a une charge mentale très lourde à porter pour cacher les troubles. Il est possible que vous ne vous sentiez plus libre et que vous ressentiez de la honte constamment. Cette culpabilité vous étouffe et vous craignez d’être découvert.e.

L’isolement est une conséquence du repli sur soi, qui vous permet de ne pas vous confronter aux situations ayant un lien social avec l’alimentation. De plus, en employant ces stratégies d’évitement, vous n’avez pas à subir les questionnements et les inquiétudes des proches.

Parfois, la personne souffrant de troubles alimentaires se désintéresse de tout ce qu’elle aimait auparavant, et peut interrompre ses études ou mettre sa vie professionnelle en suspens. À l’inverse, un surinvestissement scolaire, ou de la sphère du travail, est possible, tout comme le fait de perdre goût à tout. Dans tous les cas, un détachement social est apparent.

Signe n° 8 : votre entourage s’inquiète

Lorsque votre entourage s’alarme, même de façon maladroite, cela représente un indicateur quant à votre situation. Vos proches peuvent s’alerter sur la relation avec la nourriture (par exemple en vous interpellant sur le fait que vous mangez peu), mais aussi sur les séquelles physiques de votre trouble : une perte de poids importante, des callosités sur le dos de votre main… Autant d’indices pour eux, leur permettant de manifester leur inquiétude.

Si vous pensez que quelqu'un de votre entourage souffre de TCA, il est important pour vous d’être accompagné.e. En effet, vous obtiendrez des conseils pour devenir un bon aidant et adopter une posture empathique et bienveillante, tout en apprenant les écueils et les pièges à éviter, afin de conserver le lien avec la personne.

Signe n° 9 : vos symptômes sont présents depuis longtemps

Le dernier signe qui doit alerter quant au la présence d'un trouble alimentaire est le temps. Si les symptômes font partie de votre vie depuis longtemps et que rien ne s’améliore, voire que les conséquences s’aggravent à tous les niveaux, alors c’est le moment de vous écouter pour entamer le chemin de la guérison.

Un trouble alimentaire s’ancre parfois dans les traumatismes affectifs du passé. Cet héritage émotionnel et blessant n’a pas été traité et envahit le présent. Passé sous silence, quand ce trauma s’exprime, c’est alors au travers du prisme des aliments : il convient de comprendre ce que la nourriture comble ou cache. En écoutant les besoins dissimulés derrière vos émotions, vous pourrez entamer le parcours de votre guérison.

À retenir

Un trouble du comportement alimentaire peut se manifester sous différentes formes et pour de nombreuses raisons. Les conséquences sur la santé physique et mentale sont souvent graves et laissent des séquelles aux personnes qui en souffrent. C'est pourquoi, il est impératif de repérer le plus tôt possible les différents signes qui témoignent d'un trouble alimentaire.
 
Tout en gardant cela à l'esprit, il est tout aussi essentiel que vous ne restiez pas seul.e, afin de ne pas baigner dans la honte et la culpabilité. Soyez indulgent.e avec vous-même, plus le temps passe et plus les conséquences sur votre santé seront importantes.
 
Parler à une personne de confiance, neutre et expérimentée, vous servira dans votre processus. Un.e expert.e en psychologie saura vous accompagner sans jugement, pour vous aider à trouver les clés afin de guérir de votre trouble alimentaire et à comprendre les causes de la boulimie, de l'anorexie, de l'hyperphagie ou de l'orthorexie dont vous souffrez peut-être sans en avoir totalement conscience.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter