TDAH : 3 signes caractéristiques qui doivent vous alerter

le tdah ou trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité se caractérise par une impulsivité, des difficultés de concentration, une hyper activité et bien d'autres signes à prendre en considération pour bien le diagnostiquer

Tandis qu’il toucherait environ 6% des jeunes et 3% des adultes, le TDAH (Trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité), reste encore un trouble peu connu et souvent mal diagnostiqué. Sensation d’agitation interne, incapacité à rester concentré et oublis très fréquents sont quelques-uns des symptômes en lien avec le TDAH qui peuvent parfois conduire la personne atteinte à mettre sa vie en danger. Afin de ne plus rester dans l’ignorance d’un trouble impactant tous les domaines d’une vie, voici les 3 signes caractéristiques qui doivent vous alerter en tant qu’adulte souffrant du TDAH ou en tant que parents. Le TDAH se traite et l’accompagnement psychologique est essentiel pour vous aider à mieux vivre.

Ai-je un TDAH ?

Vous pensez souffrir d'un TDAH ? Ce test vous permettra de répondre à vos questions.

Faites le test maintenant !


 

TDAH, définition du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité

Le TDAH n’est pas une maladie, mais un trouble neuro-développemental qui s’articule autour de 3 axes qui sont les signes caractéristiques principaux du TDAH :

  1. Signe n°1 : TDAH et inattention régulière
  2. Signe n°2 : Impulsivité et inhibition comportementale
  3. Signe n°3 : Hyperactivité

Ces trois signes caractéristiques permettent d’identifier la prédominance du TDAH. D’autres symptômes, variant d’un individu à l’autre, sont également à prendre en compte pour permettre la réalisation d’un diagnostic aussi précis que possible.

Les signes caractéristiques du TDAH

Parfois difficile à diagnostiquer, tant les symptômes ou les signes sont souvent le reflet d’autres troubles qui lui sont associés : trouble anxieux, dépression, trouble du comportement alimentaire, addiction… La prise en charge peut devenir un réel parcours du combattant pour les personnes qui en souffrent et leur entourage.

Les symptômes du TDAH apparaissent dès l’enfance. Selon le Manuel MDS, ces symptômes sont présents dès la naissance ou apparaissent peu de temps après, en général avant les 12 ans de l’enfant concerné. Pour que le diagnostic soit posé, les symptômes doivent se manifester dans au moins deux sphères de la vie courante : scolaire, loisirs, vie de famille, vie professionnelle.

Signe n°1 : TDAH et inattention régulière

Les personnes atteintes du TDAH éprouvent des difficultés à maintenir une attention suffisante.

Elles sont très facilement distraites, ce qui les fait passer d’une tâche à une autre sans pouvoir en terminer une. Ce symptôme peut, dans bien des situations, mettre la vie de la personne en danger.

Par exemple, vous pouvez commencer à préparer un repas, être rapidement distrait par quelque chose dans votre environnement et laisser votre préparation en cuisson. Vous allez alors commencer d’autres actions en oubliant complètement votre repas qui est en train de chauffer. A termes, cela peut conduire à un incendie.

Ainsi, à cause de leurs difficultés à rester concentrées, même les petites tâches du quotidien qui semblent anodines, telles que faire son lit, repasser ou encore cuisiner, demandent des efforts importants de concentration afin d’éviter le pire et cela les fatiguent beaucoup.

Signe n°2 : Impulsivité et inhibition comportementale

Que ce soit pour se mettre en action ou pour prendre la parole, la personne ayant un TDAH ne peut pas attendre. Elle agit avec impulsivité, ce qui peut la mettre - là aussi - bien souvent en danger.

Elle adopte inconsciemment des comportements à risque comme, par exemple, développer une appétence pour la vitesse au volant, ou traverser à pied la route sans avoir pris le temps de vérifier si aucun véhicule arrive.

Si leurs gestes se font avec spontanéité, sans aucune réflexion, il n’en est pas moins de leur parole, souvent sans filtre. Ces manifestations viennent d’une défaillance de leur inhibition comportementale.

Signe n°3 : Hyperactivité

Les personnes souffrant du TDAH ressentent une agitation interne et motrice.

Leurs pensées arrivent par flot, qu’elles n’arrivent pas à ordonner et de surcroît, à sélectionner les informations pertinentes et leur envie de bouger est plus forte que tout.

Il est impossible pour elles de rester assises calmement en classe ou au travail et elles ressentent un besoin régulier de se défouler. D’ailleurs, leur agitation motrice peut facilement se percevoir : jambes tremblantes, besoin de taper du pied au sol ou sur toutes les surfaces se présentant sous la main…

Les autres signes d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité

Mais ce ne sont pas les seuls signes qui doivent vous interpeller dans le cadre d’un trouble déficitaire de l’attention.

D’autres symptômes ou signes caractéristiques peuvent également traduire la présence du TDAH chez l’adulte ou chez l’enfant :

  • Signe n°1 : Dysrégulation émotionnelle : difficultés à savoir gérer ses émotions
  • Signe n°2 : Difficultés à anticiper ses actions
  • Signe n°3 : Désorganisation générale
  • Signe n°4 : Difficultés à rester concentré sur une tâche : le moindre bruit ou le moindre objet dans le champ de vision de la personne la distrait totalement
  • Signe n°5 : Difficultés à écouter quand une personne parle
  • Signe n°6 : Mémoire à court terme déficitaire : oublis fréquents, qu’ils soient matériels et/ou dans l’exécution des actions.
  • Signe n°7 : Impatience
  • Signe n°8 : Troubles de l’humeur
  • Signe n°9 : Surexcitation
  • Signe n°10 : Anxiété
  • Signe n°11 : Tristesse
  • Signe n°12 : Troubles du sommeil

Lire aussi l'article : 3 conseils cliniquement prouvés pour gérer ses émotions simplement

Quelles sont les causes du TDAH ?

Les causes du TDAH ne sont malheureusement pas clairement identifiées, mais des études ont révélé que des anomalies cérébrales, en lien avec les neurotransmetteurs seraient impliquées dans le développement de ce trouble.

En effet, un manque de dopamine et ou la noradrénaline aurait été constaté chez les personnes souffrant d’un TDAH. Ces neurotransmetteurs qui permettent aux neurones de communiquer entre eux, seraient re capturés avant d’avoir atteint la synapse, empêchant ainsi de délivrer leur signal.

D’autres hypothèses avancent une naissance prématurée due à la consommation d’alcool et autres substances pouvant nuire au bon développement de l’enfant dans le ventre de sa mère, un poids à la naissance inférieur à 1,5 Kg ou encore, une infection cérébrale comme facteurs prédominant dans le développent d’un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Le TDAH chez l’enfant

Les symptômes chez l’enfant sont les mêmes que ceux chez l’adulte. Néanmoins, les comportements adoptés par un enfant atteint d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité ont des répercussions dans les sphères de sa vie qui correspondent à son âge : l’école, principalement.

Un enfant souffrant du TDAH rencontre notamment des difficultés scolaires. En effet, le TDAH implique très souvent un trouble de l’apprentissage qui se fait au niveau de l’écriture, de la lecture ou des mathématiques.

Les autres symptômes du TDAH rendent également la réalisation de ses devoirs compliquée. L’enfant a du mal à suivre les consignes demandées et sa peine à se concentrer ne lui permet pas, bien souvent, de les terminer. D’ailleurs, il préféra fuir cette activité, préférant celles qui ne lui demandent pas autant de concentration.

En classe, l’enfant semble parfois ailleurs, comme perdu dans ses pensées ou agité. Les oublis matériels sont fréquents et il se laisse facilement distraire par les stimuli de son environnement.

Souvent, les enfants atteints d’un TDAH sont perçus comme étant « tête en l’air », « dans la lune » « n’écoutant pas », ce qui provoque en eux, de la frustration et des crises de colère importantes lorsqu’ils sont repris par leurs enseignants.

Au fur et à mesure que l’enfant grandit, les symptômes peuvent être moins visibles mais persistent toutefois à l’adolescence et au passage à l’âge adulte dans environ 60% des cas.

Ils se manifestent différemment :

  • Difficultés à nouer des relations sociales et affectives durables
  • Comportements asociaux
  • Développement de dépendances : aux jeux, à l’alcool, aux drogues

Le TDAH chez les adultes

Pour l’adulte souffrant d’un TDAH, le diagnostic peut être plus compliqué à faire que chez l’enfant, car les signes ou les symptômes sont confondus avec ceux d’autres troubles, comme par exemple la bipolarité, à cause d’une alternance entre les phases d’hyperactivité qui succèdent celles durant lesquelles, la personne va être un peu moins active.

D’ailleurs, lorsque les adultes viennent dans un premier temps consulter, leur motivation est souvent orientée vers la prise en charge d’un autre trouble, plutôt lié à l’anxiété, au stress ou à un état dépressif. Or, ces troubles peuvent être directement ou indirectement, liés à un trouble du déficit de l’attention non diagnostiqué, rendant alors les tentatives de traitement vaines, tant le diagnostic est incomplet.

Dans le milieu professionnel, l’épuisement lié à des difficultés de concentration, l’incapacité à organiser leurs pensées et leur impulsivité peut conduire les personnes souffrant d’un TDAH avec ou sans hyperactivité, à l’épuisement psychologique et in fine à faire un burn out.

Par ailleurs, les personnes souffrant d’un TDAH se lassent très facilement de leur travail dès lors qu’elles ne se sentent plus stimulées par les missions proposées. Dans ses formes les plus extrêmes et sans prise en charge, le TDAH peut pousser la personne à se suicider, tant les manifestations du trouble sont diverses et variées et sont la source d’une grande souffrance.

Lire aussi l'article : Les 5 différences entre burn-out et dépression

Ai-je un TDAH ?

Vous pensez souffrir d'un TDAH ? Ce test vous permettra de répondre à vos questions.

Faites le test maintenant !

Quels traitements pour traiter un TDAH ?

Un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité a de nombreuses conséquences sur la vie des personnes qui en sont atteintes : échecs scolaires, difficultés à garder un emploi, mise en danger de leur vie, difficultés à tisser des relations affectives durables… Néanmoins des traitements existent.

Ces derniers permettent d’atténuer les symptômes du trouble, en vue d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’un TDAH.

En premier instant, l’enfant ou l’adulte atteint, pourra être accompagné en psychothérapie afin d’apprendre à gérer son trouble. Si l’enfant bénéficiera de séances de psychoéducation qui lui permettront de mieux comprendre son trouble et d’expliquer ses conséquences, les adultes, quant à eux, pourront suivre une TCC : une thérapie cognitivo comportementale, une approche particulièrement efficace pour aider les personnes à mieux vivre avec leurs troubles, car elle propose des solutions concrètes.

Outre le fait d’aider les personnes à comprendre l’impact de leur trouble dans leur vie quotidienne, les thérapies cognitivo comportementales apportent des stratégies adaptées à la personne souffrante, mais aussi à ses proches pour pallier les difficultés rencontrées à cause du TDAH.

Sur le long terme ces stratégies pourront être employées pour chaque situation auxquelles l’enfant ou l’adulte hyperactif fait face et leur permettront de modifier petit à petit leur comportement.

La psychothérapie permet également d’accueillir et de prendre en charge le mal-être des personnes atteintes, souvent victimes du regard des autres qui les jugent comme « inadaptées socialement » par leurs comportements et de révéler en elles, tout leur potentiel. En effet, même si le TDAH reste un trouble handicapant la vie personnelle et professionnelle de nombreuses personnes, il ne permet en aucun cas de vous définir complètement si vous en souffrez et il existe de nombreuses facettes de votre personnalité à explorer, afin de profiter plus sereinement de votre vie.

Suivant l’âge où le diagnostic a été posé, le trouble peut déjà avoir causé de nombreuses souffrances pour la personne voire, des traumatismes. La psychothérapie peut également être l’opportunité de retravailler sur la restauration de l’estime de soi et l’amour de soi, des fondamentaux d’une bonne confiance en soi souvent entachée par le jugement d’autrui.

Enfin, suivant la gravité du TDAH, des traitements médicamenteux pourront être prescrits en complément de la psychothérapie. Ces derniers permettront aux personnes de mieux se concentrer, mais aussi d’apaiser les symptômes des autres troubles associés qu’il est nécessaire de traiter, autant que le TDAH en lui-même.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter