Agoraphobie : 8 signes pour la reconnaître et la soigner

Êtes vous agoraphobe ? Voici 8 signes pour le savoir et dépasser votre peur panique

Si les peurs peuvent être bénéfiques en nous sauvant d’une situation inconfortable comme, par exemple, un danger, il arrive également qu'elles finissent par complètement nous handicaper dans notre quotidien, comme c’est le cas pour l'agoraphobie, cette peur irrationnelle des lieux publics. Faisant partie des phobies les plus courantes, celle-ci vous empêche de vous rendre dans certains endroits, par peur de ne pas pouvoir en sortir. Outre l'angoisse de se retrouver piégé avec une foule de personnes, plusieurs symptômes, qui sont autant de signes, permettent de reconnaître l'agoraphobie afin de vous en libérer.

Ai-je besoin d’un psychologue ?

Vous vous demandez si vous avez besoin d'un psychologue ?
 Quelle thérapie est la plus adaptée à votre situation ?

Faites le test maintenant !

Qu’est-ce que l’agoraphobie ? (Définition)

L’agoraphobie fait partie des troubles anxieux. Comme de nombreuses phobies, il s'agit avant tout d'une peur intense (peur panique) et irrationnelle qui se manifeste dans certaines situations, notamment lorsqu’une personne pense ne pas pouvoir obtenir de l’aide dans un lieu public pour en sortir. 

Cette phobie, peut faire naître des mécanismes d'adaptation, voire des conduites d’évitements chez la personne concernée. En effet, si la personne peut, dans un premier temps, demander à un proche de confiance de l'accompagner dans le lieu source d'angoisse (mécanisme d'adaptation),  elle peut finir par éviter complètement le lieu en question. Ces mécanismes de défense bien que naturels, entretiennent néanmoins la peur de la personne et nourrissent l'agoraphobie.

Ainsi et par effet de ricochet, les agoraphobes peuvent développer la peur de quitter des endroits où ils se sentent en sécurité comme, par exemple, leur domicile, leur lieu de travail, mais aussi les lieux auxquels ils sont habitués et qu’ils connaissent bien (la maison d’un ami, un chemin souvent emprunté…).

L’agoraphobe analyse les espaces dans lesquels il se déplace et prédit son anxiété. Il a la peur constante de perdre le contrôle et d’avoir une crise de panique ou d’autres symptômes, lorsqu'il se retrouve dans un lieu duquel il pense ne pas pouvoir s'échapper facilement. 

Certains lieux, sont plus redoutés que d’autres. Cette peur irrationnelle peut entraîner des troubles paniques qui se manifestent par crises, lorsqu’un agoraphobe se retrouve dans ces situations :

  • Dans un grand espace (centres commerciaux, grandes places…);
  • Dans un espace clos (cinémas, tunnels…);
  • Dans un lieu public (restaurants, files d’attente…);
  • Dans un lieu en hauteur (ponts, étages supérieurs…);
  • Le fait d’être seul;
  • Quitter son domicile ou celui de ses proches.

Quelle est la différence entre l’agoraphobie et la phobie sociale ?

Comme nous l’avons vu précédemment, l’agoraphobie se caractérise par une peur irrationnelle lorsque l’on se retrouve dans une situation où il n’est pas possible de s’échapper ou de demander de l’aide. La phobie sociale, elle, se manifeste par une peur excessive du regard de l’autre lors d’interactions simples ou formelles.

Cette peur peut apparaître lors d’une discussion de groupe ou avec un seul interlocuteur. L’anxiété est anticipée. La personne atteinte de phobie sociale préfère éviter ces événements sociaux.

L’origine de cette phobie est cognitive et entraîne la peur du jugement négatif d’autrui, une faible estime de soi, de l’émotivité ou encore de la timidité. L’anxiété sociale touche entre 5 et 7% de la population, il s’agit d’un des troubles psychiques les plus fréquents.

Quelles sont les causes de l’agoraphobie ?

L’agoraphobie survient chez les personnalités à tendance anxieuse ou chez les personnes qui ont connu des situations traumatisantes ou encore un stress prolongé. Les causes de ce trouble anxieux peuvent donc être multiples et varient d’un agoraphobe à l’autre.

Les personnes les plus susceptibles d’être atteintes de ce trouble ont des personnalités anxieuses. Cela peut être lié à un traumatisme psychique ou un choc comme, par exemple, un accident, le chômage ou encore le deuil. Cette phobie peut être développée à tout âge en fonction des événements vécus par une personne.

L’agoraphobie peut, parfois, prendre des formes plus sévères et provoquer d’autres phobies, des troubles obsessionnels compulsifs ou encore de la dépression. De plus, l’agoraphobie peut provenir d’un facteur génétique de trouble anxieux.

En effet, avoir un parent agoraphobe favorise l’apparition de ce trouble anxieux. D’autres facteurs tels que des situations traumatisantes ou un stress prolongé peuvent également causer cette phobie.

Bon à savoir

  • L’agoraphobie peut atteindre 7% de la population générale sur une vie entière.
  • Cette maladie touche davantage les femmes plutôt que les hommes avec plus de 2 femmes atteintes d’agoraphobie pour un homme.
  • L’âge médian de début des troubles est de 29 ans.

Comment reconnaître l’agoraphobie ?

Comme toutes les phobies, l’agoraphobie peut se reconnaître grâce à quelques signes :

  1. Des attaques de panique
  2. Des palpitations
  3. Des nausées
  4. La sensation de suffoquer
  5. Des tremblements
  6. Une douleur thoracique ou abdominale
  7. Des jambes qui flageolent
  8. Le sentiment d’irréalité

Signe 1 : Des attaques de panique

La simple pensée de vous rendre dans des lieux peu sécurisés peut vous provoquer des attaques de panique. L’attaque de panique est une montée rapide de peur intense qui atteint un pic en quelques minutes. Durant ce pic, plusieurs symptômes apparaissent : la sensation de vertige, d’instabilité ou l’impression d’évanouissement. Ces crises se produisent à répétition et de façon inattendue.

Comment reconnaître si vous faites une attaque de panique ?

Au moins l’une de vos crises de panique doit être accompagnée, pendant un mois, de crainte persistante ou de changement de comportement.

En effet, vous pouvez être confronté à des inquiétudes sur l’arrivée d’autres crises et leurs éventuelles conséquences telles que la perte de contrôle ou le sentiment de devenir fou. Votre comportement peut également être impacté en fonction des attaques de panique que vous avez. Il est fréquent de voir apparaître chez un agoraphobe l’envie d’éviter des situations non-familières pour se protéger.

Bon à savoir

La phobie est un moyen de faire face à une situation insensée. Il s’agit d’une protection mise en place par votre cerveau, pour canaliser votre angoisse. Celle-ci peut être d'ordre primaire et avoir toujours été présente en vous afin de contenir vos angoisses.
 
Toutefois, il est important de s’interroger sur votre phobie pour comprendre d’où elle vient. En ayant connaissance de son origine, vous pourrez la surmonter.

Signe 2 : Des palpitations

Lorsqu’une peur se manifeste, il est normal d’avoir votre rythme cardiaque qui accélère. Mais, en cas de phobie, cette accélération peut être accompagnée par des palpitations.

C’est ce qu’il arrive lorsqu’un agoraphobe se retrouve dans une situation angoissante et qu’il ne se sent plus en sécurité dans l’environnement où il se situe. Les palpitations apparaissent principalement par peur d’avoir une crise d’angoisse dans un lieu public.

Elles se caractérisent par la sensation d’un battement très fort du cœur. Vous pouvez ressentir une sensation inhabituelle en sentant vos pulsations cardiaques.

Dans certains cas, ces palpitations fréquentes favorisent l’apparition d’une tachycardie. Il s’agit d’une maladie qui fait accélérer les battements du cœur. Dans le cas précis de l’agoraphobie, l’accélération du cœur est un signe à ne pas négliger.

Les palpitations peuvent naître en prévision d’une nouvelle crise de panique, lorsque vous appréhendez de vous retrouver dans un espace.

Signe 3 : Des nausées

Le troisième signe permettant de reconnaître l'agoraphobie, est la nausée qui survient quand la personne se trouve dans un lieu particulièrement angoissant. Ces nausées peuvent être accompagnées de vomissements, d’une sensation de malaise et d’inconfort au niveau de votre estomac.

Bien qu’il ne soit pas systématique, les personnes atteintes d’agoraphobie ressentent souvent ce symptôme lors d’une crise de panique.

Parfois, la sensation de nausée et de gêne abdominale est tellement forte qu’il est possible que vous ressentiez, une fois de plus, des sensations de vertige, d’instabilité ou encore une impression d’évanouissement.

Cela s’explique par le fait que l’angoisse atteint le système digestif. Le ventre est perçu comme le « deuxième cerveau » du corps. C’est ainsi que les nausées, les vomissements, mais aussi les diarrhées peuvent se déclencher en cas de crise d’angoisse.

Pour l’agoraphobe, ce signe est très inconfortable puisqu’il ne se sent plus en sécurité et fait augmenter considérablement sa crise de panique.

Signe 4 : La sensation de suffoquer

L’un des autres symptômes de l’agoraphobie est la sensation de suffoquer. En effet, plus le stress monte et plus les battements du cœur s'accélèrent. Ce symptôme est inconfortable pour une personne et provoque la sensation d’avoir le souffle court et d'étouffer. 

Elle s’explique par le fait que l’organisme cherche de l’oxygène pour faire face au stress et à la crise d’angoisse.

Le sentiment de suffoquer peut provoquer, chez une personne, un malaise et un inconfort dans la poitrine. Cette impression de manquer d’air fait peur et accentue, chez l’agoraphobe, le sentiment d’insécurité dans le lieu dans lequel il se trouve.

En conséquence, il ressent un besoin constant d’être dans un lieu sécurisé où il peut obtenir facilement de l’aide lorsqu’une attaque de panique se manifeste.

Signe 5 : Des tremblements

Si vous êtes agoraphobe, vous pouvez également ressentir des tremblements ou des secousses musculaires. Les tremblements peuvent être ciblés.

Par exemple, ils peuvent se manifester dans la main. Dans d’autres cas, les tremblements peuvent être généralisés dans tout le corps. Le plus souvent, ils surviennent au niveau des mains, de la tête ou encore des jambes. Ils apparaissent lorsque les muscles se contractent et se détendent de façon répétée.

Cette réaction est liée à la dimension excessive du stress provoquée par la phobie. Pour les agoraphobes, les crises d’angoisse prennent une place centrale dans leur quotidien.

L’augmentation du stress provoque les tremblements qui, eux-mêmes, aggravent l’anxiété.

Les personnes atteintes d’agoraphobie se retrouvent donc dans une situation de cercle vicieux qui s’auto-entretient par l’intermédiaire de certains neurotransmetteurs dans le cerveau.

Signe 6 : Une douleur thoracique ou abdominale

Une douleur au niveau du thorax et de l’abdomen peut être un signe que vous êtes en train de faire une crise d'agoraphobie.

La douleur thoracique se reconnaît par une sensation d’oppression ou d’écrasement, par un essoufflement, par des sueurs, mais aussi par des douleurs dans le dos, dans la nuque et dans la partie supérieure de l’abdomen.

Cette douleur peut provoquer des vertiges et un risque d’évanouissement. Dans cette situation, peu importe le lieu où l’agoraphobe se trouve, il va amplifier son angoisse en s’interrogeant sur l’aide dont il a besoin et comment cette aide va pouvoir arriver jusqu’à lui.

Signe 7 : Des jambes qui flageolent

L’agoraphobie peut provoquer la sensation de jambes qui flageolent. Cette sensation survient lorsque les muscles manquent d’oxygène, ce qui provoque un essoufflement musculaire.

Lorsque vous êtes dans cette situation, vous pouvez avoir le sentiment d’avoir les jambes en coton.

Cela est dû au stress important, présent en vous, et entraîne une baisse d’énergie de votre corps. Les jambes qui flageolent peuvent provoquer la pétrification de la personne souffrant d'agoraphobie.

En d’autres termes, la pétrification signifie que vous êtes incapable de bouger, vos jambes se figent. Une fois ce signe déclenché chez les agoraphobes, la crainte que cette situation se reproduise est forte. On voit apparaître le mécanisme d’installation de la peur. Celle-ci rentre peu à peu dans leur quotidien pour ensuite s’y installer.

Signe 8 : Le sentiment d’irréalité

Le sentiment d’irréalité, connu également sous le nom de déréalisation, fait partie des signes à prendre en considération si vous pensez être agoraphobe. Il s’agit d’un sentiment de dépersonnalisation, c’est-à-dire d’être détaché de soi.

L’environnement qui se situe autour de vous, vous semble irréel. Cela peut être causé par un stress prolongé ou intense. En quelque sorte, votre cerveau se met en autoprotection de ce stress en s’anesthésiant.

Lorsque vous vivez ce sentiment d’irréalité, vous prenez la place d’observateur de votre vie et êtes détaché de votre environnement. Près de la moitié de la population a déjà eu la sensation de se sentir détachée d’elle-même ou de son environnement au cours de sa vie.

Bon à savoir

Les signes d’une attaque de panique sont psychiques, physiques, mais aussi comportementaux.

Les symptômes apparaissent le plus souvent de manière brutale. En quelques minutes, seulement, ils atteignent leur intensité maximale et durent environ 30 minutes.

Les crises de panique touchent entre 5 à 30% de la population. Il est essentiel de connaître l’origine d’une crise pour la comprendre et éviter qu’elle se reproduise. Le plus souvent, les troubles de panique débutent chez le jeune adulte avant 30 ans.

Comment soigner l’agoraphobie ?

Se reconnaître agoraphobe est déjà un grand pas vers la guérison. Maintenant que vous connaissez tous les signes vous permettant d'identifier votre phobie des lieux publics, nous allons voir plus en détails comment soigner et vaincre l’agoraphobie. Pour traiter l’agoraphobie, il existe plusieurs méthodes telles que :

  1. Les traitements naturels
  2. La thérapie par hypnose
  3. La thérapie cognitivo-comportementale
  4. Les traitements médicamenteux

Les traitements naturels pour soigner la peur des lieux publics

Les méthodes thérapeutique naturelles peuvent soulager les personnes en diminuant les symptômes de la phobie. Ces traitements permettent ainsi de retrouver une certaine sérénité et de pallier les stratégies de contournement ou d'évitement des endroits phobiques, mises en place.

Les huiles essentielles

Si vous faites régulièrement des crises de panique causées par votre peur des lieux publics, certains traitements à base d'huiles essentielles permettent de soulager les symptômes de l'agoraphobie.

C'est notamment un moyen naturel pour remédier à vos crises d’angoisse. Les huiles essentielles sont capables d'apaiser une personne en situation de détresse et, par conséquent, de réduire le stress.

Principalement utilisées en diffusion, les huiles naturelles peuvent être utilisées à l’arrivée d’une crise ou en prévention, afin de lutter contre les attaques de panique. L’essence des huiles a un pouvoir de relaxation et de détente sur la personne qui en a besoin. Elles produisent, par exemple une atmosphère agréable dans une pièce.

Pour les personnes agoraphobes, vous pouvez appliquer quelques gouttes d’huile essentielle sur vos poignets ou votre poitrine lorsque vous sortez dans un lieu public. Cette essence, présente sur vous, diminue votre stress et limitera les crises d’angoisse.

Pour que la diffusion d’huile soit efficace, il est recommandé de ne pas diffuser l’huile essentielle pendant plus de 30 minutes. La diffusion peut être réalisée 2 à 3 fois par jour, mais est fortement déconseillée pour une utilisation toute la journée.

Plusieurs encens peuvent être utilisés pour réduire les crises de panique. Par exemple, l’encens oliban est une huile essentielle anti dépressive qui va vous aider à harmoniser votre système nerveux. Cet encens est fréquemment utilisé en méditation. La lavande est également idéale pour réduire vos angoisses. Elle a une caractéristique d’apaisement de l’esprit qui régule votre système nerveux.

Pour traiter un trouble panique avec agoraphobie, vous pouvez opter pour l’huile essentielle d’ylang-ylang qui favorise la relaxation et élimine les pensées négatives.

L'aromathérapie et la phytothérapie

Contrairement aux huiles essentielles qui utilisent directement les plantes, l’aromathérapie se base sur des extraits concentrés des végétaux. L’aromathérapie est une solution naturelle pour calmer les crises d’angoisse et apaiser les sensations de panique.

L’aromathérapie permet de regrouper des extraits concentrés de végétaux pour obtenir des effets anxiolytiques. Cela permet d’augmenter la capacité de relaxation et de diminuer l’anxiété.

La valériane est une plante particulièrement plébiscitée et très souvent utilisée pour réduire l’anxiété ainsi que les tensions musculaires. Ses vertus relaxantes sont idéales pour prévenir les crises et les calmer. La valériane s’utilise sous forme de cures incluant des pauses thérapeutiques.

L’aromathérapie est un bon moyen de soigner l’agoraphobie de façon naturelle. En fonction de l’arôme que vous choisissez, vous pourrez déceler l’huile qui vous aide à vous sentir plus apaisé, plus calme et qui limite vos symptômes de panique et d’anxiété.

La sophrologie

La sophrologie est considérée comme « un entraînement du corps et de l’esprit pour développer sérénité et mieux-être basé sur des techniques de relaxation et d’activation du corps et de l’esprit ». Ses bienfaits sont nombreux et cette technique cherche à améliorer le quotidien des personnes qui la pratique, et développer une sérénité en eux. La sophrologie est perçue comme un outil de développement personnel.

Pour les personnes atteintes d’agoraphobie, cet outil peut être intéressant afin de les relaxer et d’apaiser leurs angoisses dans l’objectif de contrôler la pression.

De nombreux sportifs utilisent cette technique avant une compétition pour gérer correctement leur trac. Ce traitement naturel aide à lâcher prise et à mieux gérer ses émotions.

Grâce à des séances de sophrologie, vous pourrez être mieux préparé à surmonter les moments importants de votre vie et en tant qu'agoraphobe, la sophrologie peut être bénéfique pour lâcher prise lorsque vous vous retrouvez dans un lieu public et à mieux gérer vos angoisses.

Les bienfaits d’un traitement naturel pour vaincre l’agoraphobie :

  • Gérer vos peurs
  • Apprendre à vous relaxer naturellement
  • Profiter des propriétés médicinales des plantes.

L'Homéopathie

Tout comme pour les autres alternatives naturelles, le traitement homéopathique agit sur les troubles paniques de la personne agoraphobe. Ainsi les symptômes les plus fréquents tels que le stress, l'anxiété et l'angoisse sont apaisés. 

Ai-je besoin d’un psychologue ?

Vous vous demandez si vous avez besoin d'un psychologue ?
 Quelle thérapie est la plus adaptée à votre situation ?

Faites le test maintenant !

La thérapie par hypnose

L’hypnose est un état naturel qui réduit l’attention au monde extérieur. Il permet ainsi à l’inconscient d’être davantage présent. L’état d’hypnose permet d’entrer dans un état de conscience modifiée. Cet état, dit « état second », permet à la personne hypnotisée de transformer sa façon de percevoir une situation, mais aussi agir sur les perceptions de son environnement.

C'est ainsi que l'hypnose est une pratique thérapeutique particulièrement efficace dans le cadre du traitement de l'agoraphobie : la thérapie par hypnose permet de déconstruire les associations que le cerveau a créées entre la situation et la peur irrationnelle.

Pour la personne agoraphobe, l’hypnose va également avoir de réels bienfaits sur son état anxieux, puisque le thérapeute va l'aider à percevoir d'une façon plus objective les situations à l'origine de sa phobie. L'hypnose axe le traitement sur une désensibilisation face aux déclencheurs, permettant ainsi à la personne concernée de retrouver une sérénité.

Les bienfaits de la thérapie par hypnose sur l’agoraphobie :

  • Avoir recours à une thérapie brève
  • Pratiquer une technique naturelle
  • Traiter votre stress, vos angoisses et vous libérer définitivement de votre peur phobique.

Bon à savoir

Avant de démarrer une thérapie par hypnose, il est essentiel de comprendre d’où vient cette phobie.

Pour cela, il faut généralement se replonger un an avant son apparition. Ce travail peut être réalisé, en amont, avec un thérapeute qui va vous accompagner dans une démarche de compréhension de votre peur.

La thérapie cognitivo-comportementale

Pour se libérer de l'agoraphobie, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), est idéale car elle va aider la personne à prendre conscience de l’influence de sa phobie sur ses émotions et son comportement.

Plus précisément, avec cette pratique, l’agoraphobe va profiter des conseils et de l’aide d’un psychologue pour apprendre à modifier ses pensées irrationnelles qui catalysent sa peur, en les remplaçant par des pensées plus objectives et à modifier ses réactions.

Cette méthode est efficace pour se libérer de ses peurs grâce à un travail réalisé en profondeur. Cette approche aide à faire face aux difficultés du quotidien grâce à l’étude de sa manière de réagir.

L’enjeu pour la personne agoraphobique et le psychologue est de comprendre comment apparaissent les crises d’angoisse. En comprenant leur provenance, la peur va être traitée à la source et la thérapie sera plus efficace.

Il faut bien avoir en tête que les symptômes ne sont pas la cause de la phobie, mais uniquement la conséquence. À travers les émotions, les pensées, les symptômes ressentis, la thérapie va vous permettre de modifier vos comportements pour surmonter l’agoraphobie.

La thérapie cognitivo-comportementale est une thérapie engageante qui demande, d’une part, un investissement du patient et, d' autre part, un investissement du psychologue. Avec l’aide de ce dernier, le patient bénéficie d’outils concrets et de procédures directement applicables pour faire face à l'objet de sa peur, ici les lieux publics.

Parmi les outils mis à la disposition du patient il y a :

  • Les outils cognitifs, qui ciblent les pensées et montrent à l’agoraphobe les conséquences de sa phobie sur son quotidien.
  • Ensuite, apparaît la psychoéducation, qui va faire le lien entre la phobie et le vécu de la personne. Cet outil accompagne une personne dans ses changements d’habitudes et de comportements afin d’obtenir des répercussions positives sur son quotidien.

Une fois la connaissance de ces outils, le patient réalise ses exercices personnalisés lors de situations réelles. Il va apprendre à diminuer son anxiété pour laisser place à de nouveaux comportements et de nouvelles formes de pensées qu’il aura appris lors de sa thérapie cognitivo-comportementale. Avec cette méthode, l’agoraphobe va corriger ses impressions de danger imminent et donc réduire ses conduites d’évitement.

Les bienfaits de la thérapie cognitivo-comportementale sur l’agoraphobie :

  • Surmonter définitivement la peur des lieux publics
  • Réduire votre anxiété
  • Modifier vos comportements pour vaincre vos crises de panique

La thérapie cognitivo-comportementale, également appelée TCC, fait partie des techniques brèves les plus utilisées par les psychologues. Cette technique apporte des solutions et favorise le changement du mode opératoire d’une personne.

Les thérapies comportementales et cognitives regroupent plusieurs approches thérapeutiques par les émotions, le comportement et la pensée.

Cette thérapie est idéale pour travailler sur la mise à distance des pensées par des techniques de relaxation, mais aussi pour travailler sur les obsessions ou encore l’affirmation de soi.

Les traitements médicamenteux

Pour réduire le niveau d’anxiété, il est parfois nécessaire d’avoir recours à des traitements médicamenteux. Cela peut être des antidépresseurs qui vont avoir pour objectif de réduire le niveau d’anxiété et la fréquence des attaques de panique.

En fonction de son utilisation, l’antidépresseur peut ne pas engendrer de dépendance. Il peut être utilisé en traitement de fond pour réduire l’anxiété. De même, des anxiolytiques peuvent être prescrits. Ces traitements sont généralement utilisés sur quelques semaines avant d’obtenir des résultats.

L’objectif d’avoir recours à un médicament, est de réduire les symptômes lors d’une crise d’angoisse. Une personne agoraphobe pourra constater des effets bénéfiques au cours de son traitement. Cela va permettre de l’aider à se libérer de ses impressions de menace vitale imminente, de l'aider à se détendre et de modifier son rythme de respiration.

Les bienfaits d’un traitement médicamenteux sur l’agoraphobie :

  • Calmer votre douleur
  • Diminuer la fréquence de vos crises de panique
  • Vous détendre

Si ce type de traitement aide les phobiques, il est important de garder à l'esprit que les traitements pharmacologiques ne permettent pas de vaincre la phobie, mais seulement de réduire les symptômes qui sont liés. Pour dépasser définitivement vos peurs phobiques, une psychothérapie sera nécessaire.

En effet, il est important de connaître l’origine de vos peurs pour pouvoir les comprendre, les analyser et trouver un moyen de les surmonter.

À Retenir

L’agoraphobie est une phobie qui se manifeste par de nombreux symptômes, qui sont autant de signes permettant de la reconnaître (vertiges, nausées, palpitations, tremblements, sentiment d’irréalité…). Comme toutes les autres phobies, elle se développe par une réaction automatique de votre cerveau qui cherche à vous protéger et à canaliser vos angoisses. Avoir des phobies est donc quelque chose de naturel.
 
Pour autant, s'il s'agit pour vous d'une source de souffrance et que vous souhaitez vous en défaire, il est tout à fait possible de surmonter cette peur. Elle peut être soignée grâce à plusieurs approches, pouvant se combiner ou être utilisées indépendamment les unes des autres.
Si vous êtes agoraphobe et que votre condition handicape votre quotidien en vous empêchant notamment de réaliser certaines activités pourtant essentielles, n'hésitez pas à vous rapprocher d'un professionnel de la santé qui vous accompagnera dans votre processus de désensibilisation à l'objet de votre peur.
 
Ce dernier pourra vous proposer la méthode la plus adaptée à vos besoins et à vos envies. Si certaines approches comme les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et l'hypnose ont fait leurs preuves dans le cadre du traitement des phobies, d'autres alternatives ou solutions complémentaires sont également possibles : huiles essentielles, sophrologie, phytothérapie ou des traitements médicamenteux.
 
Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients, ce qui permet de trouver la méthode qui vous convient le mieux. Prendre conscience de sa phobie est un grand pas qui va vous aider dans votre phase de guérison. Demander de recevoir de l’aide d'un professionnel de santé ne pourra qu’être bénéfique pour vous, pour votre développement et pour vous libérer de l’agoraphobie.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter