Les 18 phobies les plus courantes (+traitements)

top 18 des phobies les plus courantes et leurs traitements

Loin des phobies originales où l’on vous évoquait la peur des nains de jardin et la grossophobie, aujourd’hui, nous vous présentons les 18 phobies les plus courantes. Crise d’angoisse, accélération du rythme cardiaque, sueurs froides sont des symptômes notables en cas de frayeur. En France, nous sommes plus de 6 millions de personnes à souffrir de peur intense. S’il est fréquent d’entendre une personne dire qu’elle craint les maladies, le vide ou de se retrouver dans un endroit clos, connaissez-vous vraiment les 18 terreurs irrationnelles les plus répandues ? Découvrez les traitements des 18 craintes les plus communes.

Ai-je besoin d’un psychologue ?

Vous vous demandez si vous avez besoin d'un psychologue ?

Quelle thérapie est la plus adaptée à votre situation ?

Faites le test maintenant !

Sommaire de l'article

  1. Phobie n°1 : Agoraphobie 
    1. Quelle est l’origine de la peur de la foule  ?
    2. Comment ne plus être agoraphobe ?
  2. Phobie n°2 : L’Hypocondrie
    1. D’où provient la peur phobique de tomber malade ? 
    2. Comment ne plus être hypocondriaque ? 
  3. Phobie n°3 La claustrophobie 
    1. D’où vient la peur de l’enfermement ?
    2. Quelles solutions existent pour vaincre cette peur panique ? 
  4. Phobie n°4 : L’aviophobie 
    1. Qu’est-ce qui est à l’origine de la peur de prendre l’avion ?
    2. Comment surmonter l’aérophobie? 
  5. Phobie n°5 : L’autophobie 
    1. Pourquoi la peur phobique d’être seul se développe ?
    2. Comment se libérer de l’autophobie ? 
  6. Phobie n°6 : L’acrophobie 
    1. Quelles sont les causes de la phobie du vide ? 
    2. Comment vaincre la peur des hauteurs et ne plus avoir le vertige ?
  7. Phobie n°7 : L’arachnophobie 
    1. Pourquoi a-t-on peur des araignées ?
    2. Quelles solutions existent pour mettre fin à son arachnophobie ?
  8. Phobie n°8 : L’émétophobie
    1. D’où vient la phobie de vomir ?
    2. Comment vaincre son émétophobie ? 
  9. Phobie n°9 : La Zoophobie
    1. Quelles sont les origines de la peur des animaux ? 
    2. Comment surmonter sa zoophobie ? 
  10. Phobie n°10 : La phobie scolaire 
    1. Comment se développe la peur panique de l’école ?
    2. Quelles sont les solutions permettant de vaincre la phobie scolaire ?
  11. Phobie n°11 : La brontophobie
    1. Quelle est la cause de la phobie des orages ?
    2. Comment se débarrasse-t-on de la brontophobie ?
  12. Phobie n°12 : La phobie sociale  
    1. D’où vient la peur du jugement d’autrui ?
    2. Comment dépasser une phobie sociale ? 
  13. Phobie n°13 : L’hémophobie
    1. Quelles sont les origines de la peur panique du sang ?
    2. Quelles solutions existent pour vaincre son hémophobie ?
  14. Phobie n°14 : La Kénophobie 
    1. Quelles sont les causes de la peur de l’obscurité ?
    2. Comment ne plus être kénaphobique ?
  15. Phobie n°15 : La Mysophobie
    1. D’où vient la peur des germes et des bactéries ?
    2. Comment mettre fin à la mysophobie ?
  16. Phobie n°16 : L’aquaphobie 
    1. Quelle est l’origine de la peur de l’eau ?
    2. Comment vaincre une aquaphobie ?
  17. Phobie n°17 : L’ophiophobie
    1. D’où vient la peur irrationnelle des serpents, des reptiles ?
    2. Comment guérir l’ophiophobie ? 
  18. Phobie n°18 : La bélénophobie  
    1. Quelle est l’origine de la phobie des aiguilles et des injections ?
    2. Comment surmonter la bénélophobie ?

Phobie n°1 : L’agoraphobie

L’agoraphobie est une peur intense qui se manifeste dans les lieux publics. Dès lors qu’une personne agoraphobique pense ne plus pouvoir obtenir de l’aide dans un lieu avec beaucoup de personnes, des crises de panique la submergent. Cette phobie courante entraîne les personnes qui en sont touchées à ressentir un danger à l’idée de quitter certains endroits où ils se sentent en sécurité comme leur domicile, par exemple.

Quelle est l’origine de la peur de la foule ?

Les personnes anxieuses et les personnes qui ont subi des situations traumatisantes au cours de leur vie sont plus à même d’être sujet à la peur de la foule. Par exemple, une personne qui a vécu un choc après un accident ou un deuil, peut ressentir ce stress panique. Cette phobie est, par conséquent, souvent causée par un stress élevé d’une personne.

Comment ne plus être agoraphobe ?

L’agoraphobie peut être soignée de plusieurs façons :

  • Avec un traitement naturel
  • Avec une thérapie par hypnose
  • Avec une thérapie cognitivo-comportementale
  • Avec un traitement médicamenteux

Pour vaincre cette alerte phobique, vous pouvez utiliser des traitements naturels tels que les huiles essentielles, la sophrologie ou encore l’aromathérapie. Ces traitements naturels vont vous permettre de gérer vos peurs, d’apprendre à vous relaxer et à profiter des propriétés médicinales des plantes.

Ensuite, vous pouvez également démarrer une thérapie par hypnose. L’état hypnotique va vous permettre d’entrer dans un état de conscience modifié et de réduire votre attention au monde qui vous entoure. L’hypnose aide le patient à déconstruire certaines associations du cerveau qui ont conduit vers une peur irrationnelle.

Les TCC peuvent également vous libérer de l’agoraphobie en vous aidant à prendre conscience de l’influence que votre crainte a sur vos émotions et votre comportement. La thérapie cognitive et comportementale est efficace pour modifier vos croyances et vos comportements.

Enfin, vous pouvez également avoir recours à des traitements médicamenteux pour réduire votre niveau d’anxiété. Il peut s’agir, par exemple, d’antidépresseurs qui vont réguler vos crises d’angoisse. La personne agoraphobe voit ainsi sa douleur se calmer grâce à des crises d’angoisse moins répétitives.

A lire aussi : Stress post-traumatique : 15 symptômes qui ne trompent pas

Phobie n°2 : L’hypocondrie

L’hypocondrie se définit par la peur excessive de tomber malade et, plus particulièrement, d’avoir une maladie grave. La personne atteinte d’hypocondrie analyse son corps fréquemment et s’inquiète dès l’apparition d’un signe physique tel qu’un bouton, des palpitations ou une crampe, par exemple. Dès le constat d’un signe, la personne touchée par cette frayeur intense ressent le besoin de consulter un médecin ou de faire des recherches sur Internet pour voir la gravité du symptôme.

D’où provient la peur phobique de tomber malade ?

Plusieurs causes peuvent expliquer le comportement d’une personne hypocondriaque. Cette anxiété infondée peut se manifester à la suite d’un traumatisme vécu pendant l’enfance de la personne. Il peut s’agir, par exemple, de la perte d’un proche après une maladie (un cancer détecté tardivement, un problème rénal…). De ce fait, vous avez associé la mort de votre proche à la maladie. Cette phobie a pu également apparaître après une maladie qui vous a directement touché étant petit (coqueluche…).

Les personnes qui ont tendance à être pessimistes, mélancoliques voire dépressives sont plus à même de développer une forme d’hypocondrie.

Comment ne plus être hypocondriaque ?

L’hypocondrie n’est pas une maladie, mais bien une frayeur ressentie par la personne touchée. Pour vaincre le stress de tomber malade, vous pouvez garder en tête 7 éléments importants en guise de traitement de l’hypocondrie :

  • Vous pouvez essayer de rechercher et de comprendre les origines de votre phobie.
  • Vous pouvez anticiper les crises d’angoisse avec des techniques de relaxation.
  • Vous pouvez adapter votre hygiène de vie pour apaiser vos symptômes.
  • La pratique d’une activité sportive est bénéfique pour garder la santé.
  • Vous devez limiter vos comportements de vérification en cas de douleurs pour ne pas entretenir votre stress.
  • Vous pouvez faire un travail sur vous-même afin de détourner vos pensées obsessionnelles.
  • La psychothérapie telle que la thérapie comportementale est une aide précieuse pour ne plus avoir peur des maladies.

Phobie n°3 : La claustrophobie

Une personne claustrophobe ressent de la terreur voire une menace face au fait de se retrouver dans un espace clos. En quelque sorte, cette personne phobique ressent un stress puissant d’être enfermée. Plusieurs lieux sont évités par ces personnes tels que les transports en commun, les petites pièces ou les pièces sans fenêtre et les ascenseurs. Les crises de claustro sont fréquentes dès qu’elles se retrouvent dans ses lieux clos.

D’où vient la peur de l’enfermement ?

La peur de l’enfermement peut s’expliquer par la montée d’un stress intense qui vient alors perturber les émotions de la personne. Par exemple, les personnes hypersensibles peuvent éprouver des difficultés à faire face à cette anxiété, car elles se sentent envahies par leurs émotions.

Par exemple, une personne qui ressent des difficultés à gérer ses émotions est plus à même de développer des craintes paniques. Lorsqu’une émotion submerge une personne, les peurs se cristallisent sur un objet. C’est ce qui peut expliquer l’apparition de votre claustrophobie.

Quelles solutions existent pour vaincre cette peur panique ?

Plusieurs solutions existent pour mettre un terme à la peur panique d’être enfermé. Découvrez nos 5 solutions :

  • L’accompagnement psychologique avec une thérapie cognitive et comportementale (TCC)
  • L’hypnose réduit les symptômes d’une personne claustro
  • La confrontation entre la personne et son angoisse des espaces clos
  • L’acceptation de son stress
  • Les exercices de relaxation

Phobie n°4 : L’aviophobie

L’aviophobie est une peur irrationnelle de prendre l’avion. Bien que l’avion soit, dans bien des cas, synonyme de vacances, de voyages et de changement d’air, certaines personnes sont dans l’incapacité de prendre l’avion à cause de leurs émotions fortes et intenses. Cette peur excessive pour les avions fait partie des phobies les plus courantes.

Qu’est-ce qui est à l’origine de la peur de prendre l’avion ?

Plusieurs raisons sont à l’origine de la terreur de prendre l’avion. La première raison est le lien avec l’instinct de survie. En effet, vous pouvez ressentir le danger de mourir lorsque vous montez dans un avion. De plus, le fait que vous vous retrouviez à une si haute altitude peut faire ressortir votre stress face au vide. Cette sensation de ne pas avoir le contrôle sur la situation peut être à l’origine de cette peur de prendre l’avion. Vous avez conscience qu’en cas de problème, vous devrez uniquement faire confiance au pilote et que vous serez impuissant face à la situation. Cela peut vous faire perdre pied et vous empêcher de lâcher prise.

Ensuite, il se peut également que votre source anxiogène provienne d’une peur de l’enfermement telle que la claustrophobie ou encore l’angoisse de se retrouver avec une foule (l’agoraphobie).

Enfin, un événement traumatisant vécu à bord d’un avion peut également expliquer votre peur de l’avion. Par exemple, si vous avez vécu un atterrissage d’urgence ou une panne en vol, alors vous pouvez avoir développé votre stress intense à la suite de ce traumatisme.

Comment surmonter l’aviophobie?

L’aviophobie peut se surmonter de plusieurs façons. Découvrez nos 5 conseils pour réduire votre stress avant de prendre l’avion et de faire en sorte de réussir à prendre votre vol :

  • Préparer son départ pour réduire le stress à l’approche du vol
  • Se relaxer avant de monter dans l’avion pour maîtriser son stress
  • Pratiquer l’exposition progressive pour traiter l’aviophobie
  • Suivre un stage contre l’anxiété de l’avion
  • Profiter du vol en regardant les paysages pour diminuer votre anxiété

Phobie n°5 : L’autophobie

L’autophobie correspond à l’appréhension de se retrouver seul, en d’autres termes, la peur de la solitude. Il s’agit, une fois de plus, d’une phobie courante dans la société. Elle provoque de l’anxiété à l’idée de se retrouver seul. Cette anxiété cache, en réalité, une peur de soi qui est accentuée lorsque la personne se retrouve seule. Si vous êtes atteint d’anxiété à l’idée de vous retrouver seul, vous pouvez ressentir le besoin d’être accompagné pour surmonter vos angoisses liées à la solitude.

Pourquoi la peur phobique d’être seul se développe ?

La peur d’être seul peut se développer à cause de plusieurs facteurs. Par exemple, un manque de confiance en soi ou une mauvaise estime de soi peut provoquer cette peur excessive. Un autre facteur peut également être à l’origine de l’autophobie, et il s’agit de la dépression. Une personne dépressive a tendance à ne pas vouloir être seule pour ne pas se confronter à son mal-être.

Une blessure d’abandon ou une blessure de rejet peut également en être à l’origine. En effet, si vous avez été abandonné dans votre enfance, vous allez développer une crainte de l’abandon qui peut parfois provoquer une peur d’être seul voire une dépendance affective dans votre vie de couple.

Comment se libérer de l’autophobie ?

La personne autophobe peut se libérer de sa source anxiogène de plusieurs façons :

  • Accepter sa solitude
  • Savoir prendre ses distances avec son partenaire
  • Profiter de la solitude pour faire des choses que vous aimez
  • Discuter avec un psychologue
  • Améliorer votre confiance en vous

Ces conseils peuvent vous aider à prendre de l’assurance et à éloigner votre stress. Grâce à cette réassurance, qui passe par la prise de confiance en soi, vous arriverez à modifier vos comportements pour ne plus avoir peur d’être seul. Par ailleurs, la thérapie cognitive et comportementale peut vous aider à vaincre cette appréhension en modifiant vos croyances.

Phobie n°6 : L’acrophobie

La sixième phobie courante que nous vous évoquons est l’acrophobie. Ce terme signifie, plus simplement, avoir la peur du vide. Les personnes atteintes par cette angoisse excessive ressentent une importante montée de stress face à la hauteur. Cette anxiété peut se manifester lorsque vous vous retrouvez face au vide, par exemple, en haut d’une falaise ou lorsqu’une personne se retrouve face au vide. Vous pouvez alors ressentir de la frayeur pour la personne qui est dans cette situation.

Bon à savoir

Le saviez-vous ? En France, on recense entre 2 et 5% de personnes qui souffriraient d’acrophobie.

Quelles sont les causes de la phobie du vide ?

Une personne acrophobe peut développer son appréhension à partir de plusieurs éléments auxquels elle a fait face au cours de sa vie. Un traumatisme peut être l’une des causes de l’acrophobie. Par exemple, si, lorsque vous étiez enfant, vous avez fait tomber un objet depuis une certaine hauteur et qu’il s’est brisé, alors vous pouvez avoir développé un traumatisme et ressentir une peur panique à l’idée de vous retrouver face au vide. Autre exemple, vous pouvez ressentir cette appréhension après avoir fait une chute de quelques mètres dans votre passé.

Ensuite, l’origine de cette anxiété excessive peut provenir de l’éducation. Si un parent a peur du vide, il peut vous transmettre son angoisse : “Ne t’approche pas du vide” “Attention, c’est dangereux”...

Si vous êtes sujet à avoir des vertiges, cela favorise également l’apparition de cette anxiété.

Comment vaincre la peur des hauteurs et ne plus avoir le vertige ?

La peur des hauteurs peut se vaincre. Pour cela, nous avons plusieurs conseils à vous communiquer à ce sujet :

  • Déconstruire la peur du vide avec une thérapie : la désensibilisation avec l’EMDR et la modification de vos comportements avec les TCC
  • Se confronter à l’objet phobique avec les thérapies par exposition pour comprendre comment celle-ci survient
  • Pratiquer l’hypnose afin de développer de nouvelles formes de visualisation
  • Travailler votre équilibre pour avoir davantage confiance lorsque vous vous trouverez face au vide.
  • Pratiquer la relaxation avec des techniques de respiration
  • Utiliser de l’huile essentielle pour calmer votre anxiété
  • Faire face à votre anxiété sur le moment pour y mettre un terme

Phobie n°7 : L’arachnophobie

L’arachnophobie est la phobie des araignées et, plus largement, la peur des arachnides (scorpions, acariens…). Il s’agit d’un des troubles phobiques les plus connus. Cette angoisse excessive se manifeste dès la vue d’une araignée, peu importe sa proximité avec la personne. Il arrive même qu’une personne arachnophobe éprouve du stress à la simple évocation du mot “araignée”.

Pourquoi a-t-on peur des araignées ?

L’arachnophobe peut trouver l’origine de sa peur dans son enfance. L’apprentissage joue un rôle majeur dans la transmission des peurs. En effet, si votre mère ou votre père vous répète de faire attention à l’araignée parce qu’elle est dangereuse, alors vous serez plus à même de développer ce trouble phobique. La mise en garde faite par les parents favorise le développement de croyances irrationnelles chez l’enfant.

Quelles solutions existent pour mettre fin à son arachnophobie ?

Comme pour de nombreuses phobies, la thérapie cognitivo-comportementale est idéale pour surmonter une peur panique des araignées. Cette thérapie aide les patients à adopter de nouveaux comportements en changeant leurs croyances. Ainsi, le stress peut disparaître pour laisser place à une nouvelle approche. D’autres techniques peuvent également être efficaces pour en finir avec la peur des araignées :

  • Vous pouvez apprendre à vous relaxer afin de réduire votre stress à la vue ou à l’énonciation de l’araignée.
  • Pour surmonter votre peur panique, il est essentiel d’avoir connaissance des symptômes pour reconnaître le trouble phobique.
  • Vous pouvez apprendre à vous exposer de manière progressive aux arachnides afin de surpasser votre peur irrationnelle.
  • Vous pouvez essayer de comprendre l’origine de votre source anxieuse afin de pouvoir plus facilement vous en débarrasser.
  • La réalité virtuelle est également un bon moyen pour surpasser votre panique en vous y confrontant.
  • Se faire hypnotiser est également un bon moyen de mettre un terme à votre anxiété et de vous libérer des blocages et des tensions qui pèsent sur vous.

Phobie n°8 : L’émétophobie

Les personnes émétophobes ressentent la peur de vomir ou d’être confrontées à des vomissements de la part de personnes aux alentours. La phobie du vomi conduit, dans certains cas, quelques personnes à s’isoler pour diminuer les risques de voir du vomi ou à moins manger pour ne pas risquer de vomir.

D’où vient la phobie de vomir ?

Les causes de l’émétophobie peuvent être multiples. Il est possible que cette peur maladive soit en lien avec un terrain génétique, avec l’éducation ou avec un événement traumatisant. Par exemple, il se peut que vous ayez été confronté, à l’école, à des moqueries après qu’une personne ait vomi dans la classe. Cet événement peut avoir été traumatisant pour vous et vous avez développé cette angoisse pour vous protéger face à cette situation pour ne pas que ça vous arrive. La peur de vomir peut également être en lien avec une phobie sociale par appréhension du regard et du jugement d’autrui.

Comment vaincre son émétophobie ?

La peur des vomissements peut se vaincre de différentes façons :

  • Le traitement peut être un moyen idéal pour vous libérer de votre trouble panique.
  • La compréhension de la cause de votre trouble est également importante pour y mettre un terme.
  • Pour vous libérer de cette anxiété à l’idée de vomir, vous pouvez échanger avec d’autres personnes atteintes de cette crainte.
  • Le choix de démarrer une psychothérapie est également judicieux : l’EMDR va favoriser le nettoyage de votre mémoire traumatique, l’exposition à votre appréhension et les TCC vont modifier vos comportements face à votre terreur.

La solution pour mettre fin à votre phobie

Votre phobie vous gâche la vie et vous empêche de profiter pleinement de la vie comme vous le souhaiteriez. Votre peur est telle que vous préférez renoncer à de belles expériences, qui vous font pourtant tellement envie, plutôt que de vous retrouver face à l’objet de votre peur. Sans compter les symptômes physiques qui vous accompagnent lorsque vous êtes pris par votre peur, ils sont si intenses et si désagréables, que vous avez mis en place une véritable stratégie pour éviter leur apparition. Aujourd’hui vous aimeriez simplement trouver une solution efficace pour vous libérer de votre phobie.

Voici ce que va vous apporter la thérapie digitale, sur la base des résultats constatés cliniquement chez nos patients ayant dépassé un trouble phobique.

Vous allez :

- Comprendre ce qui est à la racine de votre phobie
- Cicatriser les blessures, les traumas associés à la phobie
- Apprendre à réguler vos émotions et prévenir l’angoisse
- Arrêter d’être dans l’anticipation et être plus serein
- Dépasser votre peur et profiter pleinement de votre vie

Démarrez une thérapie maintenant !

Phobie n°9 : La Zoophobie

La zoophobie est une crainte ressentie par une personne lorsqu’elle se retrouve devant des animaux inoffensifs. Parmi les zoophobies les plus répandues, on retrouve la peur des araignées et la peur des souris. Les personnes les plus touchées par cette peur panique sont majoritairement des enfants, mais il arrive que cette anxiété se poursuive à l’âge adulte.

Quelles sont les origines de la peur des animaux ?

La peur des animaux se manifeste régulièrement après un traumatisme vécu pendant l’enfance. Par exemple, si vous avez été victime d’une agression par un chien ou que vous avez vu une personne se faire mordre par un chien, vous pouvez associer cet animal à une source d’anxiété importante. Par conséquent, vous aurez tendance à surévaluer le risque et à le répercuter sur tous les animaux. Pour éviter cette menace, vous mettez tout en œuvre pour ne pas vous retrouver face à un animal. On parle alors de comportements d’évitement.

Ce comportement phobique envers les animaux peut également provenir de votre entourage si l’un de vos proches est tétanisé à l’arrivée d’un chien. La présence d’un animal (chien, chat, lapin etc.) sera synonyme de danger pour vous.

Comment surmonter sa zoophobie ?

Pour les personnes qui sont stressées par les animaux, il est possible de soulager leur souffrance grâce à des traitements adaptés. Par exemple, la thérapie cognitive et comportementale est la thérapie la plus recommandée si vous êtes confronté à cette situation.

Cette thérapie se déroule en deux étapes majeures :

  • La première étape consiste à expliquer au psychologue votre ressenti, de faire part de vos réactions lorsque vous y êtes confronté. Le thérapeute vous aidera alors à comprendre l’origine de votre crainte irrationnelle.
  • La seconde étape sera une phase de désensibilisation. Durant cette phase, vous serez confronté à des animaux ou à des images d’animaux pour modifier vos comportements en leur présence et vous familiariser avec eux.

Phobie n°10 : La phobie scolaire

La phobie scolaire correspond à la terreur irrationnelle ressentie par un enfant ou un adolescent et qui l’empêche de se rendre en classe. Le terme refus scolaire anxieux est également employé pour parler de cette terreur ressentie par les enfants. Cette dernière est une source de souffrance ressentie par la personne concernée. Le stress la submerge lui rendant impossible l’accès à une salle de classe.

Comment se développe la peur panique de l’école ?

Cette crainte panique de l’école n’a pas une seule explication. En fonction de l’enfant, les raisons varient. Dans certains cas, un enfant peut avoir éprouvé des difficultés à aller à l’école après un fait marquant tel qu’un déménagement, un changement d’école, la perte d’un proche ou encore la séparation des parents. D’autres enfants ressentent cette appréhension intense à cause de moqueries, d’humiliations ou encore de harcèlement scolaire.

Les causes peuvent également être individuelles. Il n’est pas rare de voir des personnes timides refuser d’aller à l’école de peur de devoir parler en public.

Des troubles tels que le trouble déficitaire de l’attention ou la dyslexie peuvent également venir perturber l’apprentissage d’un enfant.

Quelles sont les solutions permettant de vaincre la phobie scolaire ?

Le refus scolaire se traite grâce à des professionnels. Il est important de réagir lorsque ce trouble fait son apparition. Plus il est pris rapidement, et plus il sera simple d’y mettre un terme. Nous conseillons de faire appel à un professionnel de la santé afin d’établir un diagnostic. Il existe également des associations spécialisées sur ce sujet et qui pourront aider les parents à trouver des conseils et des solutions pour leurs enfants. Cliquez-ici pour rejoindre une association.

Bon à savoir

L’anxiété scolaire représente 1% des enfants en âge d’être scolarisés. Elle touche aussi bien les filles que les garçons. Cette peur panique de l’école représente 5% des motifs de consultation en pédopsychiatrie.

Phobie n°11 : La brontophobie

Que l’on soit enfant ou adulte, il est fréquent de voir une personne terrorisée lors d’un orage, d’un coup de tonnerre et à l’apparition d’éclairs. C’est ce que l’on appelle la brontophobie. Cette crainte intense fait partie des craintes les plus courantes. Par exemple, une personne qui est stressée à l’approche d’un orage ou pendant celui-ci éprouvera des difficultés à dormir dans une tente en camping si le temps n’est pas certain.

Quelle est la cause de la phobie des orages ?

Cette angoisse intense de s’exposer à certains phénomènes météorologiques (éclairs, tornades…) peut faire son apparition après une expérience antérieure mal vécue. Par exemple, il se peut qu’une tempête se soit manifestée alors que vous n’étiez pas chez vous, et que vous vous soyez retrouvé dedans pour rentrer vous mettre à l'abri. Durant cet événement fort en émotions, vous avez ressenti de la peur pour votre vie et vous vous êtes senti en danger. Par conséquent, vous pouvez ressentir de nouveau cette peur à l’approche de mauvaises conditions météorologiques.

Comment se débarrasse-t-on de la brontophobie ?

Vous pouvez vous débarrasser de votre crainte des orages en essayant de comprendre le phénomène scientifique. En effet, le fait de comprendre ce qui arrive vous aidera à vous rassurer et à comprendre les différentes phases d’une tempête, par exemple.

Le soutien d’un proche pendant ce passage peut également vous aider à faire passer une crise d’angoisse.

Avoir recours à la psychothérapie est également un bon moyen pour ne plus paniquer face à un orage. Les TCC sont, une fois de plus, très efficaces. Elles permettent de lutter notamment contre l’angoisse. La thérapie aide à atténuer votre souffrance psychique.

Phobie n°12 : La phobie sociale

Il s’agit d’une anxiété face à certaines situations sociales qui apportent de la souffrance à la personne anxieuse socialement.

D’où vient la peur du jugement d’autrui ?

Cette angoisse du jugement des autres peut provenir d’un manque de confiance en soi ou de la timidité. En effet, une personne peu sûre d’elle a tendance à avoir besoin que ses propos soient validés par autrui pour se sentir rassurée. Une personne timide est également plus sujette à ressentir ce type d’angoisse. Elle s’inquiète que ses faits et gestes ne soient pas appropriés. Une personne anxieuse socialement craint de rougir en public, de transpirer, de vomir, de trembler ou encore d’avoir la voix tremblante.

Comment dépasser une phobie sociale ?

Dépasser cette frayeur sociale est possible grâce à la thérapie d’exposition, la thérapie comportementale et, dans certains cas, un traitement médicamenteux.

La thérapie par exposition permet de vous exposer à votre angoisse pour diminuer la réponse anxieuse associée à cette situation.

La thérapie comportementale aide les personnes à se relaxer en adoptant des techniques de relaxation, à identifier les schémas de pensée et de comportement qui peuvent être source d’angoisse, adapter ces schémas de pensée et modifier leur comportement.

Il arrive que des antidépresseurs soient prescrits aux personnes touchées par la souffrance sociale. Des anxiolytiques vont favoriser la relaxation chez ces personnes pour les aider dans leur quotidien.

À lire aussi : Trouble anxieux généralisé : 6 signes que l'anxiété s'aggrave

Phobie n°13 : L’hémophobie

L’hémophobie, également appelée hématophobie, signifie la phobie du sang. Il s’agit d’une angoisse fréquente qui donne lieu à des réactions intenses à la vue du sang. Les personnes ayant peur du sang peuvent parfois perdre connaissance. Le fait de voir le sang couler leur provoque une vive émotion.

Quelles sont les origines de la peur panique du sang ?

Cette angoisse à la vue du sang peut provenir de l’idée de mourir. Il est souvent associé aux hôpitaux, aux piqûres ou encore aux accouchements… Le dégoût du sang fait partie des terreurs relativement courantes dans le monde. Le sang peut être perçu comme un danger. Bien qu’il soit synonyme de vitalité lorsqu’il est caché dans notre corps, dès qu’il apparaît au grand jour, le sang peut provoquer des états de panique, car il fait référence à la vitalité qui vous échappe et donc à la mort.

La terreur du sang peut également provenir d’un tabou social causé par des pratiques culturelles. Par exemple, la chasse, les rituels entourant l'abattage des animaux peuvent être un sujet tabou et vous rendre anxieux à la vue du sang. De plus, la société a tendance à rendre le sang tabou. Les femmes, lors de leur menstruation, peuvent cacher le sang par l’utilisation de tampons. Autre exemple, la viande est régulièrement servie cuite pour éviter l’apparition de sang. La société a fait du sang une impureté qui a fait naître des réactions phobiques chez certaines personnes.

Quelles solutions existent pour vaincre son hémophobie ?

Il existe plusieurs moyens pour vaincre les réactions phobiques à la vue du sang :

  • La psychanalyse
  • Les thérapies cognitives et comportementales
  • L’hypnose

L’enjeu des psychothérapies est d’aider le patient à prendre conscience de sa pensée phobique pour modifier sa fausse croyance. Une fois la prise de conscience réalisée, le patient comprend que sa peur est irréelle. C’est alors qu’il peut reprendre le contrôle sur celle-ci.

Phobie n°14 : La Kénophobie

Cette quatorzième phobie courante signifie la peur du noir. Elle est également appelée nyctophobie et est considérée comme un handicap puisque les personnes touchées éprouvent des difficultés à sortir la nuit ou lorsque l’obscurité arrive. La vue est nécessaire pour nous orienter dans notre quotidien. Le noir vient réduire notre champ de visibilité provoquant ainsi du stress et des doutes.

Quelles sont les causes de la peur de l’obscurité ?

Au cours de notre vie, nous avons probablement tous été confrontés à la peur de l’obscurité (un soir où vous rentriez seule chez vous, un jogging débuté à la tombée de la nuit…). Cette frayeur symbolise l’inconnu, et dans notre imaginaire et dans nos représentations cinématographiques, il symbolise également l’apparition de monstres et de l’horreur.

L’une des causes souvent repérées dans ce trouble phobique est un choc vécu dans le passé. Par exemple, si vous avez été suivi la nuit ou victime de violences la nuit, alors vous êtes plus à même de développer cette frayeur nocturne.

En cas de traumatisme, celui-ci s’imprime dans une zone de votre cerveau qui contrôle vos émotions. Dès lors que vous revivez une situation semblable à celle de votre traumatisme, alors les mêmes sentiments et réactions refont surface. C’est ainsi que se développe votre stress panique.

Comment ne plus être kénophobique ?

Pour ne plus être kénophobique, vous pouvez commencer une thérapie cognitive et comportementale. Cette psychothérapie consiste à analyser vos pensées négatives pour les restructurer. L’objectif est d’atténuer votre angoisse lorsque vous vous retrouvez dans l’obscurité. Cette méthode thérapeutique vous aide également à ne plus avoir recours à des comportements d’évitement. Ainsi, vous pourrez faire face à des situations qui vous angoissent sans pour autant être tétanisé.

Phobie n°15 : La Mysophobie

Elle signifie une peur maladive et démesurée des microbes, de la crasse et des germes. Une personne mysophobe cherche sans cesse la propreté, que ce soit chez elle ou dans les lieux qu’elle côtoie. Les mysophobes peuvent se laver les mains au moins 20 fois par jour et porter des gants protecteurs pour ne pas être au contact des surfaces contaminées.

D’où vient la peur des germes et des bactéries ?

La peur des germes et des bactéries peut provenir d’un choc pendant l’enfance. Par exemple, si lorsque vous étiez enfant, vous avez été contaminé et que vous avez souffert, vous pouvez avoir développé ce comportement pour vous protéger.

De plus, la crise sanitaire de la COVID-19 a également été favorable au développement de cette frayeur des bactéries. En effet, pendant une longue période, nous avons été confrontés à un virus auquel nous avons dû faire face en intégrant les gestes barrières dans notre quotidien. Certaines personnes ont pu alors développer ce trouble phobique à partir de cette période traumatisante.

Comment mettre fin à la mysophobie ?

Il existe 2 types de traitements pour soigner la mysophobie :

  • La thérapie cognitive et comportementale
  • La psychanalyse

Les TCC vont aider le patient à s’écarter progressivement de son angoisse liée aux microbes qui peuvent l’entourer. Le psychologue l’accompagne à travers des exercices pour lui faire surmonter son trouble phobique.

La psychothérapie psychanalytique va, quant à elle, aider le patient à comprendre la cause de ce trouble afin de pouvoir le libérer plus facilement.

Il est possible de choisir l’une des deux thérapies ou alors de combiner les deux pour avoir davantage de résultat. En effet, si la première thérapie soulage le patient de ses maux, la seconde consiste à réaliser un travail de fond pour chasser définitivement la source de l’angoisse.

Ai-je besoin d’un psychologue ?

Vous vous demandez si vous avez besoin d'un psychologue ?

Quelle thérapie est la plus adaptée à votre situation ?

Faites le test maintenant !

Phobie n°16 : L’aquaphobie

Également appelée hydrophobie, l’aquaphobie signifie la peur de l’eau. Un aquaphobe ressent l'incapacité de nager et de s’approcher de l’eau. Pour lui, l’eau est perçue comme un danger. Certaines personnes font des crises de panique lorsqu’elles se retrouvent à proximité d’un lieu aquatique tel qu’une piscine, la mer, un lac…

Quelle est l’origine de la peur de l’eau ?

L’origine la plus fréquente de la phobie de la mer est un traumatisme conscient vécu par le passé. Par exemple, vous avez pu développer cette terreur de l’eau en assistant à une noyade qui vous a causé un pic de stress intense. De plus, lorsque vous étiez enfant, vous avez peut-être été poussé dans l’eau ou vous êtes tombé à l’eau et vous avez cru mourir. Ces traumatismes peuvent lier l’eau à la mort et provoquer, par conséquent, cette frayeur irrationnelle de l’eau.

Il se peut également que la phobie des fonds marins provienne de la culture familiale. Par exemple, si l’un de vos parents est stressé de se baigner dans la mer, il peut vous transmettre son anxiété à l’approche de l’eau. À l’inverse, il se peut aussi que vos parents ne ressentent pas de stress à l’idée d’aller dans l’eau, mais qu’ils n’aient pas respecté vos craintes en vous forçant à aller à l’eau alors que vous n’aviez pas envie.

Comment vaincre une aquaphobie ?

Vaincre votre frayeur de l’eau se fait par étapes et de façon progressive :

  • Vous pouvez commencer par mettre vos pieds dans l’eau pour vous familiariser avec la sensation de l’eau sur votre corps.
  • Une fois, cela fait, vous pouvez vous rendre dans le petit bassin d’une piscine pour être dans l’eau tout en ayant pied.
  • Vous pouvez apprendre à respirer pour vous sentir davantage à l’aise. Pour cela, videz vos poumons, mettez la tête sous l’eau et vous constaterez qu’à la sortie de votre tête de l’eau, vos poumons se rempliront naturellement d’oxygène.
  • Dans certains cas, la terreur est trop forte pour être vaincue tout seul. Vous pouvez alors faire appel à un psychologue. Ensemble, vous allez trouver l’origine de votre anxiété pour y mettre un terme grâce à une thérapie adaptée.

Phobie n°17 : L’ophiophobie

Il s’agit de la frayeur des serpents. Les personnes ophiophobes ne peuvent pas se retrouver face à un reptile. Même s’ils se trouvent à une certaine distance, la simple vue du serpent fait monter en eux un stress incontrôlable.

D’où vient la peur irrationnelle des serpents, des reptiles ?

Cette terreur du serpent peut provenir de la peur de la morsure ou de l’étouffement qui serait provoqué par ce reptile. Par exemple, si lorsque vous étiez enfant, vous avez vu un film où se produit la scène d’un serpent qui étouffe une personne, alors vous pouvez avoir gardé en mémoire cette image traumatisante.

Comment guérir l’ophiophobie ?

Vous pouvez débuter une thérapie brève avec les TCC pour vaincre votre trouble. Elles vont travailler sur l’exposition de l’anxiété ou de sa mise à distance en fonction de vos besoins. Des techniques de relaxation, de respiration ou de projection positive vous seront alors proposées.

La psychanalyse vous aidera, elle, à comprendre l’origine du trouble et à comprendre la cause exacte qui vous a déclenché cette anxiété.

Il arrive parfois que le médecin prescrive des anxiolytiques pour soulager les symptômes du patient et réduire ses crises d’angoisse.

Phobie n°18 : La bélénophobie

Ce terme est employé pour parler de la phobie des aiguilles. Les personnes qui en souffrent éprouvent des difficultés à réaliser des actes médicaux tels qu’une prise de sang ou un vaccin. Cette frayeur se traduit par une peur des piqûres de façon démesurée provoquée par la présence ou l’anticipation d’une aiguille. Une détresse intense s’empare alors de la personne et peut provoquer, chez elle, des palpitations.

Quelle est l’origine de la phobie des aiguilles et des injections ?

La peur des aiguilles peut avoir des origines génétiques ou expérimentales. Il est fréquent de voir des personnes atteintes de bélénophobie avec des parents qui ont, eux-mêmes, cette anxiété face à une injection. Elle peut également provenir d’une mauvaise connaissance du sujet. Si vous avez entendu parler négativement des piqûres alors vous pouvez développer des angoisses basées sur de fausses croyances.

La source anxiogène peut également provenir d’une mauvaise expérience. Il se peut que vous ayez gardé en mémoire l’image d’un vaccin étant petit et où vous aviez ressenti une douleur. De ce fait, vous associez toutes les piqûres à cette expérience.

Parfois, le caractère phobique est symbolique pour la personne, car elle est effrayée à l’idée de devoir donner quelque chose qui est vital pour elle ou qu’on lui injecte quelque chose de nocif.

Comment surmonter la bélénophobie ?

La phobie des seringues peut avoir des répercussions sur votre état de santé puisque vous allez avoir tendance à éviter de vous soigner dès lors qu’il faudra affronter une piqûre. La première étape du traitement de la bélénophobie est de comprendre votre angoisse pour mieux la faire disparaître. Pour cela, vous pouvez vous poser les questions suivantes :

  • Est-ce une personne de votre entourage qui vous l’a transmis ?
  • Est-ce qu’on vous a déjà mal piqué ?
  • Est-ce qu’une scène de film vous a choqué ?

Si vous vous questionnez sur le sujet, cela vous aidera à lever les blocages. Il se peut que vous ayez besoin d’être accompagné pour comprendre l’origine du problème. Un psychologue pourra donc être bénéfique pour comprendre vos angoisses.

Bon à savoir

D’après une étude réalisée par l’association Anxiety UK, découvrez le top 10 des phobies les plus courantes dans le monde :
  • N°1 : La phobie sociale
  • N°2 : L’agoraphobie
  • N°3 : L’émétophobie
  • N°4 : L’éreutophobie (stress obsédant de rougir en public)
  • N°5 : L’amaxophobie (anxiété de conduire ou d’être dans un véhicule)
  • N°6 : L’hypocondrie
  • N°7 : L’aérophobie
  • N°8 : L’arachnophobie
  • N°9 : La brontophobie
  • N°10 : La claustrophobie

A retenir

Vous connaissez désormais notre top 18 des phobies les plus courantes. Paniquer pour quelque chose n’est pas une fatalité. Gardez bien à l’esprit que vous pouvez guérir d’un trouble phobique. En effet, vous pouvez vous faire accompagner par un psychologue pour débuter une thérapie adaptée et mettre un terme à votre stress irrationnel.

D’autres techniques telles que des exercices de respiration, de méditation ou un état hypnotique peuvent vous aider au quotidien pour vous libérer d’une anxiété face à votre objet phobique.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter