16 symptômes de la dépression post-partum qui doivent vous alerter

découvrez les 16 symptômes de la dépression post-partum

L’arrivée d’un enfant procure, chez certaines femmes, de l’anxiété et de la tristesse qui laisse, dans certains cas, place à un mécanisme de la culpabilité. “Pourquoi suis-je triste alors que la naissance d’un enfant est un moment de bonheur ?” Cette remise en question est fréquente chez les nouvelles mamans, car elles découvrent leur nouveau rôle. Ces symptômes peuvent s’intensifier au cours de la première année de la naissance de votre bébé : on parle alors de dépression post-partum. Pour ne pas vous laisser envahir par cet état dépressif, découvrez les 16 symptômes qui doivent vous alerter.

Suis-je en dépression post-partum ?

Vous pensez être victime de dépression post-partum ?
Les pleurs répétitifs et votre retrait social ont fait leur apparition depuis l’arrivée de votre bébé ?

Faites le test maintenant !

Qu’est-ce que la dépression post-partum ?

La dépression post-partum ou aussi nommée dépression post-natale est un trouble qui touche les jeunes parents dans les trois à six semaines, voire dans l’année qui suit la naissance de leur bébé. On peut alors parler de dépression post-partum tardive. À savoir que le pic dépressif se situe généralement autour du troisième mois. Sans la pose d’un diagnostic et la prise en charge par un spécialiste, cette dépression peut durer des mois et s’empirer. Les conséquences peuvent alors être très néfastes pour les personnes atteintes et pour le développement de leur bébé.

Cette forme dépressive est à différencier du baby blues. Contrairement au post-partum, le baby blues apparaît juste après la naissance et disparaît au bout de quelques jours. Si votre humeur mélancolique se poursuit, on parle alors de dépression post-partum. La durée de la dépression post-partum varie d’une personne à l’autre.

Mais pourquoi peut-on subir cette dépression post-partum ? Que l’on se sente prêt ou non, l’arrivée d’un enfant fait partie des événements psychiques majeurs. Tout comme la grossesse, cela vient perturber notre quotidien, notre rôle et fait naître une grande pression.

Chute d’hormones, gestion du stress, fatigue, culpabilité, sentiment d’incompétence, antécédents de troubles mentaux ou de comportements addictifs et solitude viennent alors perturber les jeunes parents et déclencher la dépression post-partum. Cet état dépressif peut toucher chacun d’entre nous et déclencher des symptômes plus ou moins légers. C’est alors aux personnes concernées ou à leur entourage de rester sur leurs gardes et d’intervenir en cas de suspicion. Afin de vous aider dans cette démarche, découvrez les 16 symptômes possibles de cette dépression dans notre point suivant.

Bon à savoir

La dépression post-partum touche de 15 à 20 % des nouvelles mères.

Quels sont les symptômes de la dépression post-partum ?

Si vous avez l’impression de perdre pied face à la naissance récente de votre enfant ou si vous connaissez une personne de votre entourage qui se comporte de manière inhabituelle, peut-être avez-vous à faire à la dépression post-partum.

Afin de vérifier vos intuitions et d’en étudier les signes, nous vous avons recensé les 16 symptômes de la dépression post-partum qui peuvent annoncer la présence de ce mal-être. Comme nous l’avons dit précédemment, ceux-ci peuvent être déclenchés avec plus ou moins de sévérité et s’apparentent à un syndrome dépressif classique.

Parmi ces symptômes, nous retrouvons :

  • Une fatigue physique et psychique constante
  • Une irritabilité grandissante
  • Une profonde tristesse
  • Des pleurs incontrôlables
  • Un fort sentiment de culpabilité
  • Un manque de confiance en soi
  • Une anxiété chronique concernant son bébé
  • Des difficultés d’interaction avec son bébé
  • Une indifférence pour son bébé
  • Un désintérêt de ses activités favorites
  • Des troubles du comportement alimentaire (TCA)
  • Une absence de libido
  • Un pessimisme persistant
  • Un isolement social progressif
  • Des ruminations perpétuelles
  • Des idées suicidaires

Symptôme n°1 : Une fatigue physique et psychique constante

La fatigue est l’une des plus importantes caractéristiques de la dépression post-natale. Les parents concernés ressentent un épuisement physique et psychique constant qui peut ressembler à un état de burn-out maternel. Cela peut entraîner un problème de sommeil avec la venue de crises d’insomnies, d’hypersomnies ou de réveils fréquents pendant la nuit. Le corps et l’esprit lâchent au point de déclencher possiblement des douleurs somatiques. Des maux de tête, de dos ou d’estomac peuvent alors s’ajouter à cet état d’épuisement global.

Initiée par la charge mentale d’élever un enfant en bas âge, la chute des hormones et le stress environnant, cette fatigue générale peut devenir chronique. Cela est le cas lorsqu’elle intervient quotidiennement, perdure et s’accompagne d’autres symptômes. En effet, cet état de fatigue intense entraîne des pertes d’énergie et de motivation au quotidien, ainsi qu’un grand sentiment de tristesse. À ce stade, nous ne parlons plus de fatigue standard ni d’indices de baby blues, il s'agit ici d’un des symptômes de la dépression post-partum.

Symptôme n°2 : Une irritabilité grandissante

Le stress et la fatigue entraînés par l’arrivée d’un enfant peuvent rendre une mère ou un père plus irritable que la normale. La personne touchée par la dépression post-partum a les nerfs à fleur de peau et éprouve des difficultés à gérer ses émotions. Son seuil de tolérance diminue de plus en plus jusqu’à provoquer une irritabilité grandissante. Les bruits environnants et les proches deviennent des sources d’agacement et d’une intolérance inhabituelle. Le ou la partenaire, ainsi que le bébé sont les principales victimes de ce symptôme.

On observe alors, chez le patient, de graves sautes d’humeur, de nombreuses crises de colère et une plus grande impulsivité. Cet écart émotionnel crée un fossé au sein du foyer. Cette incompréhension peut inciter la personne touchée à se replier sur elle-même. Ainsi elle se protège de ce nouveau monde qui l’entoure et qui provoque, en elle, cette irritabilité. Il est alors impératif d’intervenir avant que celle-ci ne soit gagnée par la dépression post-partum et ses autres symptômes.

À lire aussi : Dépression réactionnelle : 6 indices que vous avez eu un choc émotionnel

Symptôme n°3 : Une profonde tristesse

Une personne victime de dépression post-partum est sujette à une profonde tristesse quotidienne. Ce sentiment intense intervient sans raison particulière et est inapaisable. Cela entraîne une perte de plaisir, un sentiment de désespoir, une grande fatigue morale et des pleurs excessifs. Chaque journée devient un fardeau et ne donne pas envie d’être vécue. Dans le cas d’une dépression post-partum, la tristesse traduit un signe d’anxiété. Cette anxiété provient de ce nouveau rôle de mère ou de père et de cette responsabilité que l’on a envers l’enfant.

Cette peur de mal agir peut paralyser les nouveaux parents et les plonger dans une profonde tristesse. Il faut également ajouter qu’en devenant parent, chaque individu se voit confronté au deuil de son ancienne vie et donc au deuil de son passé. Ce bouleversement très stressant peut faire submerger un fort regret ou encore laisser penser que l’on n’est pas à la hauteur. Il est donc important de se faire accompagner rapidement pour éviter que cette tristesse n’affecte trop la personne touchée, son entourage et son bébé.

Bon à savoir

Au cours des trois premiers mois suivant l'accouchement, la dépression post-partum est présente chez environ 8 % des pères, et ce taux augmente trois à six mois après la naissance de l'enfant.

Symptôme n°4 : Des pleurs incontrôlables

Nous avons pu constater qu’une profonde tristesse est l’un des symptômes de la dépression post-partum. Celle-ci s’accompagne bien souvent de pleurs en excès qui peuvent intervenir fréquemment et parfois sans raison explicable. Chaque action du quotidien qui concerne le bébé ou non devient une épreuve insurmontable. Bien souvent, cela s’apparente à des crises de larmes brutales inconsolables plusieurs fois par jour. Cela dure bien plus longtemps que pour un simple baby blues.

Les mères sont bien souvent les principales concernées et peuvent avoir l’impression que cette intense tristesse est due à leurs hormones ou à la fatigue causée par la venue de leur bébé. Elles peuvent alors avoir l’impression d’être des mauvaises mères et ne pas oser en parler. Ce tort peut pourtant avoir de graves conséquences pour elles, c’est pourquoi il est très important de se faire aider au plus vite par un professionnel de la santé.

Symptôme n°5 : Un fort sentiment de culpabilité

Comme nous avons pu le voir, la dépression post-partum s’accompagne d’un fort sentiment de culpabilité. Plus le parent s’enferme dans sa dépression, plus il va se sentir coupable d’être triste dans un moment de la vie qui devrait être heureux. Cette culpabilité excessive déclenche alors une forte dévalorisation de l'image de soi. Le père ou la mère a encore une fois l’impression d’être un mauvais parent et entretient une grande anxiété face à son nouveau rôle rempli de responsabilités.

Sans prise en charge, cette culpabilité grandissante peut être lourde de conséquences et empêcher l’établissement d’un lien profond avec son enfant. La mère ou le père peut alors avoir du mal à s’occuper de son bébé et à entretenir une relation saine avec lui. Dans cette situation, il ne faut pas avoir peur de se livrer à son entourage ou à un spécialiste et ne pas avoir honte de son désarroi et de sa tristesse. Devenir parent est une épreuve importante de la vie qui nécessite bien souvent une aide extérieure. Il est impératif de ne pas se sentir seul et de ne pas avoir honte d’une culpabilité, car elle est souvent ressentie par les parents à l’arrivée d’un nouveau-né.

Symptôme n°6 : Un manque de confiance en soi

La dépression post-partum se manifeste également par un fort manque de confiance en soi et en son avenir avec l’enfant. La mère ou le père se sent alors incapable d’accomplir son rôle de mentor. Ce manque de confiance peut alors être suivi de crises de panique ou d’angoisse et d’une auto-culpabilisation. Un sentiment d’inutilité monte chez le parent jusqu’à avoir honte de son manque de confiance en lui. Le parent se sent alors en inadéquation avec son nouveau rôle et a, encore une fois, l’impression d’être mauvais.

Plus la mère ou le père perd pied et plus le parent va se dévaloriser chaque jour. On rentre alors dans un cercle vicieux entre dépression et culpabilisation. C’est ainsi que l’on se sent responsable de son mal-être. Ce manque de confiance en soi est fortement accentué chez les femmes, notamment à cause de leur transformation physique, le déchaînement des hormones et le stress lié à cette situation inédite. Leur capacité à endosser leur rôle de mère et de conjointe est alors fortement remise en question.

Symptôme n°7 : Une anxiété chronique concernant son bébé

Le manque de confiance en soi, le sentiment de culpabilité, la peur de mal agir, le stress et la fatigue rendent les mères très anxieuses au sujet de leur bébé. Le poids de la société et leurs nouvelles responsabilités peuvent faire naître la peur de mal agir, de faire du mal à leur petit et créer de fortes crises de panique. La mère devient une véritable référence pour son enfant et doit être garante de son bien-être. Les pleurs de l’enfant sont alors vécus comme une véritable épreuve et font croître l’anxiété en elle. Pourquoi pleure-t-il ? Comment le consoler ? Tant de questions sans réponses qui n’améliorent pas leur état d’anxiété.

Donner naissance à un enfant, c’est donner la vie. Mais par antinomie, cela le confronte aussi à la mort. Le parent, mère et père confondus, a alors bien souvent peur de la propre mort de son enfant, et notamment due à ses propres erreurs. C’est pourquoi on peut constater un détachement du parent envers son propre enfant. Cet état anxieux de la dépression post-partum et les crises de panique qui en découlent ne sont pas à confondre avec l’anxiété post-natale. Dans cette dernière, on constate, à l’inverse, le développement d’un sur-attachement entre le parent et le bébé.

À lire aussi : Dépression sévère : 5 signes que votre état s’aggrave dangereusement

Symptôme n°8 : Des difficultés d’interaction avec son bébé

Lorsqu’une mère est victime de dépression post-partum, on remarque bien souvent ses difficultés à établir de bonnes interactions avec son bébé. Ses expressions faciales et sa manière de s’exprimer sont moins claires pour l’enfant et bien souvent moins empathiques. Une mère dépressive a une vision principalement négative et a des comportements imprévisibles pour l’enfant. On retrouve ici deux types de mères, les intrusives et les mères en retrait.

Dans les deux cas, la mère a une attitude non mesurée et inadéquate avec son enfant. Elle est alors incapable de prendre soin de lui ou de passer du temps avec ce dernier sans mal agir. Établir un lien avec son petit devient alors très compliqué et il peut devenir de moins en moins plaisant pour la mère de passer du temps avec lui. Pour leur bien-être à tous les deux, il est impératif que les mères concernées par cette difficulté d’interaction se fassent suivre et apprennent à comprendre le langage corporel de leur bébé.

Pour en savoir plus sur la relation mère-enfant lors d’une dépression post-partum, cliquez ici.

Symptôme n°9 : Une indifférence pour son bébé

L’anxiété grandissante et les difficultés d’interaction avec son bébé peuvent conduire une mère touchée par la dépression post-partum à devenir indifférente à son égard. Le fait de ne pas parvenir à créer de lien avec son enfant peut rendre difficile le fait d’éprouver de l’intérêt pour lui. La peur de mal agir et le sentiment d’incapacité enlèvent tout plaisir et peuvent parfois pousser une mère à délaisser son propre enfant. Sans contact avec lui, le risque d’erreur est moindre.

Lors de cas d’une dépression post-partum sévère, il est même possible de constater une psychose puerpérale chez certaines mères. On parle, ici, d’une pathologie psychiatrique qui touche près d’une femme sur mille lors de leur première grossesse. La mère présente des signes de confusion mentale, de fatigue intense et peut même être atteinte de délires. Dans ce cas, la mère est confuse et déconnectée de la réalité et de son bébé. Elle peut alors avoir des réactions surdimensionnées par rapport aux problèmes qu’elle doit surmonter au sujet de son enfant.

Symptôme n°10 : Un désintérêt de ses activités favorites

Une mère atteinte par la dépression post-partum voit sa concentration réduite, ainsi que ses capacités à gérer les tâches du quotidien. Cette inaptitude l’empêche d’apprécier son rôle de parent et peut même influer sur son ressenti quant à ses activités favorites. Le plaisir qui pouvait être pris en effectuant certaines activités disparaît alors petit à petit. Ses occupations, d’ordinaire plaisantes, deviennent désuètes et dénuées de sens.

Les bonheurs du quotidien et celui d’être mère font alors place à la tristesse. Dans ce cas, comme pour tous les autres symptômes de la dépression post-partum, il est important d’en parler et de se faire aider par un professionnel. Se reconnecter avec ses plaisirs personnels et ceux normalement présents lors de son rôle de mère est primordial. Une fois rétablie, la patiente peut avancer de manière positive dans son rôle de maman et de femme. Mère et enfant peuvent alors évoluer ensemble dans un contexte plus stable et sain.

Symptôme n°11 : Des troubles du comportement alimentaire (TCA)

Au cours de sa grossesse ou à la suite de son accouchement, une mère peut avoir un comportement alimentaire pathologique à cause de son important changement corporel. Des symptômes d’anorexie, des signes de boulimie, des abus de laxatifs et des régimes peuvent apparaître pour répondre à cette obsession du poids et de la quête vers la silhouette parfaite. Qu’on soit en sur ou sous-alimentation, ce changement d’appétit est mauvais pour le corps et l’esprit de la mère, ainsi que pour son bébé. Le parent en dépression post-natale peut se réfugier dans la nourriture pour repousser ses émotions.

On observe que les femmes déjà touchées par ces troubles alimentaires avant leur grossesse ont beaucoup plus de chances de développer à nouveau ce symptôme et d’être confrontées à une dépression post-partum. Les modifications hormonales, le stress, les changements corporels et la fatigue viennent alors compléter la recrudescence de leurs TCA. Pour le bien de la mère et du bébé, surtout en cas d’allaitement, il est important que cette dernière retrouve un équilibre alimentaire sain.

Symptôme n°12 : Une absence de libido

La grossesse et l’accouchement sont des événements importants qui viennent perturber la vie d’une femme. Que ce soit au niveau du corps ou de l’esprit, l’arrivée du bébé amène une femme à tenir un rôle de mère. L’enfant prend alors naturellement davantage de place dans la vie d’une maman et d’un papa, ce qui rend plus difficile d’entretenir sa propre sexualisation et celle de son partenaire.

À cela, nous rajoutons la fatigue, les bouleversements hormonaux, le stress et la perte de confiance en soi vis-à-vis de son nouveau corps post-accouchement. Le désir sexuel est ainsi amoindri et il est alors important de se reconstruire mentalement et physiquement. Le suivi psychologique, la séparation psychique de ses statuts de mère et de femme, le soutien de son ou de sa partenaire, ainsi que la reconstruction de son périnée peuvent permettre le retour progressif de sa libido.

Symptôme n°13 : Un pessimisme persistant

Lors d’une dépression après l’accouchement, un sentiment de pessimisme quotidien peut prendre le pas sur tous les moments de plaisir. La tristesse et l’impression que tout finira mal s’entremêlent. Le parent pense alors bien souvent que les choses ne s’amélioreront jamais. Les points positifs de la parentalité sont effacés et l’on ne se focalise plus que sur ce qui ne fonctionne pas. Sans issue possible, la mère ou le père devient alors de plus en plus pessimiste.

Le parent est lassé, exténué et chute dans la dépression et la négativité. Le travail du ou de la partenaire et/ou d’un thérapeute est alors primordial pour faire naître de l’espoir et des solutions dans l’esprit du parent concerné par cette dépression post-partum. La naissance du bébé et son avenir doivent être perçus positivement afin de jouer son rôle de parent correctement.

Symptôme n°14 : Un isolement social progressif

Plus le parent atteint de dépression post-partum plonge dans cet état dépressif, plus il s’éloigne progressivement de son enfant et de ses proches. L’isolement social est inévitable pour la mère ou le père au vu de son désarroi. La tristesse, le pessimisme, les difficultés à jouer son rôle de parent et l’absence de solution poussent le parent à s’isoler des autres qui, pour lui, ne comprennent pas son mal-être.

Plus la personne s’éloigne de son entourage et parfois même de son bébé, moins elle sera confrontée à leur regard et à leur jugement. Tout comme chacun des symptômes déjà énoncés, le retrait social peut avoir de lourdes conséquences sans une prise en charge efficace. Plus le parent sera seul dans sa dépression post-partum et plus il lui sera difficile de prendre part à son nouveau rôle.

Symptôme n°15 : Des ruminations perpétuelles

L’arrivée de ruminations perpétuelles s’inscrit comme étant la suite logique aux différents symptômes de la dépression post-partum. Les idées noires prennent alors une place considérable dans le quotidien du père ou de la mère, jusqu’à envahir chaque pensée. Ce courant de pensée affaiblit fortement le moral du patient et fait monter en lui un sentiment de culpabilité. Le parent ne supporte alors plus son état dépressif qu’il considère comme illégitime.

Le parent se compare bien souvent aux autres et interprète l’image que ces derniers perçoivent de lui-même. Ces comparaisons, interprétations et ruminations incessantes ont pour conséquence de faire rentrer le parent dans un cercle vicieux aux lourdes conséquences. En effet, à ce stade de la dépression post-partum et selon le degré d’isolement social du parent, ce dernier peut voir le suicide comme une bonne solution pour lui, son bébé et son entourage.

Suis-je en dépression post-partum ?

Vous pensez être victime de dépression post-partum ?
Les pleurs répétitifs et votre retrait social ont fait leur apparition depuis l’arrivée de votre bébé ?

Faites le test maintenant !

Symptôme n°16 : Des idées suicidaires

Dans les cas les plus graves de la dépression post-partum, l’absence d’une prise en charge médicale rapide peut entraîner la mère ou le père vers le suicide. Dans ce cas de figure, le parent peut ressentir chacun des 15 autres symptômes décrits précédemment et arriver très rapidement à des pensées suicidaires récurrentes. Sa propre mort est vue comme l’ultime solution pour s’affranchir de ses peines et de son mal-être. Ces idées macabres peuvent également se porter sur l’enfant, causant ainsi un possible infanticide. Le père ou la mère est ici tant désespéré, que son unique obsession est de se blesser ou de blesser son enfant pour être libéré du poids de la parentalité.

Ces pensées suicidaires ou d’infanticide peuvent être notamment dues à des phobies d’impulsion. Ces phobies sont des peurs irrationnelles de faire du mal à son enfant ou à soi-même et se manifestent dans les cas les plus graves de la dépression post-partum. Le parent peut alors craindre un passage à l’acte violent et s’éloigner volontairement de son enfant ou s’ôter la vie pour éviter de succomber à ses pensées.

Bon à savoir

La dépression post-partum chez le papa ou la maman n’épargne personne. Les principaux concernés sont les nouveaux parents qui peuvent être victimes de plusieurs symptômes simultanément. Nous venons de décrire les 16 principales manifestations de ce mal-être. Au vu des conséquences dramatiques constatées sur le parent et sur son enfant, il est important de rester vigilant et d’agir rapidement si vous, ou quelqu’un de votre entourage êtes concernés.

Bien que plusieurs symptômes rappellent le baby blues ou encore le burn-out maternel, il est préférable de se rapprocher d’un spécialiste rapidement. Une prise en charge efficace évitera au parent concerné de sombrer et de s’isoler davantage dans sa dépression post-partum.

Dépression post-partum que faire ? Le traitement de la dépression

Dans le cas d’une dépression post-partum, il est impératif de repérer les signes, de poser rapidement un diagnostic et de disposer d’un suivi médical. Ce suivi peut être idéalement pluridisciplinaire et ainsi mêler plusieurs professionnels tels qu’un psychologue, un psychiatre, un psychothérapeute, un médecin généraliste, un pédiatre ou encore un pédopsychiatre. Les symptômes de ce type de dépression étant variés, chaque discipline peut apporter des méthodologies de soin complémentaires (thérapie cognitivo-comportementale, hypnothérapie, méthode EMDR…). De plus, ces multiples accompagnements permettent de lutter contre les principaux problèmes de la dépression post-partum, l’isolement et le silence.

À l’inverse d’un baby blues, ces accompagnements peuvent être associés à une prescription médicamenteuse. On parle, ici, principalement d’antidépresseurs lorsque les autres traitements demeurent inefficaces. En parallèle de la guérison psychique, le repos et une bonne alimentation vont permettre à votre corps de se rétablir. Vous serez ainsi en pleine possession de vos moyens pour sortir de la dépression. Plus vous prendrez soin de vous en tant qu’individu à part entière, plus vous serez en mesure de jouer votre rôle de parent.

Dans tous les cas, gardez bien en tête que la clé de votre guérison est la parole. Briser le silence sur vos maux auprès de votre partenaire avec une bonne communication, auprès de votre entourage, d’un groupe d’entraide ou encore d’un spécialiste est la première étape à franchir pour soigner la dépression post-partum.

A retenir

Si vous vous êtes reconnu dans un ou plusieurs de ces 16 symptômes ou que vous connaissez quelqu’un qui pourrait en souffrir, c’est que vous avez sans doute à faire à la dépression post-partum. Afin de ne pas davantage sombrer dans cet état dépressif, n’ayez pas peur d’en parler autour de vous afin de vous en libérer. Cela vous aidera dans la guérison de votre dépression.

Sachez que vous n’êtes pas un cas isolé et que vous ne devez pas éprouver de la honte sur ce que vous ressentez. La naissance d’un enfant intervient comme un véritable bouleversement dans la vie des parents, tant pour la mère que pour le père. Cet événement n’est pas toujours vécu comme un moment de bonheur par tout le monde. Ne restez pas isolé, analysez les signes caractéristiques et sortez-vous des symptômes de la dépression post-partum en vous faisant aider.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter