NOS PSYS
Featured Image

3 clés pour faire de votre hypersensibilité une force

Publié le 17/09/21 17:30

Il y a des situations durant lesquelles, la maîtrise des émotions est importante. Dans le contexte professionnel par exemple, rien n'est plus désagréable que de sentir les larmes commencer à monter, tandis que vous vous sentez touché.e par la remarque d'un collègue de travail ou pire encore, de votre supérieur hiérarchique. Vous cherchez à masquer votre réaction émotionnelle tant bien que mal, mais cela est vite peine perdue, vous vous sentez submergé.e et finissez par craquer. L’hypersensibilité correspond à un mode de fonctionnement structuré autour d’une exacerbation de la sensibilité sensorielle et émotionnelle. Vos émotions sont décuplées, vous les ressentez et vous les vivez beaucoup plus intensément que la plupart des autres personnes, bref vous êtes hypersensible. 

Souvent perçue comme une faiblesse pour les personnes qui sont hypersensibles, l'hypersensibilité est en réalité une force. Voici les 3 clés qui vous permettent de la transformer. 

Par ailleurs, si vous pensez avoir identifié chez vous, des signes de l'hypersensibilité mais que vous n'en n'êtes pas tout à fait sûr.e, n'hésitez pas à réaliser le test suivant qui vous permettra d'en avoir la confirmation. 

Cliquez ici pour faire le test "Suis-je hypersensible ?"


Sommaire de l'article : 

  1. Qu'est-ce que l'hypersensibilité ?
    1. Définition de l'hypersensibilité 
    2. Les caractéristiques d'une personne hypersensible 
  2. Transformer l'hypersensibilité en force : les trois clés

 

Qu'est-ce que l'hypersensibilité ?

Définition de l'hypersensibilité 

L'hypersensibilité, c'est cette manière particulièrement intense de tout sentir, percevoir et vivre les évènements de la vie.

Elle s’accompagne d’une hyperactivité cognitive, liée aux nombreuses informations que votre cerveau reçoit et que vous devez traiter du fait de l’omniprésence des stimulations auxquelles vous êtes exposé.e.s au quotidien. En tant qu'hypersensible, vous êtes ainsi amené.e.s à évoluer dans un monde pensé pour le groupe majoritaire des personnes qui ne disposent pas de ce trait de caractère. Cela vous expose à une confrontation aux autres parfois brutale. 

En effet, dans la mesure où les normes et attentes sociales ne tiennent pas compte de votre mode de fonctionnement particulier, vous vous retrouvez régulièrement en décalage avec votre environnement. Qu’il s’agisse des différents types de sur-stimulation à la source d’un inconfort physique et psychique majeur, ou au contraire de la nécessité de maîtriser voire de réprimer votre hypersensibilité, notamment en contexte social et relationnel, les modes de fonctionnements majoritaires vous obligent à vous adapter en permanence. 

Les caractéristiques d'une personne hypersensible

L'hypersensibilité se caractérise par une sensibilité supérieure à la moyenne. Cette sensibilité est à comprendre au sens large, puisqu’elle concerne aussi bien la dimension sensorielle et perceptive, que les sphères émotionnelle et cognitive.

Ces différentes formes de sensibilité prédisposent également les hypersensibles à faire l’expérience de vécus existentiels et/ou spirituels plus fréquemment que la majorité des personnes.

Les émotions exacerbées

Précisément, l’expérience émotionnelle quotidienne de l'hypersensibilité se révèle être beaucoup plus intense que la moyenne : En tant qu'hypersensible, vous avez accès à une gamme d’émotions particulièrement riche et variée qui va pouvoir s’exprimer en réponse aux nombreuses stimulations auxquelles vous êtes exposé.e, y compris les plus minimes.

En somme, votre réactivité émotionnelle est supérieure à celle des personnes non hypersensibles aux niveaux qualitatif (seuil de sensibilité aux stimuli déclencheurs) et quantitatif (intensité du ressenti).

Une perception fine de l'environnement

Au-delà de la sphère émotionnelle, les hypersensibles perçoivent avec davantage d’acuité les variations subtiles de l’environnement. L’expérience sensorielle est amplifiée par rapport au niveau de perception de la majorité. Ces stimulations qui échappent à la plupart des gens (fond sonore, odeur, sensation physique subtile…) sont perçues avec intensité et peuvent même devenir envahissantes pour un hypersensible qui vit ses perceptions, comme ses émotions, avec intensité.

Cette sensibilité perceptive s’applique également au corps propre : les personnes hypersensibles sont donc aussi plus sensibles que la moyenne à la douleur physique et très en lien avec les variations de leur activité interne, ce qui les rend capables de percevoir aisément les perturbations et éventuels dérèglements physiologiques.

Cette caractéristique les rend souvent particulièrement attentives au maintien et la préservation de leur santé physique.

Une grande souplesse cognitive 

L’hypersensibilité perceptive doit nécessairement s’accompagner d’une grande souplesse cognitive dont on peut penser qu’elle est acquise dès le plus jeune âge face à la nécessité de traiter et éventuellement d’organiser la somme d’informations considérable, associée au grand nombre de stimuli perçus qui est chez les hypersensibles bien supérieur à la moyenne.

Cette grande sensibilité aux éléments les plus subtils de l’environnement est souvent associée également à une difficulté à lâcher prise au niveau attentionnel : se sachant susceptibles d’être facilement agressés par ce qui les entoure, les personnes hypersensibles ont tendance à se montrer hyper vigilantes pour garder une certaine maîtrise sur leur environnement, notamment dans les situations les moins familières.

Enfin, toujours concernant le traitement cognitif des données perceptives, Carl Gustav Jung considérait que les personnes ayant une hypersensibilité était prédisposée à des expériences de l’ordre de la clairvoyance, ou pour le moins d’une grande intuition dont il considérait qu’elle s’appuyait notamment sur une connexion privilégiée à leur vie inconsciente, elle-même favorisée par l’hypersensibilité. On peut également faire l’hypothèse que le traitement inconscient des nombreuses données perceptives issues de l’environnement permet aux hypersensibles une compréhension implicite des événements et des situations qui les rend capables d’en « prédire » spontanément et naturellement l’évolution. 

Une excellente compréhension des relations sociales

La sensibilité perceptive des hypersensibles est évidemment un atout pour ce qui concerne la compréhension des subtilités dans les relations sociales, puisque les données interactionnelles les plus fines, les nuances des attitudes et des comportements, sont perçues et prises en compte en vue de s’ajuster au mieux à la relation et à ses enjeux : degré d’authenticité, attentes de l’interlocuteur, jeux de séduction ou de pouvoir, dont la personne hypersensible a souvent une juste représentation.

De manière générale, les personnes hypersensibles sont particulièrement empathiques et ouvertes aux autres, au sens d’une acceptation inconditionnelle d’autrui dans sa spécificité et d’un accueil de la différence dénuée de tout jugement. En tant qu'hypersensible, vous êtes ainsi une personne authentique vers qui on va avoir tendance à se tourner, qui inspirent confiance et attirent les confidences.

Cependant les possibilités relationnelles peuvent être limitées par une certaine tendance à l’introversion chez de nombreuses personnes hypersensibles, qu’on peut expliquer par la richesse d’une vie intérieure qu’elles apprécient de cultiver, mais aussi par une forme d’inhibition qui s’installe souvent dès l’enfance en lien avec la difficulté voire l’impossibilité de vivre et d’exprimer pleinement leur différence.

Enfin, les personnes hypersensibles ont tendance à beaucoup s’investir dans leurs relations intimes, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Très entières, elles sont capables de beaucoup d’engagement à la hauteur de l’intensité de leurs sentiments. les éventuelles désillusions en sont d’autant plus douloureuses.

Transformer l'hypersensibilité en force : les 3 clés

En écho aux différentes caractéristiques de l’hypersensibilité, voici les trois clés qui permettent de transformer votre hypersensibilité en force, afin de surmonter plus facilement les difficultés auxquelles vous faites peut être face. 

Un réseau communautaire pour lutter contre l’isolement

Ce sentiment de décalage directement associé au fait d’être hypersensible est une source de souffrance très fréquente.  Au-delà des différences liées à la nature même de l’hypersensibilité, comme le seuil de tolérance aux stimuli sensoriels,  le degré de réactivité face aux stimuli ou encore l'intensité émotionnelle, les personnes hypersensibles ne rencontrent que trop rarement dans le monde extérieur et chez les autres, le miroir de leur propre empathie et de leur authenticité, tandis que ces caractéristiques leur semblent pourtant être une évidence pour vivre.

Cela peut entraîner un profond sentiment de solitude, souvent associé à un mal-être important, avec la sensation d’être essentiellement différent des autres et étranger à leur fonctionnement. Il existe alors un risque majeur d’isolement et de repli sur soi.

Sur ce point, les déceptions relationnelles liées à un manque de réciprocité concernant l’intensité de votre engagement et de votre investissement émotionnel sont extrêmement douloureuses et déstabilisantes. À l’extrême et à force de répétitions malheureuses du même schéma, certain.e.s en arrivent à fuir toute forme d’engagement, voire à désinvestir complètement la sphère amoureuse pour éviter de souffrir de nouveau.

Dans la perspective de vivre une plus grande réciprocité relationnelle mais aussi d’être en mesure de partager avec des personnes qui ont vécu des expériences comparables aux vôtre et qui sont équipés pour vivre la relation amoureuse ou amicale sur le même registre d’intensité et d’engagement que vous, il est conseillé de vous rapprocher de groupes ou d’associations d’entraide ou  dédiées à la formation et à la sensibilisation autour de la question de l’hypersensibilité.

L’objectif n’est pas de développer un esprit communautaire mais bien d’éviter l’isolement et le repli sur soi tout en tissant un réseau social solide : si le point de départ est l’hypersensibilité comme problématique personnelle commune, vous aurez l’opportunité d’élargir petit à petit votre réseau en dehors de la structure d’origine (en organisant des rencontres amicales à l’extérieur par exemple). Les amis de vos amis deviendront rapidement vos amis, et vous y gagnerez en termes de qualité de relation, qui restera médiatisée par une sensibilité commune. 

Cliquez ici pour faire le test "Suis-je hypersensible ?"

Etre à l'écoute de ses ressentis en se fixant des limites

En tant qu’hypersensible, il est probable que vous soyez en lutte quasi permanente contre les effets principaux de votre sensibilité exacerbée, à savoir une exposition excessive à des émotions envahissantes ou à des stimulations sensorielles qui vous épuisent nerveusement. Cependant, il existe plusieurs moyens pour diminuer l’état de stress associé à ces expériences déplaisantes.

D’abord, il est essentiel de trouver et de maintenir un équilibre de vie qui vous permettra de mener à bien vos activités sans pour autant vous épuiser. Il est donc important que vous gardiez en tête que votre hypersensibilité, si elle vous permet de vivre des expériences sensorielles, émotionnelles et existentielles d’une intensité et d’une subtilité rares, renvoie aussi à un terrain de vulnérabilité. Les stimulations quotidiennes consomment vos ressources psychiques et il est impératif de les restaurer en vous accordant des temps de repos et souvent de retrait.

Essayez de rester le plus possible en lien avec vos ressentis corporels et physiologiques qui sont des indicateurs précieux de votre état général : l’essentiel est simplement de ne pas forcer lorsque vous sentez que vous atteignez vos limites.

L’état d’hyperstimulation est en effet un risque pour les hypersensibles : trop de stimuli ou des stimuli trop intenses peuvent avoir un impact important sur votre système nerveux, qui va se mettre en état d’alerte et vous envoyer des signaux de détresse, à travers des manifestations physiologiques de stress et d’anxiété.

S’isoler momentanément de toute stimulation est alors nécessaire afin de retrouver un état stable et d’être en mesure reprendre le cours de vos activités. La détection précoce des signes physiologiques liés à l’état d’hyper stimulation, le développement d’outils comme la pratique de la relaxation et de la respiration consciente, ou encore des exercices de gestion émotionnelle peuvent vous aider à surmonter ces états de crise. 

Lâcher prise pour apaiser le mental

Une certaine tendance à l’hésitation, voire à la rumination, est également fréquente chez les personnes hypersensibles qui peuvent avoir du mal à se distancier de leur réalité interne et à poser des actions concrètes dans le monde extérieur.

Votre vie intérieure est souvent rythmée par des questionnements intenses liés à toutes les possibilités du quotidien et aux choix qui y sont associés. Chaque situation nécessitant une prise de position ou une action peut être l’occasion d’une lutte interne dans la mesure ou vous pesez le pour et le contre de chaque option au regard de la situation, du contexte, de votre humeur qui a tendance à évoluer rapidement, en prenant le risque de vous perdre dans les détails : vous avez en somme souvent des difficultés à vous décider et à passer à l’action, notamment en raison de la grande quantité de données perceptives et émotionnelles que votre système cognitif est amené à devoir traiter pour résoudre un problème en situation.

L’enjeu pour vous est donc bien de trouver des solutions pour vous libérer d’une tension mentale qui peut devenir un réel handicap au quotidien. La mise en place d’une activité qui vous « coupe » de l’activité réflexive peut avoir un impact particulièrement positif sur ce problème, lié en réalité à une surcharge cognitive pour lesquelles une action sur le corps est particulièrement indiquée. Il s’agit de cultiver tout particulièrement les moments de lâcher prise vis-à-vis de la dimension intellectuelle, pour vous focaliser sur le vécu du corps et sur la dimension sensorielle. Ainsi, la pratique régulière de techniques de méditation peut également s’avérer très utile. 

En vous astreignant au début à faire le vide dans votre esprit, ne serait-ce que par moments, vous verrez que vous développerez une plus grande facilité à vous en remettre à votre intuition et à suivre vos élans dans l’instant présent sans suranalyser les enjeux de vos actions. 

Article rédigé par Anna Savio, psychologue clinicienne de la Clinique E-santé