Vie Privée - vie Professionnelle : 3 règles pour trouver l'équilibre

3 conseils pour trouver l'équilibre vie privée vie professionnelle éviter de vous laisser submerger par le stress et de faire un burn-out (épuisement professionnel)

Nous avons tous besoin d’un espace préservé à côté de notre activité professionnelle, qui rassemble les divers moyens par lesquels nous pouvons dans notre vie personnelle, vouloir nous ressourcer pour équilibrer la balance de nos besoins. Cependant, avec le développement des technologies destinées à complémenter nos environnements professionnels et les nouveaux modes de travail comme par exemple, le télétravail, il est de plus en plus difficile de poser et de respecter des limites destinées à garder un équilibre vie privée vie professionnelle. Pourtant, préserver cet équilibre est un impératif : au-delà de votre épanouissement personnel et professionnel, c'est votre santé mentale qui est en jeu. Afin de ne pas tomber dans le piège d'une vie uniquement axée sur votre carrière professionnelle, voici 3 conseils que vous permettront de vivre sereinement la rencontre de ces deux mondes. 

N'hésitez pas également à réaliser le test gratuit ci-dessous qui vous donnera un aperçu de l'organisation actuelle de votre gestion de temps de travail et personnel. 

Quel est votre équilibre vie pro - vie perso ?

Vous souhaitez évaluer votre gestion de temps de travail et personnel ?

Faites le test maintenant !

 

 

Vie privée vie professionnelle : les risques d'une absence de distinction

Toutes les catégories d’emploi sont concernées par la nécessité pour le travailleur de préserver l’équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée.

Qu’il s’agisse d’heures supplémentaires qui étirent parfois le temps de travail jusqu’à des limites extrêmes, d’un surinvestissement plus ou moins consenti dans l’activité professionnelle qui, sur le long terme n’est jamais sans conséquence ou encore, de conditions de travail flexibles qui favorisent l’autonomie et l’autogestion en termes d’organisation, les risques liés à une absence de distinction entre les sphères de vie privée et professionnelle constituent une menace réelle pour de nombreux travailleurs.

L’équilibre vie privée vie professionnelle

Au-delà du fait que l’on ne peut être et rester efficace au travail si l’on ne se ménage pas un espace pour soi en parallèle, il est fondamental pour une bonne santé mentale, d’avoir du temps pour se déconnecter psychiquement de son activité professionnelle, et ce indépendamment de nos besoins et de nos attentes spécifiques concernant notre vie personnelle.

Les différentes modalités par lesquelles le travail peut progressivement nuire à l’équilibre entre les sphères vie privée et vie professionnelle renvoient toutes au fait de voir l’espace privé se réduire face à un investissement professionnel croissant. Celui-ci vient faire déborder l’activité professionnelle sur les temps de vie personnelle censés encadrer cette activité que sont habituellement les soirées et les weekends. Sur du long terme, les conséquences peuvent être désastreuses pour votre santé mentale et physique. Un stress ponctuel peut alors devenir chronique et entraîner une somatisation. 

Lire aussi l'article : 6 signes que vous souffrez du syndrome de l'imposteur

La question des frontières entre vie privée et vie professionnelle

Les frontières entre vie privée et vie professionnelle peuvent se révéler non contenantes, c’est-à-dire, ne plus jouer leur rôle de limites, de plusieurs manières et pour plusieurs raisons.

On peut d’abord citer un décalage, progressif ou brutal, de la frontière au niveau temporel. En effet, il est possible de glisser progressivement vers une situation ou l’activité professionnelle « dévore » le temps privé en empiétant concrètement sur des moments qui lui sont dédiés.

On peut prendre l’exemple d’un cadre, qui est amené à rester au bureau tous les soirs jusqu’à 22 heures, ou d’un salarié qui accepte de faire des heures supplémentaires le week-end : ici c’est d’un point de vue strictement quantitatif que le travail envahit la vie privée, en décalant toujours plus la frontière qui sépare les deux champs et réduisant ainsi, le temps de vie privée disponible.

Le deuxième cas de figure, renvoie au fait que les frontières puissent être tellement floues, pour des raisons d’organisation du travail et/ou de nature de l’activité, que le travailleur se retrouve soit à devoir poser lui-même ses propres limites indépendamment de tout impératif extérieur, soit à devoir vivre en intégrant vie privée et vie professionnelle dans le même espace-temps.

On peut penser ici à l’exemple de l’auto-entrepreneur qui doit délivrer le produit de son travail à longue échéance, ou à celui de l’accompagnateur d’une personne dépendante qui sera amené à être sollicité de jour comme de nuit et disponible en permanence pour son employeur, sur une durée plus ou moins longue.

Bien que dans ce dernier cas, des périodes non travaillées soient généralement prévues, les responsabilités mêmes de l’activité exigent une grande flexibilité et dans certains cas le sacrifice des temps personnels au profit de la sécurité et du bien-être du bénéficiaire.

Un dernier cas peut être mentionné concernant la porosité des frontières entre vie privée et vie professionnelle, c’est celui dans lequel le travailleur connait une répartition quantitativement équilibrée entre les deux sphères et évolue avec des frontières concrètement stables et solides, mais est psychiquement, mentalement et nerveusement envahi sur son temps personnel par les enjeux de son activité professionnelle.

C’est notamment le cas de métiers émotionnellement éprouvants et/ou à lourdes responsabilités humaines, ou encore de contextes de travail dysfonctionnels qui induisent une forte pression psychologique et morale en vue de résultats à atteindre ou de performances à réaliser.

Il s’agira alors de travailler plus particulièrement sur les barrières intérieures à poser et à maintenir dans le cadre de la pratique professionnelle pour conserver son intégrité morale et psychique et ne pas ramener à la maison les préoccupations professionnelles.

Les risques d’un déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle

Les risques liés à ce manque d’équilibre vie privée vie professionnelle, sont identiques quel que soit le secteur d’activité ou les modalités selon lesquelles la vie professionnelle vient empiéter sur la sphère privée : le stress, voire l’hyperstress susceptible de conduire au burn-out, constituent la manifestation principale de cette érosion psychique qu’on peut aussi qualifier d’épuisement professionnel.

Le fait de se retrouver soit trop impliqué dans son activité professionnelle aux niveaux concret et/ou psychique, soit engagé dans un quotidien qui mêle indistinctement les sphères privée et professionnelle, représente une source de stress majeure à plus ou moins long terme.

En effet, en aucun cas l’organisme, au sens large de structure physiologique et psychique, n’a le temps ou l’opportunité de se régénérer suffisamment pour préserver un état de santé optimal. Les stimulations répétées ou prolongées liées à la même activité sans possibilité suffisante de « se changer les idées » ou de prendre du temps pour soi indépendamment du rôle professionnel qui est investi conduisent à une usure rapide des ressources psychiques et nerveuses.

Le stress apparaît alors comme la conséquence du sentiment inconscient de menace lié à l’absence de régulation de l’investissement personnel dans le travail.

En fonction de votre situation particulière et si vous parvenez tout de même à vous ménager des temps minimaux de détente et de décompression, cet état de stress peut se maintenir tel quel sur un temps plus ou moins long sans évolution majeure. Il perdure cependant pour signaler la présence de ce déséquilibre qui demande à être conscientisé et traité. Si en revanche, vous n’avez plus d’espace personnel pour mettre la balance en mouvement et créer un contrepoids à votre investissement professionnel, vous risquez d’être exposé.e à un stress intense et chronique susceptible de mettre en péril votre santé mentale et de vous mener jusqu’au burn-out, soit l’épuisement professionnel.

Pour prévenir une évolution malheureuse de cet ordre et ses conséquences non négligeables sur l’ensemble du fonctionnement personnel, il est important de rester extrêmement vigilant.e à maintenir un équilibre entre les sphères privée et professionnelle par le biais de la mise en place et/ou du renforcement de frontières saines et pertinentes entre ces deux sphères. 

Comment équilibrer votre vie privée et professionnelle ?

Trouver le parfait équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie privée nécessite la mise en place de quelques règles : 

  1. Règle n°1 : Planifiez votre travail
  2. Règle n°2 : Identifiez vos besoins
  3. Règle n°3 : Apprenez à déconnecter

Règle n°1 : Planifiez votre travail

L’une des méthodes les plus simples et cependant efficace pour limiter l’étirement infini du temps de travail sur votre vie privée, consiste à bien planifier vos tâches quotidiennes de manière à pouvoir être très rigoureux.se sur l’organisation de votre temps de travail.

Il s’agit de programmer votre emploi du temps de manière à pouvoir venir à bout de vos impératifs sans sacrifier votre temps personnel. Le fait notamment de prioriser vos activités selon leur ordre d’importance, vous permettra d’éviter de vous laisser envahir par des détails ou des tâches secondaires. Celles-ci peuvent être réalisées plus rapidement et plus efficacement, lorsqu’elles sont ordonnées et attachées à une tâche principale dont elles dépendent.

La mise en lien de vos différentes obligations et leur planification dans le temps sont en effet extrêmement utiles dans l’objectif de gagner du temps et de l’énergie tout en favorisant l’émergence d’une vision plus claire de votre activité. Cela vous permettra de gagner en efficacité, dans la mesure où vos efforts sont coordonnés vers des objectifs bien définis et que l’importance de chaque activité relativement à votre rôle professionnel est hiérarchisée.

Ce mode d’organisation du travail permet également de repérer les multiples tâches, souvent minuscules mais toujours trop nombreuses et accumulées de manière anarchique, qui ne vous incombent théoriquement pas mais que vous réalisez parce que cela semble ne rien vous coûter.

Cet exercice est l’occasion d’apprendre à s'affirmer et de dire non aux éventuels collègues qui seraient tentés de se décharger sur vous, mais aussi de bien définir les limites de votre activité de manière à sensibiliser votre hiérarchie aux spécificités de votre poste de travail en lien avec le sens de votre activité.

Nous mettons, en effet, toujours de nous dans notre manière de nous approprier notre travail ce qui, par rapport au poste tel qu’il est originellement pensé, crée naturellement de nouvelles obligations mais aussi des espaces de liberté à s’approprier.

Osez affirmer vos compétences et vos limites, et autorisez-vous à ne plus laisser votre attention se disperser dans la réalisation de tâches, mêmes minimes, qui ne seraient pas cohérentes avec les impératifs principaux de votre activité. De manière générale, la planification vous aidera à respecter vos horaires et à ne pas passer plus de temps que prévu à votre poste, sans pour autant sacrifier la qualité de votre travail.

Règle n°2 : Identifiez vos besoins

Il est capital que vous puissiez être suffisamment à l’écoute de ce qui se passe en vous pour parvenir à identifier vos besoins dans la situation qui est la vôtre. Cette étape est essentielle afin de mettre en œuvre le changement. Pour cela, vous devez vous connecter à vos émotions.

Ce processus d’attention vis-à-vis de vous-même peut commencer par une série d’interrogations : Quelles sont les engagements auxquels vous donnez la priorité actuellement, et que devez-vous sacrifier en parallèle ? Qu’est ce qui, aujourd’hui, provoque une tension négative en vous et vous occasionne du stress ? Dans quelle mesure ces sources d’insatisfactions, impactent elles votre vie professionnelle et privée ?

Il sera donc important que vous restiez connecté.e à vos émotions en vous questionnant, de manière à identifier à quel endroit et sur quels points vous ressentez de la tristesse, de la colère, de la frustration ou au contraire de la satisfaction ou de la fierté.

Vous pourrez ainsi, réaliser un bilan de votre situation actuelle au regard de comment elle résonne pour vous du point de vue personnel et psychique, en vue de déterminer les changements que vous pourriez vouloir y apporter.

Pour vous y aider, d’autres questions s’imposent et vous permettront de déterminer comment organiser votre vie de manière à ce qu’elle soit en phase avec vos priorités. Interrogez-vous sur ce que vous vous sentez capable de sacrifier pour cela, à court, moyen et plus long terme.

Si vous avez déjà pris une direction qui vous éloigne de vos besoins, essayez de comprendre les causes de cet engagement qui ne vous convient finalement pas.

Enfin, une fois que vous avez pu vous faire une image claire et précise de vos besoins actuels et des moyens à mettre en œuvre pour y parvenir, il s’agit de s’autoriser à initier le changement. Celui-ci peut être strictement personnel, au sens où il implique de faire évoluer vos habitudes professionnelles sans que votre entourage de travail ne soit impacté, ou bien il peut impliquer des modifications plus structurelles, nécessitant un mouvement d’adaptation de la part de vos collègues et/ou de votre hiérarchie.

Privilégiez la communication et valorisez le sens que vous accordez à votre activité et la manière dont elle sera optimisée par ces changements, de manière à favoriser des ajustements harmonieux.

Quel est votre équilibre vie pro - vie perso ?

Vous souhaitez évaluer votre gestion de temps de travail et personnel ?

Faites le test maintenant !

Règle n°3 : Apprenez à déconnecter

Enfin, l’un des leviers principaux pour parvenir à un trouver un équilibre entre la vie privée et professionnelle est la capacité à déconnecter de votre activité professionnelle une fois votre journée de travail terminée.

Les nouvelles technologies se sont développées dans la plupart des entreprises et dans différents milieux professionnels, technologies qui nous gardent connecté.e.s au quotidien et autant que nous le souhaitons à notre environnement de travail et à notre activité professionnelle.

Si vous avez des horaires fixes, il est important qu’une fois votre temps de travail réalisé, vous vous attachiez à désactiver concrètement vos réseaux, de manière à pouvoir véritablement vous projeter dans un autre contexte, celui de votre vie personnelle.

Dans le cas contraire, vous risquez d’avoir des difficultés à vous déconnecter psychiquement de la sphère professionnelle et de ne pas bénéficier des bienfaits régénérants du changement de contexte. Si vous n’avez pas d’horaires fixes parce que vous êtes autonome dans votre activité, n’hésitez pas à définir pour vous-même des horaires de travail, à vous y tenir, et à également laisser de côté vos réseaux professionnels une fois la fin de journée arrivée.

Le télétravail est un autre enjeu lié à l’enchevêtrement entre vie privée et vie professionnelle. Alors qu’il permet une grande flexibilité, et notamment de mettre à profit les temps de transport pour profiter davantage de votre vie personnelle, de mieux vous organiser et renforcer ainsi, cet équilibre que vous recherchez, ce mode de travail implique également certains risques à ce niveau.

En effet, il peut être plus difficile de travailler de manière structurée et organisée lorsque nous sommes dans notre environnement privé, et d’autant plus si nous sommes entourés, voire sollicités.

Les rôles mère de famille / salariée par exemple, sont alors flous et il peut se révéler difficile de les gérer de manière à ce que la distinction entre les sphères soit réalisée.

Lire aussi l'article : 3 conseils pour se libérer de la charge émotionnelle

Enfin, et d’autant plus si votre activité n’est pas structurée par des horaires, le télétravail peut s’avérer dangereux au sens où il n’existe aucune frontière réelle entre votre vie privée et professionnelle. Dans ce cas, il s’agira de s’atteler à respecter un rythme de travail donné puis à véritablement couper toute stimulation professionnelle de manière à basculer rapidement et radicalement vers votre vie personnelle dès la fin de votre journée de travail. 

À retenir

Si vous sentez que vous êtes exposé.e au stress et/ou que vous courrez le risque de développer un syndrome d’épuisement professionnel (burn-out), n’attendez pas pour agir. Contactez un professionnel de santé, éventuellement affilié à la médecine du travail, qui pourra vous aider à évaluer le niveau de risque auquel vous êtes confronté.e et qui saura vous guider en vue d’agir sur la situation qui fait problème. 

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter