THÉRAPIE
Featured Image

Comment identifier un haut-potentiel intellectuel en 12 points

Publié le 19/10/21 12:00

Depuis quelques temps, vous vous posez des questions sur vos comportements, vos aptitudes, votre vision du monde et vous éprouvez bien souvent un sentiment de décalage, comme si vous étiez totalement différent.e des personnes qui vous entourent. Et si, sans le savoir, vous étiez une personne à haut-potentiel intellectuel ?

Dans la catégorie haut potentiel : les HPI, ces personnes aux caractéristiques particulières, qui s'ignorent souvent jusqu'à l'âge adulte. Se sentant parfois incompris, souvent en dehors des clous, un HPI peut souffrir de sa condition intellectuelle, tandis qu'il dispose de véritables dons. Quels sont les signes permettant d'identifier un haut-potentiel intellectuel et quels sont leurs traits de caractère à connaître pour mieux les comprendre ? Voici 12 points sur lesquels vous devez porter une attention toute particulière si vous pensez être une personne HPI ou que l'un de vos proches l'est.

Par ailleurs, retrouvez ci-dessous notre test gratuit, élaboré par les psychologues cliniciens de la Clinique E-Santé, qui vous permettra de vous donner des premières indications sur vos modes de fonctionnement intellectuels. 

Cliquez ici pour réaliser le test "Suis-je à haut potentiel / surdoué ?"


Sommaire de l'article : 

  1. C'est quoi être un haut-potentiel intellectuel (HPI) ?
    1. La personne haut-potentiel intellectuel a un QI plus élevé que les autres personnes
    2. L'hypersensibilité émotionnelle et sensorielle du HPI
    3. Le haut-potentiel intellectuel et la pensée en arborescence
    4. Un fonctionnement neuro-atypique
  2. Les caractéristiques cachées du haut-potentiel intellectuel

C’est quoi être haut-potentiel intellectuel (HPI) ?

On parle beaucoup ces dernières années du haut potentiel et de la surdouance en général. Ces modes de fonctionnement spécifiques fondés sur différentes compétences plus développées que la moyenne chez les personnes concernées, sont de mieux en mieux étudiés et détectés. On parle notamment de haut-potentiel intellectuel (HPI) et de haut potentiel émotionnel (HPE), qui sont deux types de fonctionnement voisins dans la catégorie globale du haut potentiel.

La personne haut-potentiel intellectuel a un QI plus élevé que les autres personnes

Les personnes présentant un haut-potentiel intellectuel (HPI), auquel on a longtemps fait référence sous le terme générique de surdouance, se distinguent notamment de la majorité des autres personnes, par un quotient intellectuel (QI) supérieur à la moyenne, parfois extrêmement élevé.

Généralement, un score égal ou supérieur à 130 à un test de QI standardisé est le critère retenu pour que l’on puisse parler de haut potentiel intellectuel.

La WAIS-IV est l’échelle psychométrique de référence pour évaluer le quotient intellectuel d’un adulte, et une évaluation psychologique complète notamment sous la forme de tests de personnalité adaptés peut être un complément nécessaire pour confirmer la présence d’un haut-potentiel intellectuel chez une personne donnée. 

L'hypersensibilité émotionnelle et sensorielle du HPI

Une personne HPI présent également des traits hypersensibles qui la différencient : sa réalité émotionnelle est plus riche et plus intense que celle de la plupart des gens, du fait d’une grande réactivité aux stimuli quotidiens. De ce fait, les personnes à haut-potentiel intellectuel sont plus facilement touchées par les événements qui ponctuent leur vie et auxquels les autres auront tendance à rester insensibles.

Au-delà des émotions vives et puissantes auxquelles elles sont confrontées et qui peuvent parfois aller jusqu’à les déborder, elles ont également souvent une hypersensibilité sensorielle et peuvent, à l’extrême, se voir envahies par un trop-plein ou une trop grande intensité de stimulations perceptives (sons, luminosité, odeurs…).

L’une des difficultés des personnes à haut-potentiel intellectuel renvoie en effet souvent à leur capacité à gérer et à maîtriser leurs émotions et leur réactivité sensorielle en vue d’une adaptation optimale à leur environnement.

Le haut-potentiel intellectuel et la pensée en arborescence

Une autre caractéristique centrale chez les personnes à haut potentiel en général et HPI en particulier, est un mode de fonctionnement intellectuel qui se distingue par sa nature de la pensée linéaire majoritaire : la pensée en arborescence.

C’est une pensée qui se prête particulièrement bien aux théorisations aux élaborations intellectuelles complexes. Elle intègre et organise la complexité de l’activité cognitive des personnes à haut-potentiel intellectuel, chez qui les connexions neuronales se distinguent par leur quantité et leur qualité.

La pensée en arborescence se développe et se structure comme une carte mentale en perpétuelle évolution, qui coordonne et met en lien différents aspects du réel de manière à créer une cohérence d’ensemble. Elle permet de prendre en compte différentes idées de manière simultanée et de les développer par associations et analogies.

Cette pensée foisonnante, d’une grande richesse, constitue aussi un potentiel créatif majeur en donnant lieu à des idées nouvelles et originales issues d’un traitement cognitif de haut niveau.

Pourtant, et malgré ses compétences précieuses, vivre avec un haut potentiel intellectuel est souvent synonyme de difficultés, notamment en termes de positionnement dans le monde social et la sphère relationnelle.

Un fonctionnement neuro-atypique

En effet, en plus de faire partie d’un groupe minoritaire peu représenté dans les espaces et l’imaginaire collectifs, les personnes HPI sont porteuses de traits de personnalité spécifiques associés à un mode de fonctionnement atypique.

Ainsi, les normes comportementales majoritaires peuvent leur sembler étranges et étrangères, voire être vécues comme des agressions lorsqu’elles s’accompagnent de la nécessité de se conformer et donc de trahir sa nature profonde.

L’enfance et l’adolescence sont des moments particulièrement délicats pour les personnes à haut-potentiel intellectuel, qui doivent se construire sur le plan identitaire sans pouvoir pleinement s’appuyer sur un sentiment de communauté et d’appartenance et en expérimentant au quotidien, un vécu de décalage, voire d’altérité radicale. C’est pour ces raisons que l’on parlera d’un fonctionnement dit neuro-atypique, par contraste avec le fonctionnement majoritaire (neurotypique).

Les caractéristiques cachées du haut-potentiel intellectuel

L’indépendance d’esprit

Les personnes à haut-potentiel intellectuel font systématiquement preuve d’une grande liberté intellectuelle qui va avec une indépendance marquée du point de vue de la pensée.

Loin d’adhérer par facilité aux idées majoritaires, elles ont besoin d’investir le processus de réflexion par et pour elles-mêmes, de manière à se former leur propre représentation d’une réalité donnée, sur la base d’un raisonnement logique et exigeant soutenu par le système de valeurs solide qui est le leur.

En effet, les libres-penseurs que sont les personnes HPI accordent également une importance majeure à leur liberté de conscience : il est nécessaire pour eux d’être entièrement en phase avec leurs positions idéologiques personnelles et les valeurs morales qui structurent celles-ci.

Ces valeurs constituent le socle de leur indépendance intellectuelle, qui est également nourrie par un haut niveau d’exigence : pour les personnes HPI, les postures individuelles ont un sens et doivent être pleinement assumées au regard de leurs conséquences concrètes et des enjeux idéologiques qui les sous-tendent. Selon ce modèle, la notion de responsabilité morale est centrale et le conformisme intellectuel n’est pas une option. 

L’hyperactivité cognitive

Le fonctionnement intellectuel spécifique des personnes HPI, défini par l’efficacité et la complexité du traitement de l’information, est malheureusement assorti d’un certain nombre d’inconvénients, parmi lesquels, la difficulté fréquente à maîtriser et à moduler cette activité de pensée extrêmement puissante et parfois débridée.

On peut dire que le cerveau des personnes à haut-potentiel intellectuel a tendance à fonctionner en sur-régime, au point parfois de les conduire à une forme d’épuisement mental dû à la fatigue cognitive en soi, mais aussi aux insomnies souvent associées à cette hyperactivité cérébrale.

Dans certains cas, celle-ci peut également être à la source d’une grande anxiété, et en particulier lorsqu’elle s’applique à des questionnements existentiels auxquels elles tendent à être particulièrement sensibles. 

Une mémoire hors du commun

La grande efficacité que manifestent les personnes à haut-potentiel intellectuel en termes de traitement de l’information, implique des compétences particulières concernant différentes fonctions cognitives.

Les fonctions mémorielles sont très développées chez les personnes à haut-potentiel intellectuel.

Leur mémoire à court terme, aussi appelée mémoire de travail, présente des capacités hors du commun : la comparaison avec les mesures moyennes réalisées sur l’ensemble de la population montre que les personnes HPI peuvent stocker un plus grand nombre d’informations en mémoire de travail (empan mnésique plus important) et bénéficient d’un maintien plus durable de l’accès à ces informations.

De la même manière, leur mémoire à long terme est un véritable atout, puisqu’elles peuvent plus facilement s’appuyer sur leurs apprentissages au sens large (empiriques et théoriques) en vue d’ajuster au mieux leurs analyses et leur positionnement au quotidien. 

La résilience

Avant de vous expliquer ce trait de caractère présent chez le haut potentiel intellectuel,  il est important de garder à l’esprit que si vous souffrez de votre condition intellectuelle car vous êtes HPI ou HPE, la psychothérapie à la Clinique E-Santé est une aide précieuse pour apprendre à mieux vous connaître. Grâce à l’accompagnement d’un.e psychologue spécialisé.e dans les hauts potentiels vous pourrez : 

  • Valider avec un psychologue votre diagnostic de Haut Potentiel (HPE/HPI).
  • Comprendre votre mode de fonctionnement atypique pour mieux l’accepter.
  • Exploiter votre plein potentiel dans votre sphère professionnelle, sentimentale et relationnelle.
  • Faire de votre surdouance une force et un avantage au quotidien.

Démarrez une thérapie

On peut faire l’hypothèse que c’est notamment cette utilisation constructive de leurs expériences passées qui permet aux personnes à haut-potentiel intellectuel de manifester le potentiel de résilience particulièrement développé qu’on peut observer chez elles.

Plus précisément, leur grande capacité d’analyse appliquée au détail de leur vécu personnel dont elles conservent toutes les traces, est un atout majeur pour se relever d’une situation difficile. La mise en œuvre de comportements préalablement identifiés comme étant utiles et positifs dans un contexte similaire leur permet de s’ajuster rapidement et de maîtriser ainsi plus facilement les conséquences émotionnelles d’une mauvaise expérience.

De manière complémentaire, le fait d’être en mesure de gérer intellectuellement les effets de cette expérience négative permet de se défendre contre le sentiment d’impuissance et donc de vulnérabilité : il y a là une mise en mouvement qui soutient le sentiment d’efficacité personnelle et permet d’avancer là où d'autres se trouveraient démunis et sans ressources. 

La pensée intuitive

Le raisonnement logique est le point fort des personnes à haut-potentiel intellectuel.

Or on peut penser qu’il sous-tend une autre capacité à laquelle on fait moins souvent référence lorsqu’on parle des caractéristiques associées au haut potentiel : la pensée intuitive.

Ce style de pensée est plus particulièrement investi par les personnes hypersensibles dont font partie les HPI. Leur réceptivité surdéveloppée les conduit à capter un grand nombre d’informations présentes dans l’environnement, et les mécanismes de la pensée logique qui agissent chez elles comme une seconde nature leur permettent de réaliser des liens très rapides et plus ou moins conscients entre les informations sélectionnées comme pertinentes dans une situation donnée.

Ainsi, à côté de la pensée rationnelle, les personnes HPI peuvent également s’appuyer sur leurs compétences du côté d’une pensée intuitive qui ouvre à d’autres modes de compréhension du réel, plus spontanés et davantage colorés par leur sensibilité. 

L’empathie

Cette sensibilité très présente chez les personnes HPI se manifeste aussi dans leur relation aux autres à travers une empathie particulièrement développée.

Si leurs compétences analytiques leur permettent d’obtenir une représentation intellectuelle très juste de ce qui peut animer autrui au regard de sa situation (empathie cognitive), les personnes à haut potentiel en général sont très réceptives aux influences du contexte et à l’ambiance, notamment affective, des situations.

Elles auront ainsi tendance à être facilement traversées par les émotions de celles et ceux avec qui elles sont en lien (empathie émotionnelle).

Les personnes HPI tendent également à agir et à se positionner de manière très juste dans la relation au regard de ce qu’elles auront perçu et ressenti dans un premier temps. C’est l’empathie comportementale, facilitée par leurs capacités d’adaptation hors du commun. 

Le faux-self

C’est bien les capacités d’empathie des personnes à haut-potentiel intellectuel et plus particulièrement, leur compréhension profonde du fonctionnement d’autrui, qui peuvent les conduire à se sur-adapter à leur environnement en vue de se positionner socialement et dans l’interaction avec davantage de facilité.

En effet, le décalage ressenti par beaucoup de personnes à haut-potentiel intellectuel vis-à-vis des autres, est souvent associé à un profond sentiment d’illégitimité : se sentant peu reconnues et peu valorisées dans leur être véritable, elles peuvent avoir tendance à vouloir s’ajuster aux autres au point d’en oublier leurs propres besoins et de laisser de côté leur personnalité singulière.

Le faux-self est en effet une posture défensive permettant d’évoluer socialement sans avoir à s’exposer au risque d’incompréhension ou de rejet. Il s’agit de se conformer à ce que l’on perçoit des attentes de l’autre en présentant une façade adaptée de manière à être systématiquement bien perçu.e et accepté.e.

Cela implique bien sûr de s’adapter en permanence aux différents interlocuteurs quitte à occulter son moi véritable, ce qui peut à terme et à l’extrême conduire à la perte du sens de son identité. 

Cliquez ici pour réaliser le test "Suis-je à haut potentiel / surdoué ?"

Le manque d'estime de soi

A la source du sentiment d’illégitimité qui sous-tend l’adoption de postures sociales sur le mode du faux-self, on retrouve fréquemment un manque d’estime de soi majeur chez les personnes à haut-potentiel intellectuel.

Si leur impression d’être différentes et parfois incomprises participe grandement à renforcer cette faille narcissique, les origines de celles-ci remontent souvent à l’expérience concrète d’une inadéquation entre le fonctionnement propre et les attentes de l’environnement, et ce dès le plus jeune âge.

En effet, alors que les parents eux-mêmes, souvent par méconnaissance du fonctionnement haut potentiel, n’ont pas toujours l’attitude la plus adaptée face aux spécificités de leur enfant, les structures éducatives en tant que systèmes normatifs peuvent engendrer des situations d’une grande violence pour l’estime de soi de l’enfant haut potentiel.

Même si cela peut a priori sembler surprenant, celui-ci est trop souvent confronté à l’échec scolaire du fait de son incapacité à fonctionner intellectuellement selon les mêmes modalités que ses camarades neurotypiques et plus globalement à s’adapter à ce qui est attendu de lui.

De plus, le perfectionnisme extrêmement développé des personnes à haut-potentiel intellectuel associé à une lucidité marquée les conduit fréquemment à considérer qu’elles ne sont pas à la hauteur de leurs propres idéaux : leur norme c’est l’excellence et elles ont tendance à s’évaluer elles-mêmes sur la base d’un très haut niveau d’exigence. 

Si ces différents traits de personnalités couramment associées à un fonctionnement HPI vous renvoient à votre propre réalité ou à celle d’un proche, n’hésitez pas à vous tourner vers une structure dédiée ou un professionnel spécialisé. La détection d’un haut potentiel intellectuel est souvent une étape majeure dans un parcours personnel, permettant de mettre enfin des mots sur ce sentiment diffus d’être différent.e.

C’est le rôle du psychologue que de vous guider vers cet objectif via la réalisation d’un bilan personnalisé (tests et entretiens) permettant d’identifier les fonctionnements neuro-atypiques et notamment les différentes formes de haut potentiel.

Par ailleurs, si vous êtes en difficulté relativement à votre fonctionnement atypique, il est important que vous puissiez demander de l’aide et bénéficier d’un accompagnement : votre fonctionnement particulier est une richesse et il suffit souvent de quelques ajustements et d’un soutien adapté pour retrouver les moyens de vivre de manière épanouie avec votre différence.