Narcolepsie : 4 signes que votre trouble du sommeil devient chronique

Quels sont les signes de la narcolepsie à repérer afin de pouvoir correctement l'identifier et la soigner ?

Il est relativement fréquent d’expérimenter des troubles du sommeil, notamment en période de stress ou de bouleversements personnels et psychiques importants. S’ils sont souvent associés à d’autres types de troubles, ils peuvent aussi constituer une condition pathologique en eux-mêmes et présenter un caractère chronique. C’est le cas de la narcolepsie, une maladie du sommeil extrêmement invalidante au quotidien et pour laquelle un accompagnement psychothérapeutique est particulièrement recommandé. Alors qu’elle reste peu connue et globalement sous-diagnostiquée dans ses formes légères, mieux la connaître grâce aux 4 signes suivants, vous permettra de mieux la détecter.

Ai-je un trouble du sommeil ?

Vous dormez mal la nuit ? Vous vous réveillez fatigué.e ? N'hésitez pas à réaliser le test suivant qui vous permettra de savoir si vous souffrez d'un trouble du sommeil ou d'une simple fatigue passagère et d'identifier à quel trouble vous êtes confronté.e.

Faites le test maintenant !


 

Qu'est-ce que la narcolepsie ? 

Si l’hypersomnie renvoie de manière générale à une catégorie de troubles caractérisés par un besoin excessif de sommeil, la narcolepsie est une forme d’hypersomnie chronique définie par des symptômes spécifiques.

Narcolepsie définition

La narcolepsie est un trouble d’origine neurologique qui appartient à la catégorie globale des troubles du sommeil et à celle plus restreinte des hypersomnies.

Elle se manifeste au quotidien par un besoin soudain et irrépressible de dormir, parfois de manière récurrente au cours d’une journée et dans des circonstances qui ne s’y prêtent habituellement pas.

Les facteurs qui expliquent le développement de la narcolepsie sont multiples et imbriqués entre eux, de nature génétique d’une part et environnementale d’autre part : une vulnérabilité biologique particulière peut conduire au déclenchement de la maladie, et tout particulièrement si elle est activée par un ou des événements liés à l’environnement au sens large : lésion cérébrale, un excès de fièvre intense, une grossesse ou encore, une exposition prolongée à des situations stressantes.

 

Les 4 signes de la narcolepsie pour reconnaître le trouble

Le développement d’une narcolepsie vient signer la présence d’un trouble du sommeil que l’on peut qualifier de chronique et de structuré, sous la forme d’un syndrome bien spécifique.

Voici les 4 signes qui caractérisent la narcolepsie et qui constituent autant de symptômes permettant de détecter ce trouble : 

  1. Signe n°1 : La somnolence diurne
  2. Signe n°2 : La cataplexie 
  3. Signe n° 3 : Les hallucinations 
  4. Signe n°4 : La paralysie du sommeil

La narcolepsie dans sa forme la plus complète, se structure autour de deux symptômes principaux :

  • La somnolence diurne : le fait de s’endormir en journée
  • La cataplexie : la perte soudaine du tonus musculaire.

Les autres signes que sont les paralysies du sommeil ou encore les hallucinations vécues en phase d’endormissement, peuvent être associés aux deux premiers.

Ces différentes manifestations de la maladie sont cependant rarement toutes présentes chez une même personne et s’expriment à des degrés extrêmement variables chez chacun.e, ce qui rend d’autant plus difficile la réalisation d’un diagnostic fiable. 

Signe n°1 : La somnolence diurne

La somnolence diurne correspond à des besoins soudains et excessifs de sommeil au cours de la journée. 

Susceptibles de durer de quelques minutes à plusieurs heures, ils surviennent sans prévenir et éventuellement au cours des diverses activités du quotidien : même les plus stimulantes n’empêchent pas la survenue de ce besoin irrépressible de dormir.

Attention toutefois à ne pas confondre avec les somnolences qui peuvent être due à d'autres troubles du sommeil comme l'insomnie par exemple.

Cette possibilité de soudainement s'endormir constitue un véritable obstacle à la conduite automobile, ce qui implique dans certains cas une importante perte d’autonomie associée à un sentiment de dépendance qui peut se révéler particulièrement difficile à vivre.

Les phases d’endormissement seront associée à la mise en œuvre d’automatismes, puisque la personne narcoleptique perd littéralement le contrôle de son esprit qui sombre dans le sommeil : vous pouvez vous mettre à parler sans cohérence relativement à une conversation en cours, ou poursuivre votre activité présente de manière répétitive et sur un mode réflexe.

Bien qu’elles puissent théoriquement se prolonger plusieurs heures, ces siestes imprévisibles ont habituellement tendance à durer moins de 30 minutes, à la suite de quoi vous serez amené.e à vous réveiller naturellement. Dans le cadre de la narcolepsie elles tendent à être récurrentes et à se manifester plusieurs fois par jour. 

Signe n°2 : La cataplexie

La cataplexie correspond à une perte soudaine du tonus musculaire sans que celle-ci ne soit accompagnée d’une altération de la conscience : c’est un signe qui vient s’associer à la somnolence diurne, survenant lui aussi au cours de la journée de manière imprévisible et donc éventuellement au cours d’une activité, ce qui comporte en soi son lot de risques.

Dans le cadre de la narcolepsie la cataplexie peut être seulement partielle, lorsqu’elle ne concerne que quelques muscles. Si elle est beaucoup plus globale, le risque est de s’effondrer littéralement.

Ces crises ont pour déclencheur principal certaines émotions fortes qui vont provoquer une réaction neurologique responsable de ce relâchement musculaire, qu’elles soient positives ou négatives (réaction de surprise, notamment perceptive, sentiment de joie soudain, forte colère…).

Leur durée peut aller de seulement quelques secondes à plusieurs minutes, et leur récurrence est également très variable :  il est possible de connaître une crise exceptionnelle et unique qui n’aura aucune suite ou bien d’en subir plusieurs au cours d’une même journée.

Signe n°3 : Les hallucinations 

Le troisième signe qui laisse supposer de la narcolepsie, est la manifestation d'hallucinations survenant au cours de la phase l’endormissement. On parle d’hallucinations hypnagogiques, c’est-à-dire liées au sommeil paradoxal.

L’état hypnagogique favorise de manière générale l’apparition de troubles sensoriels, puisque l’état de conscience de cette phase précoce du sommeil est caractérisé par le maintien de l’accès à ses cinq sens pour la personne qui s’endort.

Cette caractéristique rend ces hallucinations particulièrement réalistes, et donc souvent très déstabilisantes : elles seront visuelles, auditives, voire liées à des sensations physiques de contact ou de mouvement. Dans le cadre de la narcolepsie les hallucinations hypnagogiques peuvent survenir dans la journée, au cours de moments où la personne est dans un état de conscience altéré due à la somnolence diurne. 

Signe n°4 : La paralysie du sommeil 

Un autre signe qui prouve que vous pouvez souffrir de narcolepsie est le fait d’expérimenter des épisodes récurrents de paralysie du sommeil.

Ces épisodes sont des parasomnies liées ou non à la maladie narcoleptique et peuvent survenir aussi bien pendant la phase d’endormissement que durant la courte période du réveil. Elles sont caractérisées par le fait de se retrouver littéralement paralysé et dans l’incapacité de réaliser le moindre mouvement alors même que l’on est entièrement conscient.

Ainsi, s'il vous arrive d'avoir le sentiment d’être réveillé.e,  sans cependant pouvoir bouger ou ouvrir les yeux, alors il s'agit peut être d'un signe que vous êtes narcoleptique.

Cet état, souvent décrit comme effrayant et particulièrement perturbant, dure peu de temps, soit généralement moins d’une minute, mais l’expérience peut subjectivement paraître plus longue relativement à son caractère très inhabituel et angoissant. Des hallucinations visuelles, auditives ou sensitives apparaissent souvent pendant ces épisodes, et sont fréquemment associées à une ambiance émotionnelle angoissante et oppressante.

Beaucoup d’expériences rapportées évoquent notamment l’impression d’une intrusion et la sensation d’une présence malveillante voire maléfique dans l’environnement proche. Les efforts extrêmes pour se mouvoir et sortir de cet état anxiogène finissent par provoquer le réveil véritable et permettent de retrouver la maîtrise de soi.

Ai-je un trouble du sommeil ?

Vous dormez mal la nuit ? Vous vous réveillez fatigué.e ? N'hésitez pas à réaliser le test suivant qui vous permettra de savoir si vous souffrez d'un trouble du sommeil ou d'une simple fatigue passagère.

Faites le test maintenant !

La narcolepsie est une pathologie qui demande à être mieux connue pour être mieux identifiée et plus rapidement diagnostiquée : actuellement, il faut en moyenne 8 ans pour que la maladie soit repérée chez un patient. Si vous pensez souffrir de cette pathologie y compris sous une forme légère, il est important que vous en parliez à votre médecin traitant qui pourra vous adresser à un centre spécialisé dans la recherche et la prise en charge des troubles du sommeil, en vue de l’établissement d’un diagnostic. 

L'accompagnement psychologique est souvent nécessaire : elle contribue à une réelle amélioration de la qualité de vie par la prise en charge des conséquences psychiques et émotionnelles de la narcolepsie. En effet, la narcolepsie constitue un véritable handicap car elle empêche la personne de vivre « normalement ». Globalement, les conséquences de la maladie sont associées au risque d’une dégradation importante de l’estime de soi  au fil du temps. 

Le handicap lié à la narcolepsie est invisible : la personne narcoleptique peut donc souffrir de la non-reconnaissance de son trouble, particulièrement lorsque sa forme ne permet pas qu’un diagnostic soit posé. L’incompréhension et le manque d’indulgence de la part de l’environnement social, en milieu professionnel ou dans la vie de tous les jours, peut devenir une véritable source de souffrance et de détresse psychologique pour elle.

En lien notamment avec une estime de soi détériorée, les conséquences personnelles et sociales de la narcolepsie sont importantes du point de vue de la santé mentale, avec des risques d’anxiété aggravée, de dépression, d’isolement voire, de phobie sociale.

À retenir

Vous connaissez désormais l'ensemble des points que l’on pourra être conduit à travailler dans le cadre d’un accompagnement psychothérapeutique. Il s’agira avant tout de se consacrer à la restauration de l’estime de soi, qui va participer au développement de troubles psychiques liés à l’expérience quotidienne de la narcolepsie.

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter
Frame 284

Psychologue

Marie-Eugénie

Camille-1

Psychologue

Camille

Stephanie

Psychologue

Stéphanie

Besoin d’aide ?
Venez échanger avec nos psychologues spécialistes.

Consulter