THÉRAPIE
Featured Image

Stress au travail : 4 signes que votre cerveau est en danger

Publié le 09/11/21 12:00

Le stress au travail est à la fois un allié et un ennemi du quotidien. Tantôt source de productivité, tantôt perturbateur de notre organisme, ses effets sont puissants et ont un impact sur notre santé. S’il arrive à tout le monde de vivre ponctuellement des situations stressantes au boulot, le stress chronique engendre des dommages à votre cerveau : quels sont-ils et comment les identifier ?

Si vous vous sentez particulièrement stressé ou que vous connaissez un proche qui souffre de stress au travail, n’hésitez pas à réaliser et/ou à partager le test qui suit. Il permet d’obtenir une première estimation de votre gestion du stress et d'en évaluer l'intensité. 

Cliquez ici pour faire le test "Suis-je stressé ?"


Sommaire de l’article :

  1. Stress au travail : quand les conditions d'exercices deviennent insupportables
    1. Les conséquences du stress sur le cerveau
    2. Stress au travail : de l’état d’alerte à la phase d’épuisement
  2. Les signes d’un stress au travail important  
  3. Stress envahissant au travail : que faire ? 

Stress au travail : quand les conditions d’exercices deviennent insupportables

1 français sur 2 admet être stressé quotidiennement par son travail. Un chiffre inquiétant tant les répercussions du stress sur le corps sont nombreuses et peuvent déclencher des maladies psychosomatiques. Le stress au travail est courant et se développe principalement en raison des conditions de travail ressenties comme difficiles à vivre par les personnes qui en souffrent.

Pour ces dernières, il existe un décalage entre ce qu’on leur demande dans le cadre de leurs fonctions et les ressources dont elles disposent pour parvenir à mener à bien leurs missions.

D’ailleurs, l’OMS (l’organisme mondial de la santé) définit ainsi elle-même le stress au travail, en précisant qu’il s’agit de « l’ensemble des réactions que peuvent avoir des employés lorsqu’ils sont confrontés à des exigences et à des pressions professionnelles qui ne correspondent pas à leurs capacités ni à leurs connaissances, entraînant une remise en cause de leur aptitude à pouvoir faire face à ces situations. Le stress impacte à la fois la santé morale et physique de l’employé qui y est sujet ».

Dans l’environnement professionnel, le stress peut être causé par de nombreuses situations dont en voici quelques exemples :

  • Une surcharge cognitive due à une multitude d’informations, parfois complexes, à traiter en même temps.
  • Des délais trop courts pour rendre des projets toujours plus nombreux.
  • Des objectifs fixés par la hiérarchie, difficiles à atteindre.
  • Des missions diverses et variées qui ne permettent peut-être plus de trouver un sens à votre travail.
  • Des ajustements perpétuels et de dernières minutes auxquels vous devez impérativement répondre pour faire preuve de flexibilité.
  • Une présence de chaque instant rendue possible par les technologies nomades et des évolutions de conditions de travail (télétravail, home office).
  • Une incapacité à pouvoir répondre correctement aux demandes par manque de ressources.

Lorsque ces situations s’accumulent et que le stress vous envahit, il devient alors difficile de passer outre. Bien souvent, il conduit à une fatigue psychique et physique important sur lequel se fonde le burn-out

Les conséquences du stress sur le cerveau

Être stressé de temps en temps n’a rien d’anormal. En réalité, le stress est une réaction physiologique importante, qui répond à des stimuli perçus comme des agressions, des dangers par notre cerveau. Se sentir stressé est donc la résultante d’un mécanisme que notre cerveau met en place afin de permettre à l’organisme de « survivre » à l'événement stressant.

On distingue deux formes de stress différentes : le stress aigu et le stress chronique.

Dans sa forme aiguë, le stress au travail est ponctuel et permet de s’adapter à une situation qui jusqu’alors était inconnue. Le stress aigu peut survenir par exemple lors d’un premier rendez-vous client : sur le moment, vous êtes stressé.e, puis après le rendez-vous, vous parvenez à vous détendre et à vous concentrer sur d’autres tâches. Il s’agit d’un stress qui n’aura pas d’effet néfaste sur votre santé.

Le stress chronique quant à lui, est un stress qui perdure et qui s’intensifie, à mesure que les jours et les semaines se passent. C’est ce type de stress qui va avoir des conséquences sur le fonctionnement du cerveau et sur votre santé, dès lors qu’il n’est pas pris en charge.

Stress au travail : de l’état d’alerte à la phase d’épuisement

Quand le cerveau interprète une situation comme un danger, il va mettre en place un mécanisme permettant à votre corps de s’adapter à la situation en question : l’adrénaline et le cortisol sont sécrétées en plus grande quantité afin d’éveiller tous vos sens et l’endorphine intervient pour vous permettre de résister au stress. Lorsque l'événement stressant est passé, l’organisme freine la production d’hormones et cela conduit à une fatigue.

Dans le cadre d’un stress au travail chronique, le cortisol est produit en trop grande quantité entraînant ainsi le passage de protéines inflammatoires du corps vers le cerveau. Ces dernières vont venir modifier son bon fonctionnement à trois endroits différents : l’hippocampe, le cortex préfrontal et l’amygdale.

Quand le stress est élevé, l’hippocampe, responsable des apprentissages et de la mémoire, s’atrophie, le cortex préfrontal dont l’activité nous permet de prendre des décisions, de nous concentrer au quotidien est ralenti et l'amygdale qui participe activement à la gestion de nos émotions, augmente.

le cerveau témoigne d’un stress au travail important

Les différentes conséquences du stress au travail sur le cerveau se répercutent dans votre façon d’agir, de penser et de vous réguler au quotidien. 

Vous vous sentez tout le temps fatigué.e

Le premier signe qui vous permet de savoir si le stress au travail a affecté votre santé est la fatigue permanente que vous pouvez ressentir. D’ailleurs celui-ci vient également perturber votre cycle du sommeil, au point, bien souvent quand il est chronique, de développer des troubles du sommeil.

Vous pouvez par exemple avoir des difficultés à vous endormir car votre esprit est occupé par les différentes tâches que vous devez faire le lendemain, vous pouvez également vous réveiller avec la sensation de ne pas vous être reposé.e, car vous avez été agité.e toute la nuit et peut-être avez vous-même rêvé de vos dossiers, de vos collègues qui viennent hanter votre sommeil.

Ces premiers signes doivent vous interpeller car ils signifient que votre cerveau se concentre uniquement sur l’agent stresseur et donc est en phase d’endurance.

Par ailleurs, le stress au travail est souvent le déclencheur de maux de tête qui peuvent être plus ou moins importants et qui peuvent être liés à votre fatigue. Ainsi, si vous sentez que vous avez régulièrement des maux de tête, tandis que vous vivez une période particulièrement stressante au travail, ce peut être le signe d’une tension psychique très importante.

Lire aussi l'article : Stress au travail : les 6 signes qui doivent vous alerter

Vous avez des difficultés à ordonner vos pensées et à vous concentrer

Dans votre tête, tout vous semble brouillon car psychiquement vous êtes fatigué.e. Comme le stress entraîne un ralentissement de l’activité du cortex préfrontal, vos pensées deviennent de plus en plus compliquées à hiérarchiser et vos façons de penser, d’analyser votre environnement et sa réalité deviennent confuses, voire irrationnelles. Il vous est en ce sens également, plus difficile de prendre des décisions puisque vous ne disposez plus, quand vous êtes stressé.e, de toutes les informations nécessaires pour le faire. Votre perception de votre environnement de travail est biaisée sous l’effet du stress au travail et vos réactions traduisent des émotions qui ne sont plus régulées.

Le stress au travail engendre des troubles de la concentration. En effet, toute votre attention est focalisée sur l’agent stresseur, c’est-à-dire, le facteur qui a déclenché votre stress, ce qui vous distrait, dans un premier temps, de toutes les autres tâches auxquelles vous devez accorder de l’importance au travail. Par exemple, vous pouvez être stressé.e par un dossier dont la date limite de rendu se rapproche de plus en plus et vous empêche de vous concentrer sur la réalisation d’une autre tâche en rapport avec vos missions.

Un rien vous irrite, vous perdez le contrôle de vos émotions

Un stress important au travail va avoir un impact sur l'amygdale, la partie du cerveau qui nous permet de percevoir, de ressentir et de réguler nos émotions. Comme le stress augmente la taille de l'amygdale, son fonctionnement est perturbé et cela entraîne des difficultés pour gérer ses émotions. Si vous vous sentez facilement déstabilisé.e par des remarques que vos collègues vous font, que vous êtes plus émotif.ve depuis plusieurs semaines ou au contraire que vous sentez avoir une charge mentale tellement importante que vous finissez par vous exprimer au travers de la colère, alors vous êtes sûrement soumis à un stress trop important et ce dernier a déjà des répercussions sur votre cerveau.

Vous avez des pertes de mémoires fréquentes

Le stress atrophie l’hippocampe, la zone permettant l’apprentissage et la mémorisation de toutes les informations qui nous parviennent quotidiennement. En conséquence, un stress au travail prolongé va entraîner des oublis fréquents et des pertes de mémoire régulières. Cela peut par exemple s’apparenter à des tâches que vous avez oublié de réaliser ou des consignes délivrées par vos supérieurs dont vous n’arrivez pas à vous souvenir. Si vous êtes soumis.e à une forte pression, vous pouvez également avoir des difficultés pour comprendre des explications.

Cliquez ici pour faire le test "Suis-je stressé ?"

Stress envahissant au travail : que faire ?

Il existe de nombreuses recommandations permettant d’apprendre à gérer son stress et éviter qu’il ne vous envahisse. Mais lorsque ce dernier devient chronique, c’est-à-dire, quand toutes les méthodes au préalable n’ont pas eu d’effet sur les épisodes de stress ponctuel, il est important de mettre en place des actions qui vous permettront de « lever le pied » et de vous aménager du temps afin de vous reposer.

Un stress au travail qui déborde peut conduire au développement d'une anxiété généralisée et dans sa forme la plus grave à une dépression réactionnelle. Dans le cas d’un stress ressenti comme trop important, il est essentiel de se tourner vers un psychologue, afin de réaliser un travail qui vous permettrait de mieux comprendre votre fonctionnement personnel par rapport au stress : comment réagissez-vous face à des agents stresseurs ? Quels sont les facteurs qui déclenchent le stress ? Quelles actions mettez-vous en place ? Quelle posture professionnelle prenez-vous lorsque vous êtes stressé.e… et ce, dans le but de venir renforcer vos compétences émotionnelles.

Par ailleurs, un stress au travail très important peut être également le fruit d’un manque de confiance en vous. Par exemple, si vous manquez de confiance en vos capacités professionnelles, vous pouvez être stressé.e continuellement quant à la bonne réalisation des missions que l’on vous confie. Commencer une psychothérapie peut avoir des effets positifs sur la gestion de votre stress en vous permettant de reprendre confiance en vous, par la déconstruction de vos schémas de pensées et par l’apprentissage de croyances positives et plus représentatives de vos capacités.

Enfin, il est important de garder à l’esprit que les impacts du stress sur le cerveau ne sont pas définitifs. En vous libérant du stress occasionné par votre travail, il est tout à fait possible d’en rétablir son fonctionnement « normal » qui vous permettra de retrouver un équilibre de vie.