Démarrer
11 min read

Dépendance affective : 3 clés pour se libérer

Featured Image

Il n’a pas le temps de vous rappeler et vous l’imaginez déjà dans les bras d’un(e) autre..Elle vous prévient qu’elle sera en retard à votre rendez-vous et le premier sentiment qui vous envahit est une profonde angoisse.La dépendance affective s’exprime sous différentes formes et il est parfois difficile de la reconnaître aux premiers abords.

Pourtant, la dépendance affective est une véritable addiction qu’il est essentiel de connaître et d’identifier. Une addiction à l’autre mais aussi une addiction à tout ce qui peut venir combler le vide que vous ressentez quand vous êtes soudainement seul(e) face à vous même. 

Cela peut être une addiction à votre shopping quotidien, des achats compulsifs ou des crises alimentaires qui surviennent sans prévenir. Cela peut-être aussi votre dépendance extrême à la salle de sport ou à votre travail..Vous êtes peut-être engagé dans de nombreuses activités ou de nombreuses causes pour vous éviter des moments de solitude absolue. 

Pour d’autres, au contraire, vous évitez depuis toujours de vous engager trop sérieusement dans vos relations amoureuses. Cette dépendance affective, en plus d'être une addiction, est aussi une carence affective qui vous pousse à adopter des comportements irrationnels par peur de rompre les liens affectifs que vous entretenez avec votre entourage.

Ce lien devient le fil conducteur de votre vie, le fil sur lequel vous marchez délicatement par peur de tomber dans un néant de désamour. Les sentiments d’abandon, de rejet, de répétition, vous les connaissez. Vous avez passé votre existence à subir le même type de relation et vous avez enchaîné les couples toxiques. D'ailleurs, si vous pensez etre en couple avec un manipulateur ou un pervers narcissique, nous vous donnons tous nos conseils dans un autre article :  Rendez-vous ici.

Vous avez peut-être déjà connu de grandes crises d’anxiété, une dépression ou un burn-out..toutes ces choses peuvent-être les conséquences de votre dépendance affective. La dépendance affective se montre sous de nombreux jours, alors aujourd’hui, vous aimeriez en sortir et c’est normal. 

Il est maintenant important d’identifier concrètement ces comportements pour créer une véritable prise de conscience qui vous mènera doucement mais sûrement vers une vie équilibrée et apaisée. Il est possible d’en sortir.

clé N°1 : pour en sortir : apprivoiser sa dépendance affective

COMPRENDRE : identifier les origines

La dépendance affective trouve ses origines dans l’enfance. La plupart des dépendants affectifs ont vécu une enfance au sein d’un environnement familial dysfonctionnel. Il peut s’agir de parents maltraitants, absents ou encore des parents en proie à des maladies mentales ou physiques qui les ont, malgré eux, rendus négligents.

Cliquez ici pour réaliser le test "Suis-je dépendant affectif"

Il pouvait aussi s’agir de sévices, d’instabilité, de mépris ou encore de violence physique et psychologique. Dans une famille ou dans un environnement social où l’affection et la protection sont remplacées par ce genre de traitement, il est possible que l’enfant ait pu, à un moment, penser qu’il ne méritait pas d'être aimé inconditionnellement. Son estime s’est basée et construite sur les bases de cet environnement négatif, non propice à son épanouissement. 

Parfois, c’est la conséquence plus ordinaire mais tout aussi destructrice de parents très exigeants et difficiles à satisfaire.Cette relation avec ses parents est primordiale pour le jeune enfant car c’est dans les premières années de sa vie qu’il va créer son schéma d’attachement, en fonction de la relation qu’il entretient avec sa mère.

Il y a trois types d’attachement : 

  • L’attachement sécure, qui est le lien le plus équilibré entre un enfant et son parent, ce n’est pas un attachement parfait, c’est simplement un attachement sain, qui permet à l’enfant de construire sa maturation affective sans avoir besoin d'être rassuré en permanence. Sa mère le laisse prendre son autonomie tout en étant un véritable soutien avec un rôle de pacificateur. 
  • L'hyper attachement. Ici, l’enfant développe un attachement de type anxieux. Il est dans le besoin extrême d'être au contact de sa mère en permanence. Lorsque celle-ci s’éloigne, il se sent en danger. Il n’est pas capable de prendre des décisions seul, il ne peut ni agir, ni choisir sans la présence sécurisante de la mère. 
  • L’attachement évitant. Bien que l’on pourrait le penser, cela ne signifie pas que l’enfant évite les relations ou le contact avec sa mère, bien au contraire. Il a un réel besoin de la présence de sa mère mais il ne le montre pas. Il ne le dit pas, ne le manifeste sous aucune forme. Il fait tout pour paraître autonome et construit petit à petit une mise à distance de ses propres besoins affectifs fondamentaux.

L’hyper attachement et l’attachement évitant sont les formes porteuses de futurs dépendants affectifs, dont les comportement irrationnels se manifestent à l'âge adulte. C’est un véritable trouble du lien, une confusion affective qui affecte tout le tissu relationnel de l’individu.


Comprendre : son installation dans vos relations

Il est essentiel de comprendre comment la dépendance affective s’installe dans vos relations, qu’elles soient amoureuses, amicales, familiales ou professionnelles. La dépendance affective est, comme son nom l’indique, une dépendance. 

Qui dit “dépendance” dit absence de choix et non-liberté. Ces contraintes sont semblables à une addiction telle qu’on peut l’imaginer. Cette dépendance est la jumelle de l’addiction à des substances illicites, à des comportements dangereux à travers le jeu ou des relations passionnelles..Mais aussi à l’addiction au travail ou au sport. 

Cliquez ici pour réaliser le test "Suis-je sous dépendant affectif"

C’est à travers l’ivresse totale que le dépendant affectif survit, au même titre qu’un joueur fantasme sur le gain. Il s’agit avant tout de combler un vide insupportable. Parfois, cette addiction est moins visible. Personne ne peut se douter que cet effort quotidien n’est pas le fruit d’une passion ou d’ambitions, mais un réel vide à combler quoi qu’il en coûte. 

Certains dépendants affectifs vont même, avec le temps et les épreuves (dont la fameuse épreuve de la rupture amoureuse), développer de réelles addictions, palpables et dangereuses, comme le tabac, l’alcool ou même les substances illicites.

Ces comportements inadaptés ne permettent pas au dépendant affectif de créer facilement des liens et cela dans tous les domaines de sa vie. Ses relations sont souvent déséquilibrées parce qu’il s’efface au contact de l’autre et s’enferme dans sa relation comme si c’était là le seul moyen d’exister. Son attachement à l’autre ne se forme pas à travers le partage mais à travers la peur de l’abandon.

 Finalement, le dépendant affectif devient victime de ses propres choix, puisque dans sa recherche de la relation fusionnelle, de l’attachement profond et de l’amour, il va en réalité attirés ou créer des attachements toxiques sans même s’en rendre compte. 

Il est d’ailleurs souvent dit que le dépendant affectif est complémentaire aux manipulateurs narcissiques puisque finalement, le pervers narcissique vient combler toutes ses failles et tous ses désirs avec une attention si particulière qu’elle ne peut pas être réelle. C’est là le point de départ de relations destructrices.

Clé N°2 : sortir de la dépendance affective

 


suivre les étapes de la prise de conscience

 

Il y a plusieurs étapes que vous pouvez réaliser seul(e) pour vous aider à comprendre tous les aspects de cette dépendance affective. 

  • La première étape consiste à trouver l’origine et/ou le déclencheur de cette blessure, d’aller chercher ce qui à été abimé directement aux sources. Votre recul et vos expériences de vie font de vous un adulte capable de mettre des mots raisonnés sur des sentiments d’enfant. 

Réfléchissez à vos relations passées, à votre enfance, à la relation que vous entreteniez avec vos parents ou encore à toutes les petites humiliations que vous avez subi à l’école. Parfois, un tout petit déclencheur peut être à l’origine d’une sévère dépendance affective à l'âge adulte.

  • La deuxième étape est de faire le point sur vos relations amoureuses. C’est souvent là que la dépendance affective fait le plus de dégâts et il est facile de comprendre comment vos relations se répètent. Bien souvent, vous vivez des relations de couple difficiles, vous êtes submergé par vos émotions de peur, de culpabilité et d’angoisse. 

Vous souffrez d’une sorte de possessivité, d’une jalousie parfois maladive et d’un manque de confiance en vous. L’idée d'être sans votre partenaire vous fait du mal et vous traquez tout signe d’éloignement ou de désamour

Vos partenaires se ressemblent pour la plupart, généralement des personnes évitantes ou toxiques, et vous tombez, malheureusement, très souvent sur des manipulateurs. Avez-vous la sensation de revivre les mêmes scénarios ? les mêmes situations avec des personnes différentes ? c’est une étape importante à identifier. 

  • La troisième étape est d’installer des barrières solides. Pour continuer l’exemple de la dépendance affective dans le cadre d’un couple, il n’est pas risqué de parier que vous avez tendance à vous effacer totalement dans vos relations.

Il est possible que souvent, la dévalorisation de votre personne soit le seul moyen en votre possession pour garder auprès de vous un partenaire toxique. Pour votre futur et votre épanouissement amoureux, fixer des barrières pour les autres et vous affranchir de vos blocages internes est essentiel. 

Vos valeurs sont belles, elles constituent un socle solide sur lequel construire une vie saine et épanouie. Vos valeurs, vos barrières et vos limites n’ont aucun impact sur votre vie amoureuse. Elles n’ont pas d’effet sur l’amour que vous allez recevoir.

 

 

suivre les étapes de la confiance en soi

Christèle Albaret, psychosociologue reconnue, affirme que l’une des clés indispensables à la guérison de la dépendance affective est une colonne vertébrale de confiance solide. 

La colonne vertébrale de confiance est une image qui décrit les 4 piliers qui composent la confiance en soi. 

  • Cette confiance en soi repose avant tout sur l’amour inconditionnel de soi, c'est-à-dire un amour sans conditions envers votre personne, avec vos qualités, vos défauts, votre passé, vos erreurs et vos choix. Il est dit qu’il est nécessaire de s’aimer entièrement afin de disposer d’une base solide pour les autres piliers de cette confiance en soi.

Cliquez ici pour réaliser le test "Suis-je sous dépendant affectif"

  • Le deuxième étage de cette colonne vertébrale de confiance est l’estime de soi. L’estime est l’opinion que vous avez de vous, c’est un concept qui renvoie à votre jugement. Une mauvaise estime de vous implique que vous donnez peu de valeur à votre personne et de ce fait, vous êtes plus souvent entouré de personnes qui ne vous correspondent pas

Vous avez la sensation que les autres vous font un “cadeau” lorsqu’ils sont auprès de vous, quand bien même ces personnes seraient maltraitantes ou blessantes. Le dépendant affectif à généralement un manque d’estime de soi, ce qui explique aussi l'enchaînement de relations toxiques ou dysfonctionnelles. 

  • Le troisième étage de cette colonne vertébrale de confiance en soi est la confiance. La confiance en soi et ses capacités, la confiance que vous avez en votre travail, vos compétences professionnelles ou sportives. Il est possible d’avoir une confiance en soi extrême quand il s’agit de certaines disciplines et pour autant manquer d’amour et d’estime pour soi. C’est là toute la complexité de cette fameuse colonne vertébrale de confiance. 
  • Le dernier étage, c’est l’affirmation de soi. S’affirmer, c’est savoir dire non d’une façon saine et respectueuse envers soi et envers les autres. Savoir dire non sans être agressif, savoir dire non quand il le faut, savoir dire non sans manipuler l’autre ou lui mentir. L’affirmation de soi est aussi ce qu’on appelle le comportement assertif. La plupart des dépendants affectifs ont un réel manque de confiance en eux, que ce soit en raison d’un désamour de soi ou d’une mauvaise estime qui se traduit par un auto jugement permanent. Il est essentiel de travailler toutes les composantes de la colonne vertébrale de confiance pour sortir entièrement et sereinement de la dépendance affective.

clé N°3 : suivre les conseils pour se libérer de la dépendance affective 

 


conseil N°1 : Christèle Albaret, psychosociologue et fondatrice de la clinique E-santé

 

La prise de conscience est essentielle dans la prise en charge de la dépendance affective. Prendre conscience de l’importance de créer une base relationnelle saine entre l’autre et soi, en prenant compte de la liberté de chacun est le premier pas vers la guérison définitive de la dépendance affective.

Dans un deuxième temps, il est évident que cette carence affective doit être comblée en développant une maturité affective qui ne peut se faire qu’avec une profonde transformation intérieure qui intervient lors d’une psychothérapie. Cette thérapie permet au dépendant affectif de développer une meilleure connaissance de soi et une meilleure conscience de soi. Il va, naturellement,  se défaire de ses vieux mécanismes affectifs.

En consolidant un espace intérieur de joie qui ne dépend d’aucun facteur, d’aucun objet, d’aucun travail, d’aucune activité et d’aucune personne, vous allez soigner cette partie de vous qui vous empêche aujourd’hui de vivre des relations en accord avec vos besoins intérieurs, vos valeurs et votre quête de sens.

 

Conseil N°2 : Camille V., psychosociologue de la clinique e-santé

Il est important de comprendre que la dépendance affective se montre parfois sous des formes insoupçonnées. Le dépendant affectif n'est pas toujours l’amoureux collant ou étouffant dont la vie est dédiée à l’autre. Il existe des dépendants affectifs dont le mode de vie est plutôt à l’opposé de l’imaginaire collectif : Ils vivent seuls et ne s’engagent pas dans des relations.

 D’autres encore sont en proie à une addiction et ne laissent pas imaginer une seule seconde que leur mal-être est lié à une carence affective. Ils n’en ont même pas conscience.

Plus subtil encore, certaines personnes, vues par tous comme des “sauveurs” sont en réalité des dépendants affectifs atteint de ce fameux syndrome du sauveur et qui, en volant au secours des autres, soulagent la tension et la détresse de leur vide intérieur. Il est important de consulter un psychologue dès qu’il existe un déséquilibre dans sa vie relationnelle, tout simplement parce que la dépendance affective se guérit très bien et souvent avec une thérapie brève. Il serait dommage de s’en passer.